Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Contrôle des chômeurs : le débat idéologique moisi qui va occuper la gauche bobo

Le gouvernement veut renforcer le contrôle des chômeurs. C'est ce qu'annonce Le Canard Enchaîné, qui aurait eu accès à une note confidentielle rédigée par le directeur de cabinet de la Ministre du Travail. Il n'en fallait pas plus pour relancer des polémiques dont la date de péremption est largement dépassée.

Des nouvelles mesures

Publié le
Contrôle des chômeurs : le débat idéologique moisi qui va occuper la gauche bobo
Le principe est très simple: le gouvernement veut durcir les sanctions existantes contre les chômeurs qui refusent deux offres d'emploi raisonnables. Les sanctions pourraient conduire jusqu'à une suspension des allocations pendant six mois.
 
Cette note qui n'a rien d'une proposition officielle commence déjà à faire tousser la gauche bobo, offusquée par tant de rigueur contre les chômeurs. Et l'antienne de l'insupportable mépris pour les plus faibles, pour les victimes de la crise et autres considérations habituelles devrait bientôt retentir dans les couloirs de la bien-pensance. 
 

Les contradictions de la gauche bobo

Il suffit de lire l'article de Mediapart consacré au sujet pour mesurer toutes les contradictions de ce courant d'opinion. 
 
D'un côté, on fait l'éloge d'un système assurantiel géré par les partenaires sociaux depuis sa création.
On idéalise l'absence de l'État et, au fond, la philosophie du contrat qui inspire le système.
 
De l'autre, on condamne sèchement les garanties qui sont prises pour l'exécution du contrat, et on fait l'éloge du laxisme universaliste propre aux dispositifs solidaires.
 
Du contrat entre assuré et assureur, oui, à condition que les salariés soient libres de le violer sans aucune vérification. De l'assurance, oui, mais à condition que l'assureur paie les yeux fermés et sans être sûr que les sinistres qui sont présentés à l'indemnisation correspondent à une réalité.
 
À ce train-là, Mediapart reprochera bientôt les enquêtes sur les voitures brûlées du samedi soir. Dans le monde des bisounours qui nous est proposé, soutenir que certains chômeurs profitent du système relève du délit d'opinion. 
 

Le tabou des postes vacants en France

La France est l'un des seuls pays de l'Union Européenne qui ne calcule pas son taux d'emplois vacants. Ce petit silence vient de l'absence de statistiques sur les vacances d'emplois dans les entreprises de moins de dix salariés. 
 
On regrettera ce vide, car tous les entrepreneurs qui recherchent des candidats valables pour les postes qu'ils ouvrent vivent la même expérience: ce n'est pas parce que la France compte 3,5 millions de chômeurs qu'elle compte aussi 3,5 millions de candidats valables et motivés pour travailler. Dans certains secteurs comme l'informatique, la pénurie est redoutable et oblige à recruter en Afrique.
 
Combien de chômeurs, dans les réponses à une offre d'emploi, sont totalement incompétents ou parfaitement déterminés à ne pas travailler? On n'épiloguera pas ici sur les compétences imaginaires que certains affichent sur leur cv. On évoquera seulement ceux qui, lorsqu'ils apprennent qu'ils sont retenus pour occuper un CDI bien payé, expliquent qu'ils ont des vacances à prendre avant de commencer. Contrairement aux idées reçues, cette réponse-là est majoritaire dans les recrutements. 
 

La préférence française pour le chômage

En réalité, la cabale contre le contrôle des chômeurs cache un mal qui ronge la France, mais qu'il est politiquement incorrect d'évoquer: le développement de nos entreprises est entravé par les arbitrages individuels d'un nombre grandissant de chômeurs qui ont intérêt à ne pas travailler. Pourquoi accepter un emploi prenant qui conduira à un matraquage fiscal, quand un emploi sans stress à 35 heures est garant d'une meilleure qualité de vie?
 
Ce n'est pas que les Français soient paresseux. C'est plutôt que la désincitation à travailler est de plus en plus forte. 
 
