Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Syrie : le conflit vire à une guerre entre confessions religieuses

Ce lundi, le Premier ministre syrien, Riad Hijab, s'est réfugié en Jordanie après avoir fait défection et rejoint l'opposition. Dans le même temps, les combats continuent dans la ville d'Alep. Avec au cœur du conflit : le facteur religieux.

Damas, ton univers impitoyable

Publié le - Mis à jour le 8 Août 2012

A lire aussi sur ce sujet : Bombe à fragmentation... Comment la guerre en Syrie déstabilise l’ensemble du Moyen-Orient

Atlantico : L’armée syrienne aurait pris le contrôle de la capitale du pays, Damas. Dans la ville d’Alep, la situation est figée et les rebelles sont dans l’attente d’une contre-offensive de l’armée régulière. Quelles seraient les conséquences d’une reprise d’Alep par le régime ?

Karim Sader : Alep est la deuxième ville de Syrie, c’est aussi la capitale économique du pays.

Il y a donc un enjeu très important à la fois sur les plans stratégique, économique et symbolique. Pour rappel, on est dans le nord-ouest du pays avec une base arrière turque qui ravitaille les insurgés. Pour le clan Assad, ce serait aussi un message ferme en direction du camp occidental hostile à son maintien, ainsi qu’à la Turquie qui soutient l’insurrection sunnite. A la frontière nord, le voisin turc tient en effet une position complexe. Pendant longtemps, le gouvernement de ce pays avait annoncé avoir fermé les frontières avec la Syrie pour éviter le pillage commercial des camions commerciales entre Alep et la Turquie. De source turque, il s’agit également d’un moyen d’isoler Alep et de l’étouffer sur le plan économique en coupant les ravitaillements et ainsi faciliter sa chute aux mains des rebelles. L’engagement de la Turquie est donc très fort. A titre personnel, j’ai toujours douté de la facilité avec laquelle on a annoncé la prise de la ville par les rebelles. En réalité, il est techniquement difficile par l’Armée syrienne libre de prendre une ville et de la maintenir durablement dans son giron. Il est clair que les capacités de l’armée syrienne libre sont surestimées, cette dernière disposant de matériels militaires rudimentaires en comparaison de ceux de l’armée régulière, en dépit du soutien discret des pays du Golfe, de la Turquie et des Occidentaux. En réalité, L’insurrection joue une sorte de jeu « du chat de la souris » avec l’armée régulière poussant cette dernière à intervenir systématiquement, faisant des forces pro-Assad une véritable armée d’occupation contrainte de maintenir ses chars dans une ville afin d’y asseoir sa légitimité par la seule force coercitive. On est clairement rentré dans une logique de guérilla ou bien de guerre d’usure.  

A vous écouter, la situation telle qu'elle est retranscrite par les médias français semble inexacte...

Je dirais plutôt qu’en parallèle du conflit militaire, nous sommes en pleine guerre de l’information. On a tous les jours des informations contradictoires concernant la crise syrienne. Le régime comme les rebelles essayent de marquer des points au niveau médiatique. Comme la communication internationale est plus favorable aux insurgés car ils sont soutenus par les pays occidentaux et les pétro-monarchies du Golfe, on a tendance à retrouver des données inexactes voire manquant d’impartialité. De nombreux journalistes s’efforçant de couvrir le conflit  depuis la Syrie, se retrouvent coincés à la frontière turque d’où leur parviennent des informations forcement biaisées. La couverture de certains médias dénote une forme « d’effet libyen », alors que la comparaison ne tient pas la route. A lire les journaux, on a l’impression que les rebelles prennent les villes les unes après les autres or selon moi, on se dirige vers une « libanisation » du conflit, sous-entendu une guerre civile qui pourrait durer plusieurs années, en l’absence d’une intervention extérieure. Il faut avoir à l’esprit qu’avant la réhabilitation hâtive d’Assad par les Occidentaux en 2008, le régime syrien avait longtemps vécu l’isolement international et peut se maintenir beaucoup plus longtemps qu’on le pense, malheureusement au prix de nombreuses victimes. J’ajouterai enfin que cette guerre de l’information autour de la crise syrienne a tendance à s’élargir sur le plan régional. Par exemple, voilà une semaine que des médias annoncent  la mort de Bendar Ben Sultan qui est le chef des renseignements saoudiens, sans que son « assassinat », n’ait été démenti ou bien confirmé. Selon de nombreuses sources médiatiques, le Prince saoudien aurait été victime d’un attentat imputé aux services syriens, et ce, dans le but de se venger de l’attaque contre l’appareil sécuritaire du 18 juillet 2012 à laquelle Bandar aurait joué un rôle déterminant… 

Le régime syrien a connu une nouvelle défection de son Premier ministre Riad Hijah. Alors que le régime semble avoir repris le contrôle de Damas, comment expliquer l’acte du Premier ministre ?

Là encore, le départ du Premier ministre a fait l’objet d’une guerre médiatique entre la télévision du régime qui l’a présenté comme un limogeage, alors qu’il s’agirait clairement d’une défection côté rebelle. Pour ma part, j’aurais tendance à interpréter l’acte de Riad Hijah qui est un sunnite, comme le résultat d’une confessionnalisation évidente du conflit syrien.   La stratégie actuelle du régime vise à créer les conditions d’une guerre sectaire rendant impossible la cohabitation entre la minorité alaouite et la majorité sunnite qui ambitionne de prendre le pouvoir à Damas. Je reste persuadé que le régime cherche à se replier près de Lattaquié et créer un Etat Alaouite. C’est selon moi, le scénario le plus envisageable, d’où l’intérêt pour le régime d’arriver à un point de non-retour dans une possible cohabitation entre les minorités. Les plus grands massacres de sunnites ont d’ailleurs été perpétrés à la frontière du « pays alaouite » comme si le clan Assad cherchait à en délimiter  les frontières. Le père de Bachar el-Assad, Hafez,  avait lui-même dessiné les contours de cet état alaouite en cas de graves crises dans le pays.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par caius - 07/08/2012 - 08:55 - Signaler un abus Et les Druzes ?

