Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dans les écrits gnostiques, Marie Madeleine est présentée comme la compagne de Jésus

Par son rejet radical du monde réel ou sa volonté d'émanciper l'esprit des contraintes de la condition charnelle, le mode de pensée gnostique imprègne à bien des égards la culture contemporaine. Sur un sujet complexe et controversé, l'auteur présente, dans une perspective historique, une synthèse claire, vivante et équilibrée. "Gnose et gnostiques" de Roland Hureaux aux éditions Desclée de Brouwer 2/2

Bonnes feuilles

Publié le - Mis à jour le 15 Décembre 2015
Dans les écrits gnostiques, Marie Madeleine est présentée comme la compagne de Jésus

Marie Madeleine initiée

Marie Madeleine apparaît sous le nom de Marie tout court ou de Myriam dans plusieurs écrits, dont l’évangile qui porte son nom, l’Évangile de Marie. L’attribution de ce texte n’a, est-il nécessaire de le dire, aucun fondement historique. En dehors des évangiles, le Nouveau Testament et les écrits de la période apostolique ne nous disent rien d’elle. Les écrits gnostiques qui en parlent sont trop tardifs pour avoir une quelconque authenticité.

Marie apparaît dans ces écrits, auprès du Christ, comme un personnage de premier rang (ce qu’elle est aussi dans les Évangiles), à l’égal des apôtres et même plus : plusieurs écrits apocryphes disent que Jésus est accompagné de douze apôtres et de sept femmes, le chef des apôtres est Pierre, et le chef des femmes Marie Madeleine et entre les deux, une certaine concurrence semble exister (c'est aussi le cas dans des évangiles, qui ne précisent cependant pas qu'il y avait sept femmes autour du Christ).

Marie Madeleine est présentée comme la compagne (koinonos) de Jésus. Une expression imprécise : l’idée d’une proximité charnelle ne ressort pas avec évidence de la littérature gnostique : « En vérité, Marie, tu es bienheureuse entre toutes les femmes de la terre parce que tu seras le plérôme des Plérômes et la perfection de toutes les perfections. …En vérité tu es pneumatique et pure, Marie » (Pistis Sophia). On trouve cependant dans les éditions les plus communes de l’Évangile selon Philippe, que « Le Seigneur aimait Marie plus que tous les disciples. Il l’embrassait souvent (sur la bouche). Les autres disciples le virent aimant Marie et lui dirent : Pourquoi l'aimes-tu plus que nous ? Le Sauveur répondit : Comment se fait-il que je ne vous aime pas autant qu’elle ? » Dans ce texte souvent cité, « sur la bouche », il faut le préciser, est une extrapolation à partir d’un document endommagé et se réfère au baiser rituel que pratiquaient les gnostiques entre eux. Plus explicite semble, dans l'Évangile selon Thomas, l’allusion à une relation intime entre Jésus et Salomé, une des « saintes femmes » mentionnées dans le Nouveau Testament, parfois identifiée à la fille d'Hérodiade convertie. Dernière référence : Épiphane de Salamine signale avec indignation l’existence d’un ouvrage disparu, de type ophite, les Questions de Marie, où des relations charnelles de Jésus et Marie Madeleine seraient évoquées. C'est tout et, on le voit, c'est bien peu. On devait retrouver, selon certaines sources, la même allusion à Marie Madeleine, concubine du Christ, chez les cathares, avatar moyenâgeux de la gnose que nous évoquerons plus loin.

Quoique fugace, l’idée que Jésus ait pu avoir une relation charnelle peut être rapportée à deux logiques gnostiques : la première serait que, grand initié, contempteur de la loi des scribes et des pharisiens, il se situait au-dessus de la morale ordinaire, l'autre, le souci d'avoir à tous les niveaux, y compris au sien, une syzygie. Mais ne nous y trompons pas, l’importance de Marie au regard de la gnose vient surtout de ce qu'elle est assimilée à la soeur de Marthe laquelle, selon saint Luc (11, 38-42), aurait eu des entretiens particuliers avec Jésus : on suppose donc qu’elle aurait bénéficié d’un enseignement secret, ce dont la gnose est friande.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 13/12/2015 - 10:54 - Signaler un abus Il y a si longtemps

    Comment trancher ? Il vaut mieux un raisonnement logique pour faire son choix , qu'est ce qui est le plus logique ayant connaissance de tous les événements du début à la fin, c'est la vue d'ensemble avec ses conséquences qui est la bonne approche !

  • Par jurgio - 13/12/2015 - 20:41 - Signaler un abus Et si on s'attachait à l'essentiel ?

    Tout ça n'a rien changé à quoi que ce soit. À notre niveau, il y a toujours une porte de sortie pour éviter les choses importantes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€