À quoi sert-il en effet d'avoir un bon salaire? À travailler sous une pression grandissante, à payer toujours plus d'impôt, à être sûr qu'en bout de chaîne, l'enrichissement ne sera pas au rendez-vous car le rabot fiscal élaguera tout. Il vaut beaucoup mieux limiter ses ambitions professionnelles et s'épanouir ailleurs, dans sa vie familiale ou personnelle. Ce choix évite d'avoir à payer des baby-sitters, des centres de loisirs, et autres dépenses liées à une amplitude horaire trop large. 
 
D'où cette espèce d'apathie française où l'idéal collectif s'évanouit, où l'individualisme triomphe. 
 

Le contrôle des chômeurs, fait marginal

En ce sens, la question du contrôle des chômeurs restera toujours marginale dans la (trop molle) lutte contre le chômage de masse en France. Les entrepreneurs peineront à trouver des salariés dans l'armée de réserve des 3,5 millions de chômeurs français tant que la pression fiscale qui pèse sur les salaires les plus élevés demeurera dissuasive. 
 
Pour résorber le chômage, la solution d'avenir passe par une réincitation au travail. De ce point de vue, le projet macronien d'accorder le chômage aux démissionnaires est une folie. Il est une pierre de plus apportée dans le jardin de la désincitation à travailler. 
 
On regrettera donc le temps que la gauche bien-pensante va passer à disqualifier une mesure dont l'intérêt est mineur et l'impact très marginal par rapport au sujet de fond. C'est l'envie de travailler qu'il faut réinventer en France, c'est-à-dire l'idée simple que le travail est utile à la collectivité. 
 
La gauche n'est pas, sur ce point, à une contradiction près. Après avoir martelé pendant des décennies que la réalité ne pouvait progresser que par le travail, elle se fait de plus en plus souvent l'apôtre de l'oisiveté. 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Raymond75 - 27/12/2017 - 09:26 - Signaler un abus Je ne suis pas un expert, mais ...

    Mais j'ai une bonne expérience de la vie, et j'ai pu observer ce qui se passe autour de moi. Il y a une grave déficience en France, par rapport à des pays comme l'Allemagne ou la Suisse par exemple, c'est le mépris dans lequel est tenue la formation professionnelle. --- En France apprendre un vrai métier, en rapport avec les besoins de l'économie, que ce soit lors de la formation initiale des jeunes, ou pire lors de réinsertion professionnelle, soit volontaire soit subie, est considérée comme un pis aller par l'élite intellectuelle auto-proclamée. Pour l'éducation nationale, c'est considéré comme un dépotoir ; on préfère conduire 80 % d'une classe d'âge au Bac, quitte à ce qu'un étudiant sur deux échoue en seconde année de fac, car il n'a pas la motivation et/ou le niveau. En Suisse il n'y a pas de chômage des jeunes car la formation professionnelle est la voie privilégiée, et permet d'évoluer toute sa vie jusqu'aux plus hauts niveaux. --- L'autre hypocrisie, scandaleuse et ignoble socialement, est de faire semblant de croire qu'il faut travailler jusqu'à 65 ans, voire plus, alors que les entreprises virent les gens dès 50 ans, et massivement au delà de 55 ans, sans aucun espoir !

  • Par J'accuse - 27/12/2017 - 09:58 - Signaler un abus N'oublions pas l'affolant revenu universel

    Les annonces d'un revenu inconditionnel financé par le travail des autres, n'est-ce pas la pire chose qui soit ?

  • Par Raymond75 - 27/12/2017 - 10:01 - Signaler un abus @ j'accuse

    Pas financé par le travail des autres, mais financé par le travail des robots !

  • Par Ganesha - 27/12/2017 - 10:48 - Signaler un abus J'accuse, le ''Revenu de base''

    J'accuse, le ''Revenu de base'' vous choque et vous fait peur, parce qu'il va l'encontre du monde où vous avez vécu et travaillé, pendant les ''Trente Glorieuses''. Mais vous devriez essayer de réaliser que beaucoup de temps a passé depuis cette ''époque dorée'' ! Cela ne vous mènera nulle part de perpétuellement ressasser des souvenirs nostalgiques ! Aujourd'hui, cette allocation est devenue un élément indispensable dans le nouveau système de ''vie en société'' que nous allons être bien obligés de mettre en place très rapidement !

