Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Contrats Bygmalion-France-Télévisions : pourquoi le procès risque de tourner à la foire d’empoigne

A moins d’un coup de théâtre, le juge Van Ruymbeke devrait renvoyer en correctionnelle l’ancien président de France-Télévisions, Patrick de Carolis, pour favoritisme. Son ancien secrétaire général, Camille Pascal, et Bastien Millot, fondateur de Bygmalion, devraient l’accompagner. Retour sur un dossier sensible.

Une vraie tragicomédie

Publié le - Mis à jour le 11 Mars 2016
Contrats Bygmalion-France-Télévisions : pourquoi le procès risque de tourner à la foire d’empoigne
  • Le Parquet national financier vient de requérir le renvoi en correctionnelle de l’ancien président de France –Télévisions, Patrick de Carolis et de son ex-secrétaire général, Camille Pascal
  • Tous deux sont soupçonnés d’avoir favorisé, de 2008 à 2011, la société Bygmalion à l’occasion de contrats de prestations, à hauteur de 1,2 millions d’euros, conclus sans appel d’offres
  • Les deux anciens dirigeants du groupe estiment qu’ils n’avaient pas à passer par la procédure d’appel d’offres, l’entreprise n’ayant pas un statut de droit public

 

Coucou !

Revoilà Bygmalion ! A moins d’un coup de théâtre a priori improbable, le juge Renaud Van Ruymbeke devrait renvoyer en correctionnelle, Bastien Millot l’ancien fondateur de cette entreprise de communication pour favoritisme et prise illégale d’intérêt. Mais ce dernier ne sera pas seul : il devrait être accompagné par Patrick de Carolis, l’ex président de France –Télévisions et Camille Pascal qui occupait le poste de secrétaire général. C’est ce que vient de demander le procureur national financier dans son réquisitoire.  Carolis et Pascal sont soupçonnés d’avoir passé, entre 2008 et 2011  pour 1,2 millions d’euros de contrats avec Bygmalion, sans appel d’offres.  En ne respectant pas les règles du code des marchés obligatoire pour une entreprise dont le capital est détenu par l’Etat. Ces exigences, les avocats de Millot, Carolis et Pascal estimaient qu’elles ne s’appliquaient pas, arguant que France-Télévisions avait bien un statut de droit privé. Finalement, après une bataille juridique sévère, la Cour de cassation, le 15 juillet 2015, a tranché : France-Télévisions, entreprise certes de droit privé, mais ayant une mission de service public, aurait dû respecter le code des marchés. Le procès, qui devrait se dérouler l’année prochaine, risque d’être diablement intéressant. D’abord parce que cette affaire révèle qu’à France-Télévisions, tout du moins à cette époque, existait une dilution des responsabilités au niveau de la direction. Ensuite parce qu’il promet une foire d’empoigne, principalement entre l’ancien patron de France- Télévision et son ex-secrétaire général qui a aujourd’hui totalement quitté le monde de l’audiovisuel puisque, outre ses fonctions au Conseil d’Etat, il tient chaque semaine une chronique dans Valeurs Actuelles. Vous avez dit foire d’empoigne ? Il suffit de lire le procès-verbal- de confrontation, entre les deux hommes, en date du 24 mai 2014,  qu’Atlantico a lu. Nous y reviendrons.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Vincennes - 07/03/2016 - 15:54 - Signaler un abus C'est ARDISON qui doit rigoler maintenant

    puisque DE CAROLIS + BASTIEN MILLOT (BYGMALLION) et DUHAMEL, en embuscade, l'avaient viré quand il animait « 93 Fg St Honoré » + « tout le monde en parle » pour "placer" le roquet RUQUIER et BARMA dans la boucle.......accusant ARDISSON de malhonnêteté alors, qu'il n’a jamais été inquiété et qu'eux sont mis en examen !!! l’effet boomerang TRES BIEN et Sarko, une fois de plus, avait bien fait de virer DE CAROLIS

  • Par Vincennes - 07/03/2016 - 17:38 - Signaler un abus Pourquoi avoir supprimé mon commentaire

    il ne faut pas dire que cet article est excellent et que Bygmalion avait, également des contrats avec l'assemblée nationale..... raison pour laquelle les Députés connaissaient cette Sté dirigée par les copains de COPPE....... alors que Sarko, qui n'était pas Député travaillait avec la Sté EVENT. Pourquoi ne pas dire la vérité ?? bel imbroglio qui n'en est qu'à son début et qui donne l'impression que tout est mélangé pour nous EMBROUILLER

  • Par vangog - 07/03/2016 - 21:42 - Signaler un abus Prestations fantômes payées à Bygmalion?

    Une forme de contribution aux campagnes de l'UMP? Va savoir...

  • Par Vincennes - 08/03/2016 - 23:56 - Signaler un abus Vous mélangez tout VANGOG

    car c'est DUHAMEL n°2 de France TV, à l'époque, qui avait recommandé MILLOT (copain de COPPE)....et donc, ils se connaissaient tous et c'est la raison pour laquelle les médias n'en parlent pas car DUHAMEL n° 2 du service public à l'époque (dont la femme N..St CRICQ est, actuellement, chef politique sur ce Service Public) + De CAROLIS n°1 à l'époque ont été remplacé par R.PFLIIMLIN (proposé par Sarko) raison pour laquelle ces Messieurs/Dame lui réservent cet accueil "chaleureux" (voir l'attitude de cette teigneuse de St CRICQ lorsqu'elle reçoit Sarko). Il est grand temps que la vérité éclate.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à l'Express, chargé de l'investigation.

 

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée et La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut), et La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€