Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Le corps des ruines" : Fouillé, parfois fascinant, mais long à lire

Atlanti-culture

Publié le
"Le corps des ruines" : Fouillé, parfois fascinant, mais long à lire

LIVRE

Le corps des ruines

de Juan Gabriel Vasquez            

Ed. du  Seuil                        

 500 pages

RECOMMANDATION

            EXCELLENT

THEME

A Bogota la mort violente peut frapper n’importe qui à l’improviste, dans la rue, en pleine journée, au milieu de la foule. Pour les gangs mafieux comme celui de Pablo Escobar ou pour des hommes au pouvoir c’est un moyen radical et courant d’écarter la concurrence. 

L’auteur, Vasquez, est le narrateur. Il est fasciné par la mort comme semble-t-il beaucoup de Colombiens : après un meurtre dans la rue, les passants trempent un tissu dans le sang répandu afin d’en garder le souvenir; Vasquez lui y mettra le bout de son soulier. 

Un soir il rencontrera Carballo, un illuminé fanatique de l’assassinat de Gaetan en 1948, qui voit des complots partout et qui lui remettra des documents anciens rédigés à l’époque par Anzola, un jeune juriste, sur l’assassinat en 1914 d’un autre homme politique colombien, Rafael Uribe Uribe. 

Vasquez va se laisser entraîner à devoir écrire un livre « inspiré » à propos de ces deux assassinats, avec en toile de fond l’assassinat filmé de John Kennedy.

Il devra construire une vérité romancée, car c’est un écrivain, forcément différente de celle offerte par les historiens et les journalistes qui peuvent être influencés par des forces obscures. 

Dans une écriture précise, enlevée, envoûtante, Vasquez nous plonge dans les coulisses de ces actions violentes.  

POINTS FORTS

1 La description des assassinats est saisissante. Pour celui de JFK, dont on pensait tout savoir, Vasquez nous maintient en haleine et on se précipite sur YouTube pour regarder « The Zapruder film ».  

2 Les enquêtes sur la construction de manipulations d’Etat sont remarquables. Carballo est un adepte de la « théorie des complots » et il nous convainc presque que les tours du World Trade Center ne se sont pas effondrées à cause des avions ou que Diana est n’est pas morte dans un banal accident de voiture. Et on peut maintenant penser que le Lusitania n’a pas été torpillé par hasard, motivant l’entrée des Etats-Unis dans la Grande Guerre...

3 Le rythme est haletant. Vasquez rend bien l’atmosphère de terreur qui règne à Bogota et comment la population s’en accommode.

POINTS FAIBLES

Il y a beaucoup d’alternances, digressions et répétions comme dans une enquête policière fouillée. Le procédé est sans doute incontournable pour donner son volume et sa trame au roman, mais c’est très long à lire.

En deux mots

Ce livre offre une excellente réflexion sur la façon dont les témoins oculaires  percoivent un événement violent et comment le pouvoir en place reconstruit le scénario suivant ses objectifs politiques. On aimerait que Vasquez écrive un roman sur l’assassinat de Jaurès ! 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Didier Cossart pour Culture Tops

Didier Cossart est chroniqueur pour Culture Tops

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€