Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 29 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Corruption socialiste à tous les étages : c’est pour quand, la "République irréprochable" ?

Le Parti socialiste, qui revendique le 1er prix de vertu, est en passe de doubler la droite dans la course à la corruption. Et l’opinion s’exaspère. Veut-on vraiment moraliser la vie politique ? Extrait de "La république des imposteurs", de Gilles Gaetner, publié aux éditions l'Archipel (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Corruption socialiste à tous les étages : c’est pour quand, la "République irréprochable" ?

Le Parti socialiste, qui revendique le 1er prix de vertu, est en passe de doubler la droite dans la course à la corruption Crédit Reuters

Du côté des plus farouches adversaires de François Hollande, aucun, de ce côté-ci de la Manche, n’avait risqué un tel commentaire. Même si beaucoup le pensaient… tout bas. Au plus rappelait-on, dans les cercles du pouvoir, que François Hollande n’avait pas été très chaud pour promouvoir à Bercy le député du Lot-et- Garonne, réputé strauss-kahnien. Finalement, c’est sur l’insistance de Jean-Marc Ayrault que Hollande a cédé. L’ex-premier secrétaire du PS aurait-il eu vent de quelque information désagréable sur Cahuzac ?

A-t-il pensé qu’elles ne seraient jamais révélées sur la place publique ?

Pourquoi, in fi ne, a-t-il accepté de nommer Cahuzac à l’un des postes ministériels les plus sensibles ? Trois questions dont le nouveau chef de l’État connaît (peutêtre) la réponse… Une chose est sûre : la « République des affaires », les Français, depuis trente ans, en ont soupé. Hier les dérives de la mairie de Paris, l’affaire Elf, la manipulation Clearstream qui vit s’empoigner férocement Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, le fi nancement présumé de la campagne présidentielle de Sarkozy par la Libye, les feuilletons Karachi, Woerth-Bettencourt… Et maintenant, les 685 000 euros planqués en Suisse par l’un des membres les plus en vue du gouvernement !

Dès les révélations de Mediapart, le 4 décembre 2012, Jean-Marc Ayrault est sonné. Il n’arrive pas à croire que son ministre du Budget soit mouillé dans cette sale histoire d’évasion de capitaux. Cinq mois plus tard, lorsque la vérité éclate, il se trouve dans un autre état d’esprit. À l’incrédulité, au doute a succédé la colère. Une colère froide. C’est fi ni : l’ancien ministre du Budget est désormais un étranger. Indigne d’appartenir à la famille socialiste.

Cette affaire Cahuzac, sur laquelle nous reviendrons longuement1, assomme littéralement les Français. Quoi ! Le ministre chargé de la lutte contre la fraude fi scale était un tricheur ? C’est l’histoire du pompier pyromane ou du fl ic ripou : insupportable. Ah ! ces socialistes qui nous rebattent les oreilles depuis des lustres avec les mots de « morale », de « solidarité », de « partage », d’« honnêteté », d’« intérêt général », de « parler vrai » ! Ces socialistes qui se sont autoamnistiés à coups de lois sur mesure… Ces mêmes socialistes – n’est-ce pas, monsieur le candidat Hollande ? – qui ont promis d’instaurer, pardon, de réinstaurer une République exemplaire… Comme si cela pouvait se décréter.

Voilà ce que pense le citoyen : avec la droite, au moins, les choses sont plus claires. Comme disait Guizot : « Enrichissez-vous. » Peu importe la manière.

À Marseille, faut pas y compter…

Regardez du côté de Marseille. Marseille l’indocile. Marseille la violente. Marseille la corrompue… jusque dans la police. Au moment même où l’ancien ministre du Budget est soupçonné de tricherie, l’omnipotent président socialiste du conseil général des Bouchesdu- Rhône, le sénateur Jean-Noël Guérini, voit pour la deuxième fois son immunité parlementaire levée par ses pairs de la Haute Assemblée. Quant à son frère Alexandre, son double, son presque jumeau, il est soupçonné d’être au coeur d’un système gangrené dont l’un des bénéfi ciaires ne serait autre que Jean- Noël. Après tout, dira-t-on, ce duo, qui attend d’être jugé, ne faisait que perpétuer un clientélisme consubstantiel à la cité phocéenne.

