Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 25 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment Vladimir Poutine tente de survivre à l'effondrement de ses revenus pétroliers (et pourquoi ce n’est pas gagné…)

Malgré la décision prise à Doha (Qatar) par l'Arabie saoudite, la Russie, le Venezuela et la Qatar de geler leur production de pétrole de manière à faire remonter son prix, le pétrole poursuit sa chute. Un vrai défi pour Vladimir Poutine dont le pays dépend fortement de la rente des hydrocarbures.

Monoactivité

Publié le
Comment Vladimir Poutine tente de survivre à l'effondrement de ses revenus pétroliers (et pourquoi ce n’est pas gagné…)

Atlantico : Alors que le prix du baril de pétrole est au plus bas, malgré le gel de la production décidé dernièrement à Doha, comment se porte économiquement la Russie, elle qui dépend largement de la rente pétrolière ?

Cyrille Bret : Le prix du Brent se situe actuellement dans une fourchette de 30 à 40 dollars. Or les budgets russes étant bâtis sur des hypothèses qui oscillent entre 90 et 100 dollars, on mesure la difficulté pour les finances publiques russes. D'autant plus que les hydrocarbures sont estimés à la moitié des budgets publics fédéraux, comme pour les grands pays pétroliers comme l'Iran ou l'Arabie saoudite. C'est la raison pour laquelle la crise du prix du pétrole, et plus largement la crise du prix du gaz, place l'économie russe dans une situation difficile.

Cela souligne la principale faiblesse de cette économie : l'absence de diversification. Je vous invite à lire à ce sujet une étude à laquelle j'ai participé "La Russie a-t-elle les moyens économiques de ses ambitions géopolitiques ?". Je pense que la décennie Poutine (1999 – 2009) est certes une décennie de prospérité, mais c'est une décennie perdue en ce qui concerne les réformes structurelles et la diversification.

Tous les indicateurs macroéconomiques russes sont au rouge, non seulement dans les grandes organisations internationales comme le FMI ou la Banque mondiale, mais aussi dans les statistiques étatiques russes. Après une année 2015 de contraction du PIB, les projections pour 2016 annoncent cette fois une récession. Concernant l'inflation, elle est en train de retrouver son trend assez fort des années 2000, autour de 10 et 15%. Par ailleurs, les taux de base de la banque centrale de Russie sont très élevés, allant jusqu'à 15%, ce qui paralyse les financements des entrepreneurs. Quant au taux de chômage qui était particulièrement bas dans les années 2000 (autour de 5%), il est reparti à la hausse et les perspectives sont peu encourageantes. Enfin, le déficit budgétaire est en train de se creuser, alors même que les finances publiques fédérales de Russie se portaient bien pendant une grosse décennie au point que le budget dégageait régulièrement des excédents.

Quels sont les moyens mis en œuvre par Vladimir Poutine par pallier cette baisse considérable de revenus ?

Vladimir Poutine s'efforce de trouver de nouveaux débouchés, notamment en Asie comme le révèle la conclusion en mars dernier d'un contrat d'exportation de gaz vers la Chine. Il a relancé le secteur agricole et a également lancé plusieurs contrats d'armement, de défense et de sécurité qui occupent traditionnellement une place importante dans la balance commerciale russe. Sa politique en matière d'armement a été extrêmement active dans le Grand Moyen-Orient, en Egypte, en République islamique d'Iran et également en Arabie saoudite – ce qui est par ailleurs étonnant quand on connait le conflit qui oppose l'Iran et l'Arabie saoudite.

Il utilise les 400 à 500 millions de dollars de réserve de change accumulés durant les années 2000 pour amortir les chocs.

Seulement, cette politique ne peut pas s'éterniser. Pour le moment, elle ne porte absolument pas de fruits. Au contraire, les indicateurs montrent que l'absence de diversification et l'exposition très forte au cours mondiaux des matières premières placent la Russie dans une situation de vulnérabilité et d'ultra cyclicité. Les stabilisateurs économiques ne marchent pas en Russie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 23/02/2016 - 12:11 - Signaler un abus Son "trend"?????

    Il ne peut pas écrire "tendance", ce science-pipologue, non? Ça lui écorcherait le clavier d'écrire en français, pour les Français, ou c'est la mode à Science-pipo?...

  • Par von straffenberg - 23/02/2016 - 15:52 - Signaler un abus Les ressources diverses de la Russie..

    Assimiler les revenus de la Russie aux seuls énergies fossiles est assez réducteur son sous sol est riche en minerais variés et stratégiques cuivre nickel or diamant ; métaux rares. Son point faible serait plutôt un tissu industriel pas assez diversifié (manque de PME) .Poutine a donc beaucoup d’atout dans son jeu s'il veut faire prospérer son pays ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€