Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 28 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Conseil de Défense : ce serait quoi le budget des armées si la France se donnait vraiment les moyens de ses ambitions ?

Le conseil de Défense se réunit aujourd'hui 29 avril pour statuer sur l'avenir du budget des armées, avec en toile de fond un arbitrage délicat pour François Hollande entre les finances publiques et les moyens de la Défense. Le président n'a cependant pas le choix : si la France veut faire face aux nouvelles menaces, dispersées et non plus étatiques, elle doit se donner les moyens de rénover ses équipements et d'étoffer ses effectifs. Un coût supplémentaire estimé à 10 milliards d'euros par an. 6 milliards de crédits de plus pour l’armée française viennent d'être annoncés.

Le prix de la sécurité

Publié le - Mis à jour le 1 Mai 2015
Conseil de Défense : ce serait quoi le budget des armées si la France se donnait vraiment les moyens de ses ambitions ?

Le conseil de Défense se réunit pour statuer sur l'avenir du budget des armées ce mercredi 29 avril. Crédit Reuters

  • Le budget de la Défense, qui sélèvera en 2015 à 31,4 milliards d'euros, n'a pas été calibré en fonction de menaces mais d'une loi de programmation militaire qui a pour principal but de rembourser des grands programmes d'équipement lancés il y a 20 ans
  • Une somme qui ne permet pas la modernisation du matériel et le maintien d'effectifs suffisants pour combattre cette nouvelle menace d'un nouveau genre qu'est le djihadisme : depuis la fin de la guerre d'Algérie, sur 200 opérations de guerre, seulement 5 concernaient des Etats
  • Pour entretenir une armée correctement équipée pour faire face aux nouvelles armes comme les drones et conserver les territoires conquis, vite quittés par manque d'effectifs, le budget minimum de la Défense devrait représenter 2% du PIB, soit 10 milliards d'euros de plus par an

 

Atlantico : Quel est aujourd'hui le budget de la Défense ?

Face à quelles menaces a-t-il été calibré ?

Michel Goya : Le budget de la Défense prévu pour 2015 est de 31,4 milliards d'euros. Il n'a pas été calibré en fonction de menaces mais d'une loi de programmation militaire qui détermine un contrat opérationnel et une gestion des grands programmes d'équipement lancés depuis 20 ans. Plusieurs de ces programmes, qui concernaient notamment le rafale, les porte-avions et l'hélicoptère NH90, ont été lancés dans les années 1980 et 1990, sous la menace du pacte de Varsovie, à une époque où le budget de la Défense représentait 3% du PIB.

Même si ces nouveaux équipements étaient couteux, car beaucoup plus sophistiqués que le matériel remplacé, il y avait de quoi les financer. Ce n'est plus le cas aujourd'hui et la France n'y a pourtant pas renoncé. L'effort de Défense a été réduit de moitié en 20 ans, on se retrouve donc dans une situation impossible où l'on ne parvient pas à financer ces programmes et chaque année le problème est repoussé.

Quelles menaces sous-estime-t-il ? Quelles sont les principales menaces qui planent sur la France ?

Il est préférable de parler en termes d'ennemis que de menaces. Depuis la fin de la guerre d'Algérie, pour plus de 200 opérations de guerre, seules 5 concernent des Etats. Tout le reste concerne des organisations non-étatiques. Aujourd'hui, il s'agit principalement d'organisations djihadistes. Comme l'a dit en janvier dernier le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, nous sommes désormais en guerre contre le djihadisme. Si ces organisations ne peuvent pas nous envahir, elles peuvent soit nous attaquer via des attentats sur notre territoire, comme en janvier dernier, mais aussi attaquer les intérêts économiques de nos partenaires à l'étranger et déstabiliser des pays entiers, comme au Mali. On les combats au Sahel, au Moyen-Orient et même en France dans le cadre de la loi de programmation militaire. Nous sommes dans une guerre majeure, certes, mais il n'y a pas de réelle stratégie contre cette menace. La France ne mène que des réactions à des agressions par à-coups, mais pas d'attaque globale.

Quels moyens faut-il mettre en place pour contrer l'ensemble de ces menaces ? Selon l'armée, il faut sauver 18 500 postes pour qu'elle puisse remplir ses missions, notamment l'opération "Sentinelle ", dans la durée. François Hollande a déjà sauvé 7 500 des 34 000 postes dont la suppression était inscrite dans la loi de programmation militaire. Sommes-nous allés trop loin dans la réduction des effectifs ?

