Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Corse : pourquoi la mafia reste particulièrement attentive aux victoires électorales des indépendantistes

La mafia corse reste très attentive à la situation politique sur l'île et regarde d'un oeil avide la montée des indépendantistes.

Île de beauté

Publié le - Mis à jour le 6 Décembre 2017
Corse : pourquoi la mafia reste particulièrement attentive aux victoires électorales des  indépendantistes

Atlantico : Quels sont les liens qui unissent aujourd'hui la mafia et les indépendantistes ou autonomistes ?

Jean-Michel Verne : Ce qu'on peut dire aujourd'hui, c'est que l'action de la JIRS, la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille, qui est chargée de lutter contre le crime organisé a pris en main les affaires corses entre 2004 et 2006. Et, force est de le constater, de nombreux chefs de clans mafieux sont aujourd'hui sous les verrous. Historiquement en Corse, vous avez la Brise de Mer, du nom du bar où se rassemblait ce groupe dans les années 90, qui avait longtemps bénéficier de "passe droits judiciaires" si j'ose dire, et qui a été victime d'une opération mani pulite en son sein même.

Cela a entraîné l'assassinat des principaux chefs. Puis vous avez eu le clan Federici, dit des Bergers-braqueurs, dont les principaux chefs sont en prison. Et il y a le "Petit bar", la troisième grande composante connue, qui est à Ajaccio, qui est aussi derrière les barreaux. Tout cela fait que le milieu est affaibli.

La question qui se pose aujourd'hui est celle effectivement des relations entre la mafia et les nationalistes. On peut considérer que les mafias se sont peut-être mises en sommeil en attendant de voir ce qui allait se passer avec justement cette mutation nationaliste. Ils se demandent si eux-mêmes vont profiter du gâteau qui semble se présenter à eux. Aujourd'hui, nous avons donc à faire à une période d'incertitude pendant laquelle les nationalistes vont d'une certaine façon bénéficier d'un appui tacite des systèmes mafieux. On va voir comment les choses vont se régler : on est cependant dans une période d'incertitude et étrangement de silence des mafieux. D'ailleurs, à ma connaissance, le dernier assassinat est celui d'un entrepreneur corse tué sur son tractopelle. C'est une petite entreprise et rien ne prouve aujourd'hui qu'il s'agit d'une affaire mafieuse. 

Quels sont les intérêts de la mafia dans une victoire des autonomistes et dans la potentielle autonomie à venir ?

Leur intérêt réside principalement dans la façon dont pourrait être distribués les marchés publics. Si la Corse va vers plus d'autonomie, elle ira vers plus de financements, plus de contrôle économique et plus de convoitises. C'est simple.

D'ailleurs dans le programme de Femu a Corsica, le parti de Simeoni, en le lisant rapidement, on voit ded mesures concernant le secteur du bâtiment, mais nettement moins en ce qui concerne la lutte anti-mafia...

L'intérêt est certain. Reste à définir en quoi il s'agit ou non d'une mafia. Une mafia réunit des gens venus de divers horizons : cela peut être des entrepreneurs, des politiques, des "soldats". Est-ce que cette alliance existe aujourd'hui en sous-main, c'est une question qu'on peut se poser. Et il faut se demander jusqu'à quel point une alliance avec le politique, avec les décideurs peut engendrer des convoitises. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pharamond - 05/12/2017 - 10:14 - Signaler un abus Marchés publics

    Quelle sera la source principale des marchés publics? La métropole. Dit autrement,les contribuables de cette métropole vont alimenter les trafics en Corse. N'ont-ils pas leur mot à dire? A l'occasion de la modification constitutionnelle nécessaire à l'instauration du nouveau statut de la Corse,la question devrait leur être posée par référendum.

  • Par Atlante13 - 05/12/2017 - 10:21 - Signaler un abus Que de doux euphemismes,

    Une des premières demandes des nationalistes étant le rapatriement des prisonniers corses, et la gestion autonomiste de la fiscalité. Alors, svp, cessez de prendre tous les français pour des bornes, même si les faits semblent vous donner raison.

