Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment le profil psychologique de votre partenaire influence votre sexualité

Une étude s'est penchée sur le lien qui existe entre les traits psychologique d'un partenaire et la sexualité de l'autre. Les hommes dont les partenaires avaient une plus faible stabilité émotionnelle ont signalé une meilleure fonction sexuelle.

Qui se ressemble ?

Publié le
Comment le profil psychologique de votre partenaire influence votre sexualité

 Crédit GREG WOOD / AFP

Atlantico : Dans une étude publiée récemment "Explorer l'impact des traits personnels et des partenaires sur la sexualité", vous avez étudié comment les traits psychologiques de deux partenaires influencent la fonction sexuelle des femmes et des hommes. Quels sont les principaux résultats de votre recherche?

Julia Velten : Nous voulions savoir si certains traits liés à la sexualité (c'est-à-dire des traits reflétant facilement des personnes excitées ou sexuellement inhibées) sont plus ou moins pertinents pour la fonction sexuelle que des traits de personnalité généraux. Des études ont montré que la plupart de ces traits étaient pertinents, mais on ignore quels sont les facteurs les plus importants lorsqu'ils sont pris ensemble. Nous n'avions pas d'hypothèses spécifiques pour lesquelles ces traits seraient les plus pertinents.

Les résultats les plus nouveaux ou les plus surprenants de notre étude ont été ceux concernant les personnes consciencieuses [Selon Wikipedia, les personnes consciencieuses ont tendance à être efficaces et organisées plutôt que faciles à vivre et désordonnées. elles ont tendance à faire preuve d'autodiscipline, à faire preuve de discernement et à viser la réussite. Elles affichent un comportement planifié plutôt que spontané; et ils sont généralement fiables]. La recherche avait jusque-là ignoré la pertinence de ce trait en ce qui concerne les résultats liés à la sexualité. Elle avait plutôt mis l'accent, par exemple, sur la stabilité émotionnelle, l'extraversion ou l'ouverture à l'expérience, qui ont été jugés bons pour la fonction sexuelle. Bien sûr, d’autres traits de personnalité (c’est-à-dire être ouvert sexuellement, non inhibés par des préoccupations ou des soucis sexuels) sont également importants, mais je pense que les personnes consciencieuses sont plus enclines à considérer le sexe comme une responsabilité (pour soi-même, le partenaire et / ou la relation) et sont donc plus susceptibles de planifier à l'avance le temps consacré au sexe. La plupart des participants à notre étude étaient d'âge moyen et entretenaient des relations de long terme. Pour ces couples, il peut être important de faire du sexe une priorité et non quelque chose qui peut arriver lorsque les deux partenaires sont d'humeur.

Une de vos conclusions était  «les hommes dont les partenaires avaient une plus faible stabilité émotionnelle ont signalé une meilleure fonction sexuelle», une autre était: «Un partenaire sexuel moins agréable était prédictif d’une meilleure fonction sexuelle chez les femmes mais pas chez les hommes». Pourriez-vous élaborer sur ces points? Quelles sont les principales différences entre les hommes et les femmes dans vos conclusions?

Les principales différences entre les hommes et les femmes étaient que la fonction sexuelle des femmes a tendance à être plus affectée par la personnalité du partenaire que celle des hommes. Cela signifie que pour beaucoup de femmes, la personnalité d'un partenaire peut influencer leur vie sexuelle. Pour les hommes, la personnalité d'un partenaire peut ne pas être aussi importante. Cela a du sens puisque les femmes sont supposées être plus dépendantes du contexte en ce qui concerne leur sexualité. La situation ou les circonstances extérieures devraient être plus pertinentes pour les femmes que pour les hommes en matière de sexualité.

Je n'ai pas une bonne explication pour la conclusion concernant la stabilité émotionnelle. Concernant les personnes agréables, elles ont tendance à éviter les conflits et à se concentrer sur les besoins et les sentiments des autres et moins sur les leurs. Si un homme est très aimable, il pourrait «repousser» ou prioriser ses propres besoins sexuels et ainsi être moins souvent à l'initiative. Il y a une autre étude qui a montré, par exemple, que chez les femmes souffrant de douleurs sexuelles, avoir un partenaire très agréable n'est pas utile car ces partenaires n'encouragent pas les femmes à faire quelque chose pour résoudre ce problème, parce qu'ils acceptent davantage le statu quo. À ce stade, cependant, ces résultats ne sont que préliminaires et ne sont pas appuyés par trop de recherches.

Comment peut-on savoir, en fonction de ses traits personnels, comment choisir un partenaire? Comment on pourrait influencer l'autre dans la vie sexuelle? L'influence peut-elle avoir des effets majeurs ou mineurs?

 La recherche a montré que les gens choisissent souvent un partenaire qui possède des traits de personnalité assez similaires à ceux de chacun. Je ne suis cependant pas un expert en la matière. De mon point de vue clinique, il n’est pas logique de choisir un partenaire basé sur une certaine personnalité pour s’assurer une bonne vie sexuelle. Nous savons que d'autres facteurs, tels que la communication sexuelle, sont également très importants. Donc, il est logique de choisir le partenaire que nous voulons, mais de nous assurer que nous nous sentons à l'aise de parler avec cette personne de nos souhaits, et de nos préférences sexuelles. Et aussi de pouvoir discuter des problèmes. Être capable de communiquer ouvertement sur la sexualité avec un partenaire sexuel est la clé d'une vie sexuelle satisfaisante.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par PB974 - 19/08/2018 - 13:45 - Signaler un abus Morale de l'histoire ...

    ... Bite qui bande n'a pas de conscience ! :)

  • Par Loupdessteppes - 19/08/2018 - 17:51 - Signaler un abus Dans quelle revue scientifique sont publiées ces études ?

    Les conclusions semblent plutôt orientées vers l'étude du comportement... La méticulosité (paroxysme de la tendance "consciencieuse") entre dans la définition des symptômes de l'hystérie... masculine ou féminine. C'est une constante aussi chez les tueurs en série...

  • Par Zèbre Zélé - 19/08/2018 - 21:46 - Signaler un abus " Pourriez-vous élaborer "

    Nous attendons qu'Atlantico parle français et non un tel charabia

  • Par vangog - 20/08/2018 - 09:54 - Signaler un abus Encore un article sexiste!...

    qui stigmatise les différences entre hommes et femmes...hé ho, Schiavalpa! Qu’est-ce-que tu fous (du verbe « foutre »), tu dors?...

  • Par Alix007 - 21/08/2018 - 18:38 - Signaler un abus @Zèbre Zélé

    Je suis bien d'accord.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Julia Velten

Docteur en psychologie, université de Ruhr-Bochum. Spécialisée dans la recherche sur la sexualité et les dysfonctions sexuelle, la thérapie sexuelle.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€