Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Croissance en hausse mais chômage qui progresse… mais comment expliquer l’incohérence des chiffres de l’économie française ?

Alors que les chiffres de la croissance ont été revus à la hausse, le chômage a progressé en octobre de 0,2 %.

Double face de la pièce

Publié le
Croissance en hausse mais chômage qui progresse… mais comment expliquer l’incohérence des chiffres de l’économie française ?

Atlantico : Selon les chiffres dévoilés vendredi 24 novembre par la Dares, le chômage repart à la hausse pour le mois d'octobre, soit + 0,2 %. Alors que les chiffres de la croissance ont été revus à la hausse et que le secteur privé est annoncé « en pleine forme », comment expliquer un tel paradoxe d'un chômage qui progresse ?

Pierre-François Gouiffès : La situation est plutôt celle d’une stabilisation du chômage à un niveau élevé en ce qui concerne la catégorie A, mais avec une poursuite légère mais réelle de la hausse des demandeurs d’emploi qui ont une activité réduite (catégories B et C). Après la baisse très significative de septembre, on repart donc légèrement à la hausse en octobre et on ne peut que constater le caractère volatil des statistiques de Pole Emploi avec six mois de hausse et quatre mois de baisse depuis janvier 2017. Cette volatilité et les difficultés qui en découlent en matière d’interprétation semblent donner raison à la ministre Muriel Pénicaud qui ne commente plus les chiffres mensuels et va mettre en place un système de restitution trimestriel à compter de2018 et caler ses commentaires sur cette périodicité.

Quelles sont les explications envisageables au regard de la bonne conjoncture observée dans le secteur privé ? Il faut séparer le secteur de l’emploi public et parapublic de l’emploi privé. Concernant l’emploi public, l’heure n’est plus au recrutement et on est en période de déstockage tant pour les contrats aidés que pour les dispositifs de stage mise en place en 2016 par François Hollande. Si recrutement il y a, c’est dans le secteur privé mais avec éventuellement le phénomène de retour vers la recherche de personnes découragées de recherche (« le halo »), ce qui augmente au moins provisoirement le stock de demandeurs.

Peut-on considérer que l'enthousiasme des milieux d'affaire, qui serait la conséquence de l'élection d'Emmanuel Macron et des réformes envisagées serait décalé par rapport aux effets sur l'économie réelle ?

L’élection a eu lieu il y a moins de six mois et seules quelques réformes ont été mises en place, particulièrement dans le champ de l’emploi avec les ordonnances du 22 septembre dernier. Donc l’impact peut être retardé sur les prochaines années quant à la fluidification du marché du travail.

Un point important concerne la hausse des demandeurs de la catégorie C, à la recherche d’un nouvel emploi mais travaillant plus de 78 heures par mois soit près de 20 heures par semaine. Ces demandeurs ont augmenté de plus de dix pour cent en un an, ce qui pourrait signifier une reprise de l’emploi mais d’abord sur un format réduit et hors CDI.

A quoi peut on s'attendre pour les mois prochains ? Les réformes permettront elles de faire baisser le chômage ?

On peut espérer que la bonne conjoncture dans le secteur privé se traduira à un moment dans les embauches. Un autre point conjoncturel concerne l’impact de l’action de l’équipe en place, avec l’opposition classique entre court et moyen/long terme : plus les réformes seront ambitieuses (par exemple dans le domaine des finances publiques), plus l’impact sur l’emploi risque d’être plutôt négatif à court terme mais bénéfique ensuite.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ex abrupto - 25/11/2017 - 11:55 - Signaler un abus Je crois

    qu'on sous estime en permanence un phénomène lourd: les gains de productivités induits par l'amélioration permanente des process industriels, logistiques et administratifs. Liés pour beaucoup, mais pas seulement à l'informatisation. Oups! il faut dire maintenant "numérisation".

  • Par Deudeuche - 25/11/2017 - 12:19 - Signaler un abus @ex abrupto

    Oui et non pas digitalization mauvaise traduction de digitization qui vient de « digit » en anglais, qui signifie le chiffre. 0 et 1 sont les deux chiffres qui caractérisent le « numéro «  informatique, donc la numérisation !

  • Par gilbert perrin - 25/11/2017 - 14:12 - Signaler un abus GESTION inversée

    CHOMAGE en HAUSSE - CROISSANCE en HAUSSE !!! Pourquoi : des dépenses en HAUSSE pour doper l'économie, voilà ce qu'il en résulte ? POURQUOI ? déséquilibre et charges publiques insupportables ... OU SONT LES DEGRAISSAGES PROMIS PAR MACRON ?????

  • Par gilbert perrin - 03/12/2017 - 08:21 - Signaler un abus du courage, dites ce que vous pensez ????

    JE DIS : le "tout en ligne", la numérérisation totale, le mondialisme effreiné : C'EST l'esclavagisme et l'appauvrissement du peuple, des retraités et des sans formation ... les rendre totalement dépendant !!!! du système macroniste et de l'étranger ?????

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre-François Gouiffès

Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire française (Documentation française, 2013). et récemment Le Logement en France (Economica, 2017). Il tient un blog sur pfgouiffes.net.
 

Vous pouvez également suivre Pierre-François Gouiffès sur Twitter

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€