« Clientélisme » : le mot redevient à la mode. Avec Sylvie Andrieux, députée ex-PS de Marseille, on le verra emporté par le maelström des affaires. Clientélisme – ou plutôt « soupçon de », « impression de » – évoqué par un rapport de la chambre régionale des comptes de Paca, qui par ailleurs n’épargne guère la pasionaria de Marseille, la sénatrice PS Samia Ghali. En cause : la générosité dont elle a fait preuve en tant que vice-présidente du conseil régional chargée du sport, de la vie associative et de la jeunesse,entre 2004 et 2010. Elle a en effet alloué au cours de cette période pas moins de 962 000 euros à l’association Omnisport-Hermitage Campagne-Lévêque, dont le président n’était autre que son cousin, Abedlhafi d Bahou. Oui, 962 000 euros ! Alors qu’avant 2004 la subvention annuelle versée à l’association ne dépassait pas 4 000 euros… Vous avez dit bizarre1 ? En effet, il y a de quoi s’interroger. Du côté du directeur de cabinet de l’intrépide sénatrice, on le dit et le redit : tout est clair dans ces aides, comme en témoignent les factures. Méthode Coué ou réalité ? Affaire à suivre…

… pas davantage en Languedoc-Roussillon et dans le Nord-Pas-de-Calais

À quelques centaines de kilomètres de là, dans l’Hérault, un autre socialiste, le sénateur Robert Navarro, ex-premier secrétaire de la fédération départementale, se voit lui aussi dépouillé en 2012 de son immunité parlementaire : la justice le soupçonne d’avoir offert à sa compagne, à son beau-frère et à son beau-fi ls moult escapades à l’étranger grâce aux cotisations des militants de la fédération… Un jour à Marrakech, l’autre à Prague ou encore à Malte. Coût total : 14 037 euros. Ce n’est pas tout : entre 2004 et 2007, le fringant Navarro effectue soixante et un voyages, via Air-France, entre Strasbourg et Montpellier d’une part, Marseille et Bruxelles d’autre part. Montant : 77 632 euros. Une facture rondelette prise en charge par la fédération socialiste de l’Hérault. Ce qui est totalement abusif, puisque, à l’époque, Navarro est député européen…

Plus extravagant encore : on apprend que l’élu a réglé, pour la seule année 2010, 28 699 euros à la pizzeria Le Hockeyeur. Une somme qui représente 47 % des frais annuels de réception de la fédération. Face à ces découvertes ahurissantes, mises au jour grâce à un audit du PS de l’Hérault, qui plombent toute confi ance entre Navarro et les militants, le parti porte plainte… Exclu, le parlementaire, mis en examen pour abus de confi ance, répète, sans rire, qu’il est victime d’un « fl ingage politique ». Il n’est pas sûr que le candidat Hollande, qui l’avait imprudemment pris dans son équipe de campagne, partage cet avis1…

Que dire encore, au nord de la France, de la bienveillance dont a bénéfi cié pendant des lustres Jean- Pierre Kucheida, député du Pas-de-Calais, soupçonné de s’être servi allègrement sur la bête ? Mis en examen en janvier 2014, dans le cadre de l’information judiciaire ouverte à Lille sur le fi nancement du PS régional, l’ancien roi de Liévin s’est de lui-même exclu de la vie politique. L’infatigable Arnaud Montebourg, qui n’a cessé de dénoncer les moeurs du parti dans ce département et à Marseille, n’est pas étranger à cette chute. Tombé aussi, le poulain de « Kuche », Gérard Dalongeville, ex-maire d’Hénin-Beaumont condamné en août 2013 à trois ans de prison pour détournement de fonds publics2.