  • Par gilbert perrin - 27/12/2017 - 10:56 - Signaler un abus J'accuse :

    Premièrement l'Education Nationale qui ne forme pas aux métiers, aux professions nécessaires et manquantes dans le monde du travail : aujourd'hui et demain ...et, de la formation professionnelle en général??? Deuxièmement, j'accuse l'état, les fonctionnaires et les services publics de ne pas avoir compris celà plus tot... Pour ma part, il y a 6 ans que je le répète sans cesse... si on ne forme pas des gens aptes à travailler immédiatement !!! c'est cependant facile à comprendre, mais çà demande un EFFORT ... à bons entendeurs ???? Pourquoi n'applique t'on pas les charges sociales sur le travail des robets et de la mécanisation ? depuis plus de 50 ans je le demande ?????

  • Par Ganesha - 27/12/2017 - 11:32 - Signaler un abus Émile Zola

    Lorsque je lis la ''prose libérale'' de mr. Verhaeghe et les commentaires des ''vieilles badernes'' ci-dessus, cela me fait immanquablement penser aux discours stupides et répugnants que tient le directeur de la mine, dans le film ''Germinal'', basé sur le roman d'Emile Zola, qui est passé sur Arte il y a quelques temps. Il ne viendrait à l'esprit d'aucun d'entre vous que la solution pour sortir de la ''Crise'' serait d'augmenter les salaires du prolétariat ? Évidemment, cela impliquerait de légèrement diminuer les dividendes que vous percevez, bien à l'abri, dans un quelconque paradis fiscal !

  • Par Sedona - 27/12/2017 - 11:53 - Signaler un abus Zola

    Vraiment n'importe quoi. Vous croyez que les centaines de milliers de libéraux, indépendants et petits commerçants et artisans ont les moyens de chercher un paradis fiscal ? Je suis indépendant et plus jamais je n'embaucherai un salarié. Le dernier que j'ai eu, que je payait 30 k € et qui me coûtait annuellement 65.k € et dont j'ai dû me séparer à la suite de la perte de mon principal client est parti avec 45.000 € d'indemnités légales. Maintenant je ne travaille qu'avec d'autres indépendants...standard, secrétariat...et plus jamais je ne signerai de contrat de travail salarié.

  • Par Ganesha - 27/12/2017 - 14:02 - Signaler un abus Sedona

    En tant que titulaire d'une profession libérale, vous faites partie d'une ''espèce menacée'' ! Si possible, votre activité sera délocalisée, ou alors, on invitera des immigrés à vous concurrencer à moindre coût ! Pour les ''papys-salauds'' qui constituent la majorité des abonnés de ce site, ce qui compte, ce sont les 15% annuels qu'ils obtiennent de leur capital !

  • Par gilbert perrin - 27/12/2017 - 15:48 - Signaler un abus ganesha quel raisonnement sadique ????

    dont lui et lui seul est capable !!!!

  • Par Anguerrand - 27/12/2017 - 16:33 - Signaler un abus Ganesha, marre de se faire insulter à chaque interventions

    Si je vous comprend bien, nous sommes tous des salauds qui ne comprenons rien à rien, des debiles mentaux. Juste une remarque il n’y a qu’insultes et haines sans le moindre argument avancé de votre part. J’ai signalé vos abus afin qu’Atlantico retire vos insanités quotidiennes. Vous n’avez pas la plus élémentaire éducation, alors allez raconter vos vulgarités au bureau du FN pas ici

  • Par Ganesha - 27/12/2017 - 16:53 - Signaler un abus Gilbert Perrin

    Je suis convaincu qu'une majorité d'entre vous sont des rentiers, disposant de comptes bancaires dans les paradis fiscaux. Mais je comprends parfaitement que vous souhaitiez rester discrets sur ce sujet !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 27/12/2017 - 17:22 - Signaler un abus Et vive Ganeshânebâté, notre

    Et vive Ganeshânebâté, notre François Pignon d'atlantico......... .c'est vrai qu'ils nous en donnerait envie la feignasse .......d'avoir des comptes dans des paradis fiscaux. Rien que pour lui faire baisser ses allocs.... Avec tout ce qu'il débite comme ganeshâneries, il y aurait de quoi écrire une encyclopédie de la connerie ordinaire !