  • Par J'accuse - 05/12/2017 - 11:14 - Signaler un abus Le milieu politique est lui-même une mafia

    Occuper des postes d'élus pléthoriques et bien rémunérés en mentant aux électeurs, multiplier les postes de fonctionnaires inutiles, lancer des projets publics surdimensionnés pour payer des amis et se faire rétribuer pour ces services, dissimuler les avantages en nature et autres privilèges dont ils bénéficient, voilà ce que cherchent les politiciens, et plus d'autonomie signifie plus de possibilités. Pas besoin d'aller chercher ailleurs les motivations, en Corse comme en Catalogne.

  • Par vangog - 05/12/2017 - 12:31 - Signaler un abus « Plus d’autonomie, donc plus de financements »??????

    Serait-ce la machine infernale macroniste (socialiste masqué) qui veut ça? Et si la France ruinée (dixit Fillon...) n’a pas les moyens de financer (un peu plus) l’autonomie corse?...ah ben! On ira alors vers le scénario de la Catalogne à rebours... »vous ne nous filez pas assez d’argent, donc on réclame l’autonomie totale! » Moi, je serais assez d’accord pour une autonomie budgétaire totale corse...immédiate! Vous imaginez le malaise dans les rangs nationalistes..

  • Par Deudeuche - 05/12/2017 - 13:13 - Signaler un abus Les Jacobins eructent

    Après des décennies de merde éducation nationale, justice nationale et autres fléaux nationaux, ils ont peur quant un coin de France a le quart de la moitié des pouvoirs d’un Land allemand ou d’un état américain. Vite que nous débarrassions de cette petaudiere parisienne appelé État (lire centralisé avec des Gauleiters appelés “préfets”.

  • Par ajm - 05/12/2017 - 15:49 - Signaler un abus Banlieue de Naples .

    Comparer la Catalogne à la Corse est ridicule. La Catalogne, region de plusieurs millions d'habitants, a une vraie economie, un peu surfaite sans doute, mais réelle. La Corse c'est trois cent mille habitants, beaucoup de fonctionnaires et de retraités, un peu de tourisme. Cela représente une partie de la banlieue de Naples, c'est tout dire.

  • Par jurgio - 05/12/2017 - 15:59 - Signaler un abus Comme beaucoup je méconnais le monde corse

    et je n'ai naïvement jamais fait de distinction entre mafiosi et indépendantistes. Me trompé-je effrontément ?

  • Par moneo - 05/12/2017 - 16:25 - Signaler un abus hum

    aujourd'hui assasinat et blessé grave à l'aéroport de Bastia....les affaires continuent

  • Par assougoudrel - 05/12/2017 - 17:36 - Signaler un abus Qui dit autonomie ou

    indépendance, dit un temps de flottement et d'adaptation. C'est ce moment là qu'attend la mafia pour s'implanter.

  • Par Deudeuche - 05/12/2017 - 18:27 - Signaler un abus Pourquoi l’etatisme Centraliste

    Est attentif à chaque réforme Jacobine qui étrangle d’avantage les régions de France. La mafia gaucho islamo fonctionnaire pullule comme des vers sur ce fromage produit à Paris. Vive les Corses.

  • Par Anouman - 05/12/2017 - 20:20 - Signaler un abus Mafia

    Il n'y aurait donc qu'en Corse qu'il y aurait une compromission entre les élus et les entreprises de travaux publics? La mafia des marchés publics existe partout où il y a des marchés publics. Le marché public est une poule aux œufs d'or dont les œufs sont distribués par des élus compréhensifs et dispendieux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Michel Verne

Jean-Michel Verne collabore à Paris-Match, La Tribune de Genève et a récemment publié Main basse sur Marseille… et la Corse (Nouveau Monde éditions).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€