Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bulle politique ?
Le prix de la conquête
de la Maison Blanche explose

Un million de dollars par jour de mandat ! C’est ce qu’aura dépensé le vainqueur de l'élection présidentielle pour accéder à la Maison Blanche.

Trans Amérique Express

Publié le
Bulle politique ? 
Le prix de la conquête 
de la Maison Blanche explose

Combien coûte le ticket d’entrée à la Maison Blanche ?  Crédit Reuters

Combien coûte le ticket d’entrée à la Maison Blanche ? Non pas la visite publique, qui est gratuite, mais un séjour de quatre ans dans les appartements présidentiels avec option sur le Bureau ovale et la fanfare jouant « Hail to the Chief » à chacun de vos déplacements. En 2012, ce ticket-là devrait s’élever à 1,5 milliards de dollars. Et peut-être plus ? Sachant qu’un mandat présidentiel dure 4 ans, soit 1460 jours, cela revient à plus d’un million de dollars la journée!

En 2004 déjà, George W. Bush et George Kerry avaient dépensé plus d’un milliard de dollars pour leur campagne. En 2008, avec des primaires chez les Démocrates, comme chez les Républicains, la facture de l’élection présidentielle avait atteint 2,4 milliards de dollars, selon le Center for Responsive Politics, un « watch-group » indépendant, et jusqu’à 4 milliards selon d’autres sources.

Cette fois, seuls les Républicains ont une primaire disputée. Côté démocrate, Obama, candidat à sa réélection depuis le 7 avril 2011, est assuré de la nomination. Pourtant, le coût de la campagne 2012 devrait battre tous les records.

Pourquoi ? Parce que le montant des contributions politiques a été « déplafonné » par deux décisions de justice en 2010.

Dans la première, une cour fédérale a statué qu’en vertu du Premier Amendement à la Constitution, garant de la liberté d’expression, les contributions individuelles à des organisations « indépendantes » ne sauraient être plafonné, comme c’était le cas jusqu’alors.

Dans la seconde, la Cour Suprême a estimé, à 5 voix contre 4, qu’interdire les contributions financières, à fins politiques, émanant d’entreprises, de syndicats ou d’associations, était une violation de ce même Premier Amendement. 

Concrètement toute personne, entreprise, ou association peut désormais dépenser autant d’argent qu’elle le souhaite pour défendre, ou attaquer, la cause de son choix. Si cet argent est destiné à une organisation « indépendante » et non pas à un parti ou un candidat. La Federal Election Commission, autorité régulatrice des élections depuis 1974, n’a pas de droit de regard sur ces contributions. Si elles sont tenues de communiquer la liste de leurs donateurs, ces organisations peuvent le faire…après l’élection. Et si les donateurs veulent rester anonymes, il leur suffit de faire transiter les fonds par une association, autorisée à protéger l’anonymat de ses bienfaiteurs… 

Ces décisions ont eu pour effet immédiat de voir apparaître par dizaines les « super-pacs », véritables coffres-forts politiques qui font exploser les budgets de campagne.

Tous les candidats ont un, ou plusieurs « super-pacs »à leur service. Le plus souvent, ils sont d’ailleurs mis en place par d’anciens collaborateurs, tellement le voile de séparation officiel est poreux.

Celui de Mitt Romney s’appelle « Restore our Future » (« Rétablir notre avenir »). Au 1er février il avait réuni 30 millions de dollars. Dont 12 millions pour le seul mois de janvier. Et 18 millions sur l’ensemble de 2011. Parmi les donateurs, beaucoup de banquiers, dont deux cents ont apporté plus de cent mille dollars chacun.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mérovingien - 08/02/2012 - 17:18 - Signaler un abus OBAMA VA PERDRE MALGRE LES PRONOSTICS

    Vous verrez que j'ai raison, malgré les analystes, politologues et sondeurs, je vos prédis la défaite d'Obama. Idem pour la France, Hollande sera vaincu malgré ses 60% d'intentions de vote des sondages.

  • Par Rhytton - 09/02/2012 - 14:00 - Signaler un abus N'y a-t-il donc personne pour evoquer la vertu?

    La logique voudrait que le meilleur candidat soit celui qui rassemble le plus en depensant le moins. Ce que ferait un responsable marketing digne de ce nom! Aux USA, une telle depense doit etre illusoire au regard du pactole que la planche a billets de la Fed peut offrir sur quatre annees. Saviez-vous que la Fed n'a jamais ete audite depuis sa creation en 1913? Encore plus sensationnel: la Fed n'est pas une entite gouvernementale, c'est une emanation d'un syndicat de banquiers. On comprend donc pourquoi l'Amerique derape: les interets du pays sont mis derriere des interets prives. Et Romney est le candidat le mieux dote par les banques. Allez savoir pourquoi! :) http://www.dailymotion.com/video/xnvvyz_mitt-romney-just-pass-this-message-along-to-your-friends_news En fait, seul Ron Paul tient un discours de rigueur. Tiens, "rigueur"! Un terme pas encore a la mode aux USA...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€