  • Par Solognitude - 27/12/2017 - 19:21 - Signaler un abus Ganeshathon,

    Le Ganeshisme serait-il un tic du syndrome de la tourette ?. Ou bien simplement du gâteuxshisme ? Il tente parfois de faciliter le transit intestinal (faire ch.. suivant une expression des 'inconnus' ; Ne serait-ce plutôt qu'une forme de défouloir comique mal compris ? Cela dit, au sujet de l'article, certes intéressant, E. Verhaeghe aurait pu étoffer son propos !

  • Par vangog - 27/12/2017 - 19:28 - Signaler un abus @Sedona Exactement comme vous!

    après les lois Macron-enfumage-pour-tous, la séparation avec un salarié m'a couté plus cher qu'avant (pour cause de baisse du chiffre d'affaire de 11,7% sur six mois), car il faut payer le contrat de sécurisation professionnelle, ce qui double le coût du licenciement...

  • Par BABOUCHENOIRE - 27/12/2017 - 19:32 - Signaler un abus Ganesha est un con vaincu et il aura droit à une revanche

    ses bêtises ( fantasmes) sont aussi énormes que l'animal de son surnom et il les avance avec tellement de conviction qu'il va finir par y croire "le pauvre bougre ". Si un retraité est un rentier c'est qu'il a du économiser alors pourquoi le lui reprocher.

  • Par ajm - 27/12/2017 - 20:44 - Signaler un abus Paradis fiscaux

    Je doute que de riches rentiers ayant une fortune dans des paradis fiscaux et y residant ( résider en France est devenu trop dangereux maintenant dans cette situation) perdent leur temps à discuter sur le chômage en France sur ce site ou sur d'autres. A vrai dire, ils s'en tamponnenr le coquillard et s'imaginent pas de discuter trois secondes avec un Ganesha.

  • Par DANIEL74000 - 28/12/2017 - 07:35 - Signaler un abus Traiter les conséquences au lieu des causes !

    Le problème n'est pas le chômeur mais Pôle emploi ! Cette fausse administration dite paritaire, coiffée par l'UNEDIC est responsable du chômage comme les offices HLM du manque de logements sociaux. A la place de ces machins, pour l'emploi, nous avons les chambres consulaires qui connaissent le marché, les employeurs donc l'emploi. Assez de strates administratives, des résultats. Quant au paiement des indemnités nous avons un spécialiste : la CAF !!!

  • Par Ganesha - 28/12/2017 - 09:02 - Signaler un abus Ajm

    Ajm, lorsque vous serez depuis un certain temps sur Atlantico, vous constaterez que nous nous laissons tous, un jour ou l'autre, inévitablement, aller jusqu'à commettre l'imprudence de révéler des informations personnelles. Il suffit de lire régulièrement tous les commentaires... S'ils habitent hors de France, nos ''papys-abonnés n'ont qu'un choix limité de chaînes télévisées. Ils meublent donc leur solitude et leur ennui en essayant de faire tout leur possible pour sauvegarder leur ''modeste'' patrimoine. En fait, ils ne discutent pas ici de politique, ils se moquent ouvertement du sort et de l'avenir de leurs concitoyens. Leur seul but : défendre leurs intérêts égoïstes pendant les quelques années qui leur restent à vivre !

  • Par Brasidas - 28/12/2017 - 15:22 - Signaler un abus faites vous offrir "la guerre des intelligences"

    et vous comprendrez que le revenu universel est une des pires choses qui puisse arriver pour le développement de l'humanité.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€