Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Les Créanciers" : un texte fort et intense, admirablement mis en valeur

Atlanti-Culture

Publié le
"Les Créanciers" : un texte fort et intense, admirablement mis en valeur
THEATRE
 
LES CREANCIERS
d’August Strindberg
Mise en scène: Anne Kessler
Avec Adeline d’Hermy, Sébastien Pouderoux, Didier Sandre
 
 
 
INFORMATIONS
 
Comédie-Française
Studio-Théâtre
Galerie du Caroussel du Louvre
 
Jusqu'au 8 juillet 
A 18h30 du mercredi au dimanche
Réservations : 01 44 58 15 15/ www.comedie-francaise.fr  
 
 
 
RECOMMANDATION 
 
           EN PRIORITE
 
 
 
THEME 
 
Dans une chambre d’hôtel d’une station balnéaire, deux hommes partagent une étrange conversation amicale.
Le plus jeune, Adolf, remercie Gustaf qui lui a prodigué les attentions et conseils qui l’ont aidé à sortir d’une grave dépression. Pourtant, Gustaf ne se montre guère tendre envers son nouveau protégé. Il pratique une sorte d’esprit incisif, souvent drôle, mais cruel qui place le jeune homme dans une position déstabilisante.
 
A l’origine de son mal être, Gustaf identifie  Tekla, l’épouse d’Adolf, dont ce serait le second mariage. La carrière d’Adolf décline tandis que celle de Tekla ne cesse de croître. Adolf défend son épouse. 
 
D’une manière assez machiavélique, Gustaf propose au mari de se cacher dans la chambre d’à côté, pour lui révéler la véritable nature de sa femme.
 
 
 
POINTS FORTS
 
1 – Sur un sujet très fort, Didier Sandre est le véritable piano conducteur de ce huis clos impitoyable. Implacable et charmeur, cruel et drôle, c’est lui qui avance ses pions comme des chars d’assaut contre le pauvre Adolf éperdu. Il détient une sorte de créance puisque c’est lui qui fit éclore cette femme désormais épouse d’Adolf, mais qui fut la sienne auparavant. Il a souffert profondément, cela se sent et se voit dans une dialectique subtile, toute en nuance et en autorité, avec intelligence et machiavélisme.
 
 
2 – Excellente mise en scène d’Anne Kessler qui modernise quelque peu le propos, soutenue par les comédiens. Stéphane Pouderoux est  empli d’une émotion intense, crédible et  réussie. Adeline d’Hermy est exquise, mais peut-être un peu trop jeune et trop fraîche pour avoir été si redoutable et redoutée.
 
 
3- Le texte est magnifique. La misogynie habituelle chez Strindberg est ici exprimée de manière plus douce puisque l’amour triomphe, comme le constate Gustaf à la fin, lui qui a renoncé à sa « créance ».
 
 
 
POINTS FAIBLES
 
Je n'en vois pas.
 
 
 
EN DEUX MOTS
 
Spectacle fort et intense, porté par de grands acteurs. Peut-on pardonner aux êtres auxquels on a tout donné de ne pas se montrer reconnaissants? C’est la question posée avec cette étrange « créance » dont parle Strindberg, par la bouche de Didier Sandre, magnifique.
 
 
 
UN EXTRAIT 
 
Adolf : Je n’ai pas de secret pour toi. Il faut que tu saches que ma femme est une nature disons…indépendante. Qu’est-ce qui te fait rire ?
 
Gustaf : Rien, continue. Elle était d’une nature indépendante…
 
Adolf : Elle ne voulait rien me devoir.
 
Gustaf : Mais aux autres…par contre…là, oui.
 
Adolf : (après un silence) En effet. Tiens, par exemple, elle m’apporte une sorte de contradiction systématique…sur tout… Mais si quelqu’un d’autre reprenait mes points de vue, alors elle était d’accord. Uniquement parce que cela ne venait pas de moi.
 
Gustaf : Ah oui… Ca ne rend pas très heureux  ce genre d’attitude. 
 
 
 
L’AUTEUR 
 
August Strindberg (1849-1912) est une personnalité complexe et passionnée. Auteur dramatique, écrivain, peintre, photographe, il passe du naturalisme à l’expressionnisme, voire à l’occultisme dans la fin de sa vie. Ses trois mariages furent douloureux et son œuvre est marquée par cette étude intime. Elle fait de lui un grand inspirateur du théâtre moderne. Il considérait « Les Créanciers », qu’il qualifiait de tragi-comédie, comme sa pièce la plus aboutie. 
 
J’ai l’envie ici de rappeler une très belle version d’une oeuvre onirique de Strindberg, qui existe en DVD, « Le Songe », dans la mise en scène de Raymond Rouleau (1904-1981), avec Isabelle Adjani. Vous verrez, ce DVD vaut le détour.
 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Danielle Mathieu-Bouillon pour Culture-Tops

Danielle Mathieu-Bouillon est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€