Et l’on pourrait poursuivre avec les pratiques de l’ex-maire socialiste de Clamart (Hauts-de-Seine), Philippe Kaltenbach, surpris, à en croire une vidéo prise à son insu, en train d’accepter 6 000 euros d’un de ses administrés, dîme à payer pour obtenir un logement social1… Dans le Val-d’Oise, un autre édile est montré du doigt : le maire socialiste de Sarcelles, François Pupponi, dans le collimateur de la justice pour avoir été plus que léger avec les deniers de la commune. Selon un rapport de la PJ, il aurait dépensé 28 500 euros en notes d’hôtel et de restaurant, grâce à la carte bleue d’une société d’économie mixte – la SEM Chaleur – dont il avait, en tant que président, l’utilisation exclusive2… C’est ainsi que la PJ a découvert quelques factures prouvant qu’en 2006 Pupponi a passé deux nuits dans un palace lillois, L’Hermitage gantois, également fréquenté par son ami Dominique Strauss-Kahn. Et quoi d’autre ? Le maire de Sarcelles avait ses habitudes à L’Aventure, un restaurant parisien branché, à deux pas de la place de l’Étoile. L’établissement porte bien son nom, surtout aux heures avancées de la nuit. C’est ici que le commissaire Lagarde, dont le nom est apparu dans l’affaire du Carlton de Lille, a fait la connaissance d’un certain DSK.

Qu’il le veuille ou non, Pupponi, successeur en juin 1997 de DSK à la mairie de Sarcelles, offre un profi l sulfureux. Sa défense malhabile, sur l’air de : « Moi, inspecteur des impôts, comment serais-je assez sot pour utiliser ma carte bleue à des fi ns personnelles ? », ses colères répétées, son nom cité dans l’affaire du cercle Wagram en sont la cause. À tort ou à raison, Pupponi, devenu une sorte de pestiféré dans son propre camp, s’est vu contraint de s’éloigner de l’équipe de Martine Aubry, candidate aux primaires du PS pour l’élection présidentielle, et de tirer un trait sur son éventuelle entrée au gouvernement, fût-ce par la petite porte.

Du nord au sud de la France, en passant par l’est et le centre, nous évoquerons plus longuement ces dérives, côté coulisses, où apparaissent, auprès d’élus socialistes, des personnages interlopes, mi-aventuriers mi-voyous, dont l’objectif est immuable : gagner de l’argent sans trop se fatiguer… Même la Ville de Paris, dirigée de 2001 à 2014 par Bertrand Delanoë, a connu quelques déboires en raison du manque de vigilance – ou de compétence – de son adjointe aux marchés, Mireille Flam1, jugée par le tribunal correctionnel de Lyon les 20 et 21 novembre 2013 pour avoir attribué un contrat d’enlèvement d’ordures ménagères à une entreprise plus chère que sa concurrente…

Jaurès, Blum, réveillez-vous, ils ont oublié ce qu’est l’éthique !

Pourquoi, plus de trente ans après l’élection de François Mitterrand à l’Élysée, le Parti socialiste voitil son image écornée par un flot de scandales financiers qui bafouent les principes de Jaurès ou de Blum et font de lui un parti de profiteurs ? En 1981, on pouvait imaginer qu’après vingt-trois ans de frustration certains avaient envie de revanche, quitte à se « goinfrer ». Certes, la lutte pour les places n’est pas nouvelle. Mais aujourd’hui ? L’alternance a eu lieu. Depuis trente-trois ans, droite et gauche goûtent aux délices du pouvoir, instaurant chacune son tour une « République des copains ». Pourtant, le jugement que l’opinion publique porte sur les élus – selon divers sondages, plus de 70 % des personnes périodiquement interrogées les jugent corrompus – devrait conduire ces derniers à devenir de plus en plus vertueux. Eh bien, non. Combines, confi ance trahie, escroqueries, avantages indus, détournement d’argent public, mensonges, s’ils sont bannis du vocabulaire socialiste, s’ancrent dans les habitudes. Faut-il y voir un héritage des années Mitterrand ? Une alliance entre générosité et fi louterie que le PS est dans l’incapacité de rejeter – défi nitivement – aux oubliettes ? C’est en tout cas l’analyse de l’historien Christophe Prochasson, qui écrit : « L’épisode Mitterrand a contribué à dégrader les valeurs morales dont le PS était porteur1. »