Ces suppressions de postes relèvent de la pure folie. Entre le moment où je suis entré dans l'armée au début des années 1980 à aujourd'hui, les effectifs de l'armée de terre ont été divisés par deux. Les réformes ont au moins eu trois impacts majeurs :

  • Avec des effectifs peu nombreux, il est impossible d'occuper les territoires conquis. C'est le problème qui s'est posé au Mali : après avoir vaincu l'ennemi, il faut partir et on laisse ainsi le terrain sans surveillance. Il est alors réoccupé par les forces adverses. En Centrafrique, seuls 2.000 hommes ont été envoyés pour contrôler le pays. C'est trop peu. On manque cruellement d'hommes.
  • Les réformes structurelles des bases de défense et le regroupement des équipements ont rigidifié le fonctionnement de l'armée. Il est toujours plus compliqué de s'organiser. Il y a aussi le problème des soldes aléatoires, qui aggravent la situation.
  • 70% des soldats français sont des volontaires, donc dans des contrats courts. Tout le système fonctionne sur la bonne volonté des gens à s'engager et à rester. Si ce n'est pas le cas, le capital humain se dégrade très vite. Les soldats expérimentés vont ainsi se lasser et partir, ce qui est un peu le cas actuellement. Sachant qu'un simple fantassin porte sur lui de quoi tuer 200 personnes, la défaillance d'un seul soldat peut être lourde de conséquences.

Se dire que l'on va économiser de quoi payer les équipements en supprimant 180.000 postes est une grave erreur. On paye aujourd'hui de grands gaspillages. Les difficultés économiques obligent aujourd'hui l'armée à conserver les anciens modèles. Cela coûte très cher à entretenir. On a acheté de nombreux hélicoptères "Tigre" mais l'on vole encore avec des "Puma" plus vieux que leurs pilotes. L'aviation de transport n'a pas été renouvelée à temps donc il y a une perte de capacité de transport. Les ravitailleurs en vol ont plus de 50 ans et ont le plus grand mal à voler.

On a donc du mal à payer des équipements qui datent maintenant des années 1980, dépassés avant même d'avoir été totalement remboursés. Le manque d'investissement a fait prendre à la France un retard considérable, notamment sur la cybercriminalité, les hélicoptères lourds et surtout sur les drones.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 29/04/2015 - 08:07 - Signaler un abus Même notre gouvernement n'est pas à l'abris de l'intelligence

    Enfin on arrête la mantra de "la défense réserve d'ajustement".

  • Par lexxis - 29/04/2015 - 10:01 - Signaler un abus UNE POLITIQUE D'IMBÉCILLITÉ PUBLIQUE

    On commet depuis des décennies la même erreur avec les militaires et la défense qu'avec les médecins et la santé publique. Quelques imbéciles bien placés ont décidé que moins il y aurait de médecins, moins il y aurait de dépenses de santé (résultat: l'engorgement des urgences et pas seulement !), tout comme d'autres ont assuré que moins il y aurait de soldats, moins la défense coûterait cher (résultat: on peut attaquer, mais pas occuper!). Le problème que n'avaient pas perçu ces magnifiques intelligences formatées à un moule que l'on connaît bien, c'est qu'à partir d'un certain seuil d'économie, la mission ne peut plus du tout être assurée. Et comme on ne peut davantage vivre sans santé que sans défense, il faut d'un coup réinvestir d'urgence et en crise des sommes très supérieures à celles qu'une politique sérieuse et prévoyante aurait nécessitées. Ou sinon, on peut aussi choisir le chemin du déclin, celui dans lequel nous ont délibérément engagés les politiques qui, faute de courage et de lucidité, hypothèquent dans un assistanat glouton tout l'avenir du pays.

  • Par zouk - 29/04/2015 - 16:03 - Signaler un abus BudgetS de la DEFENSE

    La politique aveugle a commencé avec Sarkozy: réduction massive des effectifs, les crédits d'investissement étant relativement protégés. Mais avec Hollande, nous atteignons le comble de l'aveuglement: non content d'engager no seules armées dans des missions coûteuses en hommes et en matériel (Mali, RCA et il a rêvé d'aller s'attaquer à la seule armée forte du Proche Orient: l'armée syrienne), en même temps il réduisait effectifs et crédits! On serait presque tenté de féliciter les djihadistes de nous forcer à nous réveiller. Au passage les retards de paiement des Armées à leurs fournisseurs se chiffrent déjà en milliards sans que la Commission des Finances ne manifeste la moindre surprise, et encore moins critique. J'ajoute, avant que quelque spécialiste de la bonne intention à courte vue ne le fasse: ne touchons pas à la force nucléaire, c'est notre assurance tous risques et la seule raison pour laquelle nous gardons quelque poids dans le tohu bohu international, non plus qu'à la Marine: nous avons le deuxième domaine maritime du monde,et nous pouvons ni le contrôler, ni le sécuriser avec la flotte dont nous disposons. Quelqu'un de plus compétent que moi pourrait détailler les me

  • Par gwirioné - 30/04/2015 - 04:41 - Signaler un abus L'Armée pour remplacer l'Education nationale!

    Le socialisme réussit l'exploit d'embaucher 60 000 enseignants de plus et de demander à l'Armée de créer des Services adaptés pour les "ratés" de l'Education Nationale, tout en réduisant les effectifs militaires... Chapeau, les artistes!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Goya

Michel Goya est colonel dans l'armée de terre, aujourd'hui retiré du service actif. Il est désormais consultant en stratégie et organisation.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€