Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment les réseaux sociaux parviennent à nous faire accepter que le périmètre de notre vie privée n'est plus celui qu'on voudrait

Malgré leur volonté de maîtrise et de confidentialité, les utilisateurs de Facebook partagent de plus en plus d'informations personnelles sur leur profil.

Do not disturb

Publié le
Comment les réseaux sociaux parviennent à nous faire accepter que le périmètre de notre vie privée n'est plus celui qu'on voudrait

Difficile d'avoir une vie privée sur Facebook

Réseaux sociaux et vie privée : deux notions antagonistes comme le pense Forbes ? Une nouvelle étude du Journal of Privacy and Confidentiality explique pour la première fois la relation (fluctuante) entre les réseaux sociaux et les notions de vie privée et d'ouverture. Cette analyse a étudié un panel de  5 076 utilisateurs Facebook afin de déterminer l'évolution de leur comportement vis à vis de la notion de vie privée entre 2005 (la préhistoire des réseaux sociaux) et 2011. Leur analyse met en avant trois tendances : l'étude de la base de données montre que les utilisateurs ont eu - dans un premier temps - un intérêt  (et un souci) grandissant à protéger leur vie privée - en diminuant petit à petit le nombre d'informations personnelles partagées avec des inconnus sur les réseaux sociaux.

Graphique qui montre les différentes infos partagées par les utilisateurs Facebook entre 2005 et 2011 (Capture)

Cependant, dans un deuxième temps, les dernières modifications apportées par Facebook ont entraîné un arrêt, voire une inversion, de cette tendance. Troisièmement, le nombre et le champ d'informations que les utilisateurs révèlent à leurs amis Facebook a augmenté. Ce qui signifie que les utilisateurs de réseaux sociaux partagent plus d'informations avec les "silent listeners", que sont Facebook, des applications tierces et (indirectement) les annonceurs.

Comme le précise Viuz, un site d'actualité spécialisé sur le marketing numérique, les informations les moins partagées par les utilisateurs sont les "informations de contact" (téléphone, adresse) : elles représentent les informations considérées comme les plus sensibles. Les informations "personnelles" (date et ville de naissance, lycée fréquenté), à la base les plus partagées, connaissent une chute importante jusqu'en 2009. C'est à cette date que les informations "d'intérêts" (groupes, films favoris) explosent. Ce n'est pas forcément dû à un changement de comportement des utilisateurs : Facebook se sert en fait des "likes" et d'algorithmes pour remplir automatiquement la rubrique "intérêt" de ses utilisateurs. Tout ça pour vendre ces informations à des annonceurs, pour beaucoup beaucoup d'argent : PC Pro annonce que Facebook a gagné 4,27 milliards d'euros en 2012. De plus, les applications tierces ont désormais accès à vos données personnelles en échange de l'utilisation du service...

Comme l'expliquait Le Figaro déjà en 2011, Facebook garde "sur ses serveurs, pour un temps limité ou indéfiniment, tous les faits et gestes de ses utilisateurs : statuts, commentaires, pokes, "j'aime", messages privés, messages instantanés, demandes d'amis (acceptées et refusées), invitations (acceptées et refusées), jours, heures et lieux de connexion, photos (ajoutées par soi-même ou par les autres), liens postés etc. En gros, malgré leur volonté et leur méfiance, les utilisateurs partagent de plus en plus d'informations sur leur vie privée. Des informations conservées par Facebook à des fins commerciales.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par warren11 - 31/03/2013 - 10:15 - Signaler un abus tout simplement...

    Bjr,de +en+de sites marchands proposent ou imposent une connexion sur Facebook,quand ce ne sont pas des cabinets de recrutement.Cette obligation induit une inscription forcée sur ce réseau social,tout à fait inadmissible;curieux, Edwy de Médiapart ,le chantre de la démocratie ne s'est pas insurgé contre cet état de fait.Pour les cinéphiles nous sommes déjà à l'aube de "Brazil" et dans 30 ans" Soleil Vert" sera une demi réalité......

  • Par Mort-Fine - 01/04/2013 - 04:49 - Signaler un abus Virez les pubs dans facebook

    Il existe un petit site/utilitaire qui permet, entre autres, d'enlever les publicités et même de décider quelles zones doivent être affichées. C'est gratuit. Cela s'appelle fbpurity ... l'adresse du site est simple à trouver. Bien à vous.

  • Par pifou76 - 01/04/2013 - 10:16 - Signaler un abus Censure

    ça plus la censure de Facebook qui ne diffusent pas les commentaires quand ces derniers ne leurs plaisent pas ! Perso, aucun de mes commentaires sportif, politique ou autre n'apparait !

  • Par jmc_plus - 01/04/2013 - 17:33 - Signaler un abus j'ai compte fake sur facebook

    J'ai un faux compte sur facebook, cela me permet d'être un utilisateur silencieux dont la l'attitude consiste à plus observer qu'à m'exprimer. Néanmoins, même avec mon pseudo (qui phonétiquement est le même que celui d'Atlantico), il y a des fuites d'informations qui permettent d'identifier mon patronyme (plusieurs personnes dans mes amis portant le même patronyme). De toute façon, s'exprimer sur Facebook ressemble à un soliloque et donc cela ne m'intéresse pas. Si effectivement comme le signale Warren11, la tendance se confirme de faire Facebook un outil de recrutement indispensable, cela est très grave.

  • Par ludo75 - 02/04/2013 - 08:42 - Signaler un abus Si, il existe des réseaux qui ne vendent pas vos données perso

    Par exemple TodoBravo, un réseau français qui monte et qui ne fait aucune commercialisation de nos données, vous trouverez de nombreux articles en cherchant sur google qui vous détailleront comment cela est possible. J'avais été surpris de voir tout de même des banières pub sur le site, mais après coup j'ai compris que c'était de la pub contextuelle sans accès à mes données perso. Evidement c'est pas aussi top que Facebook, mais à choisir je préfère un site qui ne profite pas de mes données qu'un site au top mais qui me met à nu!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€