Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crise de l’offre ou de la demande ? Pourquoi la reprise soutenue de la consommation française est loin de suffire pour trancher

Le dogmatisme des économistes affirmant que nous sommes toujours et encore dans une crise de l'offre nous empêche de voir la réalité. Le dernier article d'Etienne Lefebvre dans Les Echos en est une nouvelle fois la preuve.

And the winner is…

Publié le
Crise de l’offre ou de la demande ? Pourquoi la reprise soutenue de la consommation française est loin de suffire pour trancher

Atlantico : Sur fond de débat sur la loi El Khomri, les experts économiques semblent une nouvelle fois s'affronter sur le thème de l'offre et de la demande, afin d'expliquer la cause de la crise que connaît le pays. Comment est-il possible de déterminer si une crise économique relève d'une crise de l'offre, ou si celle-ci relève d'une crise de la demande ?

Mathieu Mucherie : On commence par regarder le profil du PIB nominal (l’ensemble des revenus nominaux de l’économie, l’activité au sens large), parce que cela résume presque toute l’information disponible. Et depuis 2008 le PIB nominal est en mauvais état, il a quitté sa trajectoire de long terme et la nouvelle trajectoire n’est pas brillante : c’est probablement un choc de demande négatif. Comme je ne suis pas au courant d’un vaste choc technologique négatif quasi-universel aux environs de 2008, je suppose que l’offre n’a que peu de rapport avec nos difficultés.

Parfois, j’aimerais vivre dans le monde parallèle avec Jean-Marc Daniel et Denis Kessler, un monde où l’inflation est à nos portes et la hausse des taux toujours imminente. Mais j’ai trop peur des effets secondaires. 

Ensuite, on regarde un peu autour de soi. On regarde les prix d’actifs (peu inspirés en dépit du QE), les taux d’intérêt (je me souviens encore des fameux effets d’éviction qui devaient les propulser vers le haut..), le taux de chômage, le marché du crédit (anémique depuis des années alors que « les taux sont bas »), l’inflation (qui a disparu), le taux d’utilisation des capacités de production dans l’industrie (pas encore revenu à sa norme historique après des années sous l’eau et en dépit d’un sous-investissement long et massif), et après tout ça si on refuse toujours de conclure à la crise de demande agrégée c’est à désespérer.

Selon un article paru dans le journal "les Echos", le soutien à la demande servirait avant tout aux importations, et serait donc sans effet sur la compétitivité française. Cet argument est-il valable ?

Tout l’article du journaleux Etienne Lefebvre est surréaliste. Je sais bien que la Belgique est à la mode ces derniers temps, mais tout de même. 

Dans mon quartier, en effet, la « consommation est là » : je craignais un drame social quand Hediard a fermé boutique, nous avons été rassurés quand il a été promptement remplacé par un Petrossian. Mais en dehors du Parc Monceau, je me demande si la demande est aussi solide. Il parait que le revenu mensuel médian se traine à 1900 euros/mois à l’échelle hexagonale, et que c’est du brut, et que plus de la moitié des gens à ce niveau de revenu ne sont ni propriétaire de leur logement ni détenteur d’un emploi à vie chez Areva. Nier un gros problème de demande quand le sous-emploi concerne plus de 5 millions d’individus, c’est fort. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONEO98 - 05/04/2016 - 12:18 - Signaler un abus la demande que faire?

    1/ baisser les impôts.... devenir un paradis fiscal .... comment faire quand on a les finances publiques que nous avons? laFrance nouveau panama? 2/ distribuer des augmentations pour les fonctionnaires YAKA donner et YAKA faire payer les riches je suppose ou emprunter encore plus , l’hélicoptère européen est là Pour le privé un autre "Grenelle "comme en 68? comment faire quand on ne peut plus dévaluer sa monnaie? et reprendre d'une main ce que l'on a donné de l'autre ? bref comment faire de la demande quand celle qui existe n'est que l'expression de la fuite en avant du pays qui vit au dessus des ses moyens depuis les années 70? la reprise des ventes d'auto par LDD c'est cela l'avenir? messieurs les experts à vos "plumes "je meurs d'envie de vous lire

  • Par MONEO98 - 05/04/2016 - 14:23 - Signaler un abus sorry

    LLD ou LOA

  • Par Deneziere - 05/04/2016 - 15:55 - Signaler un abus Mucherie rules

    Pour une fois qu'un économiste dit des choses aisément vérifiables dans le quotidien de tout un chacun. Et non, il ne faut pas croire que la reprise de la consommation sera "soutenue".

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€