Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Connaissez-vous les e-sports ? Cet autre terrain de jeu où la France tente de rattraper son retard

Il est difficile de déterminer le nombre d'adeptes des e-sports dans le monde aujourd'hui, même si cela se compte en centaines de millions de personnes et que cela génère déjà des milliards. Le monde économique semble activer... sauf en France où un village d'irréductibles investisseurs reste encore bien prudent. Mais 2017 sera peut-être la fin de la timidité gauloise !

A la traine

Publié le
Connaissez-vous les e-sports ? Cet autre terrain de jeu où la France tente de rattraper son retard

Atlantico : Le magazine américain Quartz affirmait récemment que le nombre de spectateurs des Esports devrait passer de 300 millions aujourd'hui à environ 500 millions en 2020. Cette augmentation du public e-sport est-elle perçue et perceptible en France aujourd'hui ?

Xavier Oswald : Aujourd'hui, que ce soient les personnes qui en ont entendu parlé, ceux qui connaissent un peu et les fans, on touche à une population mondiale très importante. Il y a indéniablement une croissance qu'on compare à celle qu'a connu le rock'n roll. De la même façon que les gens qui ont découvert le rock'n roll ne se sont pas arrêtés d'écouter quand ils ont atteint la cinquantaine, l'e-sport est appelé à un brillant avenir en terme d'audience parce que les générations qui jouent aux jeux-vidéos e-sport ne vont pas s'arrêter dans 15 ou vingt ans.

Comme les premiers fans de rocks, ils vont continuer et même transmettre à leurs enfants en jouant avec eux. Comme pour le rock, le e-sport va pénétrer notre culture, à commencer par de plus en plus de cercles familiaux. 

Pour ce qui est de la France, il est très difficile d'avoir des chiffres. Les études sont souvent européennes ou mondiales. Webedia en a fait une qui affirmait que 7,5 millions de Français s'intéressent à l'e-sport. Je ne sais pas comment ils sont arrivés à cela, mais cela me semble assez énorme et demande à être pondéré. Ce qui est sûr, c'est que Canal + et Bein ont mis en place des émissions hebdomadaire et mensuelles dédiées au e-sport et donc ont bien compris qu'il s'agit pour eux d'un investissement sur l'avenir. TF1 les a suivi sur sa plate-forme XTRA, et SFR3 aussi, avec même des diffusions de compétitions de Counter Strike. 

L'environnement est donc favorable à l'augmentation de l'audience, même si on a aucun chiffre public sur le nombre de spectateur de ces différentes émissions. 

C'est lié certainement au fait que le gros de l'audience est réalisée directement sur Twitch, la plateforme de livestreaming d'Amazon ; sait-on combien de "Twticheurs" il y a en France ?

C'est compliqué. Les chiffres de Twitch en français ne reflètent pas la réalité, car nombreux sont les Français qui suivent leur compétition préférée en Anglais. Twitch se porte bien en France comme partout dans le monde, ce qui fait que la concurrence arrive dès aujourd'hui : Facebook Live ou Youtube Gaming sont en développement, tout comme Dailymotion en France. Tous se mobilisent contre l'hégémonie de Twitch, qui a des audiences mondiales de 45 millions (l'audience française n'est pas communiquée). En France, il est très compliqué d'avoir des données : la succursale d'Amazon n'est pas implantée sur notre territoire, et c'est TF1 qui gère sa monétisation et lui tient lieu de régie publicitaire. Twitch est à Londres. 

Mais le fait que TF1 prenne la régie de Twitch est un bon signe : c'est qu'il y a un vrai marché publicitaire, et donc une vraie audience. Et cette audience est perfectible, comme le montre les tournois organisés par Webedia, notamment l'ESWC, mais aussi le partenariat fait avec la Française des Jeux qui va organiser des tournois sous la marque FDJSport ou les nombreuses retransmissions sur des chaînes de Twitch... la dimension et le potentiel médiatique est extrêmement important. Les sponsors de plus en plus nombreux ne s'y trompent pas d'ailleurs. Le phénomène est donc non seulement perçue et perceptible, mais déjà monétisé.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Oswald

Fondateur de eSports Daily News

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€