Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment le pape François prend un grand risque politique en partant au combat frontalement sur les réticences européennes vis à vis des questions d'immigration

Qualifié "d'activiste de l'ouverture des frontières" dans un article du Washington Post à cause de ses récentes déclarations, le pape François s'est attiré de nombreuses critiques. Une stratégie du risque assumée.

Vatican

Publié le
Comment le pape François prend un grand risque politique en partant au combat frontalement sur les réticences européennes vis à vis des questions d'immigration

Atlantico : Dans un récent papier du Washington Post, le pape François était qualifié "d'activiste de l'ouverture des frontières". Ces récentes déclarations sur l'accueil des migrants ont été particulièrement relevées par les médias ces derniers temps. Mais si l'accueil de l'étranger est explicitement demandé dans la Bible (Mt 25, 31-46), de nombreuses critiques ont aussi accueilli ces prises de positions pontificales, qui y voit une contradiction dans sa critique de la mondialisation. Ne devrait-il pas plus critiquer les raisons qui poussent à cette immigration de masse aujourd'hui ?

Jean-Baptiste Noé :  Les autorités pontificales, comme bon nombre d’hommes politiques en Europe, sont déboussolées par la question migratoire. Elles sont tiraillées entre un idéal (accueillir et aider les gens qui souffrent), couplé souvent à une forte émotivité causée par des images télévisées et une réalité : l’Europe ne peut pas accueillir tout le monde et les migrations ne sont pas uniquement causées par des motifs économiques. 

Dans l’esprit de certains hommes d’Église, accueillir des migrants permet de réparer les crimes supposés de la colonisation. C’est notamment ce qu’avait affirmé la direction de la conférence épiscopale d’Italie. Il y a cette idée, quelque peu néo-marxiste, d’une nouvelle lutte des classes entre les riches Européens et les pauvres migrants, avec l’idée que les migrants souffrent d’inégalité et de pauvreté à cause des Européens. Ne pas les accueillir est vu comme un manque de charité et de l’égoïsme. On se place souvent du côté des migrants, et rarement du côté des populations européennes qui souffrent de ces phénomènes.   

On ne veut pas voir les causes réelles du phénomène migratoire, qui sont multiples, et qui ont peu à voir avec des problèmes économiques.  

Ceci dit, le Pape a rappelé le droit fondamental des populations à pouvoir rester chez elles et le droit des migrants à pouvoir rentrer chez eux. C’est notamment le sens du discours prononcé à Lesbos (avril 2016). Il a aussi appelé à lutter contre les causes des migrations : les guerres, les phénomènes mafieux, la volonté de certains groupes de déstabiliser l’Europe. Mais ces paroles sont souvent peu diffusées et masquées par d’autres propos tenus en faveur de l’ouverture et de l’accueil. 

C’est aussi lié à un problème de communication de ce pontificat : des choses souvent contradictoires sont dites, manquant souvent de ligne claire et de propos structurés. 

 

L'Europe, berceau du catholicisme, est-elle en accord aujourd'hui avec les exhortations faites par le pape à accueillir à bras ouvert tous les étrangers qui viennent trouver refuge sur le Vieux Continent ?

L’Europe fait beaucoup et on voit surtout qu’elle ne sait plus quoi faire. Que faire des migrants entassés dans la région de Calais ? Que faire de ceux qui sont regroupés à Lampedusa ou en Grèce ? Que faire face aux colonnes de migrants dans les Balkans et en Europe centrale ? L’Europe est incapable d’avoir une politique commune, alors que c’est là que l’Union européenne serait vraiment nécessaire. Elle est empêtrée d’une part par son droit, qui l’empêche parfois d’agir et d’autre part par une difficulté à comprendre les événements.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlantica75000 - 17/04/2017 - 11:10 - Signaler un abus Article inutile

    Ce qui m'a le plus fait rire, c'est la phrase "une stratégie du risque qu'il assume" dans le chapeau de l'article ! Il accélère la chute du catholicisme. Ayant vécu dans un pays dont le multiculturalisme ne présente pas l'immense danger (notamment par du prosaïsme), de l'islamisme. Quant aux phrases "peu diffusées", il fait du Macron mais les gestes les plus spectaculaires sont bien ceux d'un immigrationnisme forcené !

  • Par Atlantica75000 - 17/04/2017 - 11:11 - Signaler un abus Erratum-

    notamment par du prosélytisme

  • Par vangog - 17/04/2017 - 12:19 - Signaler un abus Pape lèche-babouche, limite collabo...

    dans la grande lignée des papes qui collaboraient avec les socialistes allemands et fermaient les yeux sur les lois anti-juives signées par les gauchistes français et les gauchistes italiens...