Extrait de "La république des imposteurs", de Gilles Gaetner, publié aux éditions l'Archipel, 2014.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 28/06/2014 - 12:21 - Signaler un abus Puisque la Justice en France ne fait

    pas son travail, il faudrait que le peuple français le fasse lui même. Faire justice soi-même, c'est à dire débouler à l'Elysé, l'Assemblée Nationale, le Sénat, les grandes mairies et les virer à coups de pieds au cul, les bastonner, brûler et raser tout ce qui leur appartient. Les attendre aux aéroports, les ports, afin de les empêcher de fuir à l'étranger. Des singes qui surveillent les bananes. Ils et elles sont joufflus, fessus, la panse rebondie (leur ventre a des fissures). Ils sont écoeurants et répugnants. Belle façade, mais l'intérieur est pourri. Ils puent. La France ne serait pas dans un tel merdier si ces gens là avaient un minimum de code d'honneur. Ils ont fait pire qu'avant 1789, car la France était une grande puissance à l'époque. Ce n'est même pas "à démonter et à repeindre", mais à raser et rebâtir avec du neuf.

  • Par chrisbord - 28/06/2014 - 13:27 - Signaler un abus Mais

    depuis l’avènement de "Tonton", rien de nouveau au pays de la Hollandie !

  • Par vangog - 28/06/2014 - 14:13 - Signaler un abus Marrant...car cela fait vingt ans que le duo Guérini attend

    d'être jugé... La Justice taubirienne attend peut-être la prescription des faits les plus graves... lorsque le FN arrivera au pouvoir, il ne faudra pas plus d'un mois pour juger ces malfrats socialistes et communistes!

  • Par Anguerrand - 28/06/2014 - 17:11 - Signaler un abus À Atlantico

    Difficile de se retrouver quand juste après un commentaire , vous changez un peu la teneur de l'article et le titre et vous en profitez pour faire disparaître les commentaires des lecteurs. Ces commentaires se font rare et il y a plus beaucoup d'occasion d'échanger les avis ou les arguments entre lecteurs, ce qui rend beaucoup plus inintéressant d'intervenir. SVP modifiez vos méthodes, à quoi bon intervenir si un quart d'heure après les échanges ( parfois constructifs entre lecteurs) ceux ci sont effacés. C'est décourageant d'intervenir dans ces conditions et moins intéressant de vous lire. Les interventions se font rares alors...Cet article n'est jamais qu'une variante de l'article de ce matin sur Le Guen, et donc à peu d'intérêt et le fil des conversations est coupés. Dommage . Le Post criptum existe, utilisez donc si vous voulez compléter votre article.

  • Par Anguerrand - 28/06/2014 - 17:11 - Signaler un abus À Atlantico

    Difficile de se retrouver quand juste après un commentaire , vous changez un peu la teneur de l'article et le titre et vous en profitez pour faire disparaître les commentaires des lecteurs. Ces commentaires se font rare et il y a plus beaucoup d'occasion d'échanger les avis ou les arguments entre lecteurs, ce qui rend beaucoup plus inintéressant d'intervenir. SVP modifiez vos méthodes, à quoi bon intervenir si un quart d'heure après les échanges ( parfois constructifs entre lecteurs) ceux ci sont effacés. C'est décourageant d'intervenir dans ces conditions et moins intéressant de vous lire. Les interventions se font rares alors...Cet article n'est jamais qu'une variante de l'article de ce matin sur Le Guen, et donc à peu d'intérêt et le fil des conversations est coupés. Dommage . Le Post criptum existe, utilisez donc si vous voulez compléter votre article.

  • Par sandhom - 28/06/2014 - 17:19 - Signaler un abus De plus

    S'interresser aussi à Jean Germain, ex maire de Tours, 2eme cumulard de France. Un audit de la ville est en cours. Si le FN arrive un jour au pouvoir, il en sera de même, forcement. Question d'éducation et de valeurs perdues.

  • Par Pourquoi-pas31 - 28/06/2014 - 20:37 - Signaler un abus Ils vont très bientôt se voter

    une petite amnistie avant de perdre la majorité ou la prochaine dissolution.

  • Par Pourquoi-pas31 - 28/06/2014 - 20:40 - Signaler un abus Taubira à raison.

    Supprimons les peines de prison. Revenons au carcan et à l'exposition sur la place publique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à l'Express, chargé de l'investigation.

 

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée et La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut), et La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€