    Alaouites, Kurdes, Chrétiens,... On ne parle pratiquement pas de la quatrième minorité syrienne, les Druzes. quelle est leur place dans le conflit actuel ?

  • Par pilo - 07/08/2012 - 09:05 - Signaler un abus COMMENT LE BLOC ATLANTISTE A CONSTRUIT LA GUERRE EN SYRIE

    L’origine et les causes des guerres civiles qui durent finissent toujours par se perdre dans la mémoire du temps. Après quelques années, elles en viennent à exister par elles-mêmes, pour elles-mêmes, avec leurs lots de tueries, d’accalmies, puis de poussées mortifères sans que plus personne ne puisse ou ne cherche vraiment à faire sens avec les évènements. Tout est devenu trop compliqué, avec trop d’acteurs, trop de drapeaux et de faux drapeaux, trop d’intérêts mêlés. Nous avons vécu ce syndrome avec la guerre dite civile du Liban ou avec celle du Sri-Lanka, et nous le vivons aujourd’hui avec celle du Congo. Alors au moment où la Syrie paraît promise à l’un de ces funestes destins, il est crucial de fixer la mémoire de ce qui s’est passé pour constater que dans ce cas-ci, il aura fallu moins d’un an et demi au Bloc atlantiste et à ses alliés pour y construire une guerre civile de toutes pièces. Pris au dépourvu par les évènements tunisiens et égyptiens, le Bloc occidental a très vite compris tout le bénéfice qu’il pourrait tirer de la dynamique du Printemps arabe pour avancer ses pions.... Ooops, plus de place. La suite sur: http://www.entrefilets.com/16_mois_pour_une_guerre.htm

  • Par slavkov - 07/08/2012 - 10:06 - Signaler un abus déjà vu

    ... les commentaires et opinions (même manipulé) changent, ...

  • Par lapin - 07/08/2012 - 11:05 - Signaler un abus EN ATTENDANT LE MASSACRE DE NOS FRERES CHRETIENS

    Un bon entretien avec, une fois n'est pas coutume, un bon connaisseur de la région. En tout cas, la responsabilité des américains et de leurs alliés est écrasante dans la déstabilisation syrienne. J'imagine déja les hurlements des gros médias au moment où les chrétiens et alaouites se feront massacrer...

  • Par eheime - 07/08/2012 - 13:15 - Signaler un abus article interessant

    enfin un article où on apprend quelque chose qui va plus loin que le méchant Assad d'un côté et les gentls rebels de l'autres.

  • Par jentend - 07/08/2012 - 21:11 - Signaler un abus Tout était programmé

    La force dite altlantique, a réussi à organiser une guerre de religion en Syrie, avec pour objectif de faire tomber l'Iran. Le nouveau monde arabe est entrain de se mettre péniblement en place, avec comme organisateur, pas gentil du tout, les USA. Le rôle de la Turquie va grandir et s'étoffer, car les Américains veulent reprendre la main au détriment des Russes et des Chinois.

  • Par Giu - 07/08/2012 - 22:54 - Signaler un abus Interessant

    Enfin une interview qui met les choses au clair! Bravo aux journalistes et à M. Karim Sader.

  • Par Jean-Francois Morf - 07/08/2012 - 23:51 - Signaler un abus Faisons ASAP venir leurs chrétiens en Europe pour les protéger..

    ...Puis renvoyons nos requérants islamistes sharia prendre les habitations libérées par les chrétiens! Vous souhaitez vous débarrasser de vos chrétiens, nous souhaitons nous débarrasser de nos islamistes, faisons donc un échange standard! Evidemment, c'est assez difficile à organiser...

  • Par Jean-Francois Morf - 07/08/2012 - 23:51 - Signaler un abus Faisons ASAP venir leurs chrétiens en Europe pour les protéger..

    ...Puis renvoyons nos requérants islamistes sharia prendre les habitations libérées par les chrétiens! Vous souhaitez vous débarrasser de vos chrétiens, nous souhaitons nous débarrasser de nos islamistes, faisons donc un échange standard! Evidemment, c'est assez difficile à organiser...

  • Par Le gorille - 08/08/2012 - 04:52 - Signaler un abus Merci Karim Sader

    Merci d'avoir mis les points sur les "i". Depuis le début, il est apparu clairement une dimension religieuse. Il fallait tout l'aveuglement et l'irénisme des politiques et faux philosophes athées conseillers de l'occident pur y voir autre chose. Certes, il y a aussi une lutte pour le pouvoir, et aussi celle d'une certaine libération... Mais comment le président de la Syrie aurait-il pu survivre s'il avait laissé la "majorité", tarte à la crème et pierre angulaire du credo politique de l'Occident, édicter sa loi ? Demander aux Américains (trop imprégnés aujourdhui de la puissance de Mammon) d'accepter le fait qu'ils ne détiennent pas la vérité est utopique...

  • Par elrousa - 08/08/2012 - 06:30 - Signaler un abus à l'exemple libanais....

    Les Druzes surferont toujours sur la vague du plus fort, pour tirer leur épingle du jeu...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Karim Sader

Karim Sader est politologue et consultant, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique. Son champ d’expertise couvre plus particulièrement l’Irak et les pays du Golfe où il intervient auprès des entreprises françaises dans leurs stratégies d’implantation et de consolidation.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€