Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Exclu : les cyber-attaques sur l'Elysée en provenance de Turquie

Le Télégramme révélait hier que le site de la Présidence de la République avait été victime de deux importantes attaques de pirates informatiques en 2012

INFO ATLANTICO

Publié le - Mis à jour le 19 Juillet 2012
Info Atlantico

Selon des informations obtenues par Atlantico, les pirates ayant attaqué l'Elysée au mois de mai ne seraient pas Chinois, ni  Russes mais Turcs. 

Ce sont des attaques qui avaient été passées sous silence mais le Télégramme révélait hier que le site de la Présidence de la République avait été victime à deux reprises de pirates informatiques en 2012. 

Des cyber-attaques majeures puisque la dernière en date -qui s'est produite entre l'élection de François Hollande et sa prise de fonction- a forcé les services gouvernementaux à passer trois jours à reconstruire, de fond en comble, les systèmes d’information de l’Elysée.

En mai, ces modifications avaient été présentées aux personnels de l'Elysée comme liées à la passation de pouvoir entre les équipes Sarkozy et Hollande.

Concernant la provenance des attaques, le Télégramme avait simplement mentionné des intrusions en provenance "d'alliés" de la France.

D'autres avaient évoqué la piste de la Chine. On sait que les services secrets chinois ont développé une expertise certaine dans le domaine et ont été accusés à plusieurs reprises de tentatives -parfois abouties- de piratage informatiques d'institutions publiques ou de grandes entreprises occidentales. La Chine avait ainsi été soupçonnée du piratage du réseau du Ministère de l'Economie l'an passé dans l'objectif de se procurer des documents sur l'organisation du G20.

Dans le cas des attaques récentes sur l'Elysée, impossible toutefois de parvenir à savoir si les pirates sont simplement issus de groupes nationalistes turcs ou s'ils auraient des liens avec les services secrets ou des organes gouvernementaux turcs.

Les hackers nationalistes turcs s'en étaient déjà pris à des sites français l'hiver dernier lors du vote de la loi sur la pénalisation de la négation du génocide arménien. Le site du Sénat ou celui de la députée UMP Valérie Boyer (à l'origine de la proposition de loi) avaient été piratés au moment de Noël. 

Suite à l'invalidation par le Conseil constitutionnel de la loi votée en 2011, François Hollande s'était engagé pendant la campagne à proposer une nouvelle loi pour réprimer la négation du génocide arménien, ce que l'Elysée a d'ailleurs confirmé la semaine dernière après des déclarations de Laurent Fabius qui avaient pu semer un certain doute sur le sujet. Le ministre des Affaires étrangères avait constaté à l'issue d'une rencontre avec son homologue turc jeudi dernier que la loi précédente voulue par Nicolas Sarkozy avait été invalidée par le Conseil constitutionnel et qu'un nouveau texte pourrait bien subir le même sort. 

Le sénateur du Haut-Rhin Jean-Marie Bockel (gauche moderne) doit présenter la semaine prochaine au Sénat un rapport sur la vulnérabilité des systèmes informatiques de l'Etat. 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guigou - 13/07/2012 - 07:41 - Signaler un abus les turques sont des arn-hackers reconnus depuis longtemps

    Je suis frontalier avec l'Allemagne, les entreprises du bâtiment sont à 70% turques. Ce sont des champions de l'arnaque: tout ce qui n'est pas visible est l'occasion de facturer sans faire les travaux. Vide sanitaire monté sans fandation, cloisons sans isolation, mél

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€