  • Par Danper - 17/04/2017 - 12:20 - Signaler un abus Le Grand Mufti de Rome

    François se fout des Chrétiens d'orient et des Européens comme de sa première culotté. Ce qui l'intéresse c'est le Musulman déguisé en opprimé et en réfugié. Il renie sa propre famille pour privilégier la bande d'assassins conquérants. On l'entend très peu sur les massacres de Chrétiens dans les pays musulmans mais beaucoup sur les pauvres "réfugiés ". II n'y plus qu'à condamner Israël pour que El Azar le nomme Grand Mufti de Rome. Ce pape trahit sa religion et les Catholiques. Il n'est indiqué nul part que l'on doive se livrer pied et poings liés à ses tortionnaires.

  • Par Joly Maurice - 17/04/2017 - 12:29 - Signaler un abus Il est dans la mouvance mortifère.

    Fasciné par le néant dans lequel se précipite l'Occident et ses gouvernants il suit le mouvement. Les chrétiens massacrés comme jamais ne l'empêche pas de dormir! Pire, il faut en plus importer chez nous les massacreurs pour peaufiner le travail. Que lui faut il? Etre un jour obligé de se convertir à l'islam? Infaillible? On en doute!

  • Par A M A - 17/04/2017 - 12:49 - Signaler un abus Pas facile de discerner où ce

    Pas facile de discerner où ce Pape paradoxal veut en venir. Sa politique vis à vis des musulmans ne va pas faire de nouveaux chrétiens, mais le privera du soutien de nombreux fidèles. "Les voies du Seigneur sont impénétrables".

  • Par cloette - 17/04/2017 - 14:24 - Signaler un abus Il est de plus en plus contesté

    Trop ambigu !

  • Par Babaswami - 17/04/2017 - 15:27 - Signaler un abus Voie de gauche sans issue

    Ce pape est de gauche , c'est à dire qu'il voue une haine évidente "aux bourgeois" et aux valeurs traditionnelles de l'Occident. C'est avec les medias qu'il est populaire c'est tout dire. Quand il partira, - peut être démissionnaire - dans quel état laissera t il l'Eglise catholique, déjà peu brillant?

  • Par assougoudrel - 17/04/2017 - 16:59 - Signaler un abus On connait une mère

    marâtre. Existe-t-il des (Saints) Pères "parâtres"? Si oui, c'est est un.

  • Par assougoudrel - 17/04/2017 - 17:03 - Signaler un abus Pardon

    C'en est un.

  • Par vemache - 17/04/2017 - 19:53 - Signaler un abus Absolument d'accord !

    Mais au fait, de quoi se mêle-t-il ? Qui est-il pour nous dire à tout bout de champ ce que l'on doit faire et ne pas faire ? C'est insupportable d'orgueil, péché capital... Par ailleurs, comme tous ceux qui prônent l'accueil de tous les étrangers, il est complice du trafic d'êtres humains !!!!! En a-t-il seulement conscience ?

  • Par Deudeuche - 17/04/2017 - 22:09 - Signaler un abus Le cardinal Sarah africain l'a expliqué

    Et je formulerais de manière plus crue. L'occident et surtout l'Europe repère d'athées avorteurs de masse et sodomites friendly se meure avec du shit et de l'euthanasie. L'invasion islamiste est un jugement...de l'histoire (disons) Delenda Carthago En clair le pape ne se lèvera pas pour Sodome et Gomorre qu'il méprise au fond de lui même. En fait pas vraiment du gauchisme !

  • Par Djib - 18/04/2017 - 08:38 - Signaler un abus Le pape François,

    un bisounours ou un cynique absolu ayant choisi par démagogie de soutenir toutes les revendications 'tiers mondistes" en sacrifiant une Europe de toute façon appelée à disparaitre, ne serait ce que pour des raisons démographiques? Le fait qu'il soit un jésuite me fait pencher pour la deuxième hypothèse.

  • Par vauban - 18/04/2017 - 08:39 - Signaler un abus Je suis catholique

    Et n ai plus de Pape

  • Par theodorum - 19/04/2017 - 15:15 - Signaler un abus Ce Pape a raison, il veut réveiller nos consciences !

    Par la pensée unique, à laquelle ce site n'échappe pas et que je vais quitter définitivement, nos élites dévoyées et matérialisées ont magnifié la concurrence et la mondialisation et fait ainsi le jeu des très riches, les seuls tirant les marrons du feu. Nous avons ainsi donné au monde un modèle périmé et condamné nous menant au désastre climatique et au règne démagogique des extrêmes. Je vais donc vous laisser consommer "en rond" comme le veut le rêgne des médias médiocres. Salut !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé, historien, spécialiste de l’histoire du christianisme. Il est rédacteur dans la revue de géopolitique Conflits. Dernier ouvrage paru Géopolitique du Vatican (PUF), où il analyse l'influence de la diplomatie pontificale et élabore une réflexion sur la notion de puissance.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€