Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La colère très calculée de Nicolas Sarkozy contre les présidents de région des Républicains élus avec les voix socialistes

Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois critiqué Christian Estrosi et Xavier Bertrand, élus avec les voix de la gauche aux régionales, les qualifiant de chefs des trains. Les deux hommes qui occupent désormais une position charnière entre la droite et la gauche sont pourtant extrêmement convoités en vue de 2017.

Chefs des trains

Publié le
La colère très calculée de Nicolas Sarkozy contre les présidents de région des Républicains élus avec les voix socialistes

"Ils se croyaient mini-présidents de la République. En fait, ils sont chefs des trains et des ­lycées", la phrase est cinglante. Un brin méprisante. Elle vient de Nicolas Sarkozy et s'adresse à Xavier Bertrand et Christian Estrosi. Entre ces trois-là, la tension est toujours palpable depuis les dernières élections régionales et pourrait bien être durable. Révélatrice, même, d'un clivage qui pourrait bien traverser la droite durablement.

 La polémique remonte au mois de décembre dernier.

Alors que les résultats du premier tour des régionales viennent de tomber, Nicolas Sarkozy annonce, sans surprise, qu'il refuse de choisir entre PS et FN. Il réédite ses propos lors d'un meeting à Rochefort en Charente-Maritime aux côtés de Virginie Calmels : "Le vote pour le Front national n'est pas immoral. Voter socialiste ou voter pour le Front national c'est la même chose car ça produira le même résultat".

Au QG de campagne de Christian Estrosi, c'est la sidération, "les mecs se dégueulent dessus. Eric Ciotti, qui est là, est pris pour cible car il est proche de Nicolas Sarkozy. Il est obligé de quitter la salle,", raconte un proche du maire de Nice. Le président des Républicains vient, en effet, de torpiller la stratégie de leur leader ainsi que celle de Xavier Bertrand.

Les deux hommes, candidats dans deux régions en vue médiatiquement, livrent un combat à haut risque face à Marion Maréchal Le Pen et Marine Le Pen. Ils viennent d'obtenir le retrait des listes PS et espèrent bien le soutien des électeurs de gauche pour avoir une chance de l'emporter. De quoi être furieux contre le président des LR qui insulte ces derniers. Xavier Bertrand le dit d'ailleurs quelques jours plus tard sur Europe 1 en s'adressant aux états-majors parisiens " qu'ils se taisent! Ils n'ont que quelques jours encore à patienter alors je leur dis une chose: Si on ne peut pas vous enfermer, taisez-vous! ". "J'ai dit tout haut quelque chose que tout le monde pensait tout bas", analyse aujourd'hui le tout nouveau président du conseil régional du Nord Pas de Calais Picardie. Mais Nicolas Sarkozy n'en a cure et assume sa position radicale dans la droite ligne de celle qu'il entend incarner pour la présidentielle.

En ce mois de décembre, la tension est telle et les risques si grands que les deux candidats demandent à Nicolas Sarkozy de ne surtout pas mettre les pieds dans leur région durant l'entre-deux tours, ce que le locataire de la rue de Vaugirard prend très mal. Il ne peut donc s'empêcher de lancer, au lendemain du second tour, alors que les deux candidats remercient les électeurs de gauche: "Attendons qu'ils dessoûlent! Ils sont atteints du syndrome de Stockholm". Nouvelle riposte de Xavier Bertrand quelques jours plus tard: "J'aimerais bien que certains rompent avec l'ivresse des petites phrases. Parce que ces petites phrases, elles ne servent vraiment à rien dans le débat politique. Et il y a quand même beaucoup plus important à faire quand on voit les difficultés de nos concitoyens".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sna-hyper - 02/02/2016 - 07:51 - Signaler un abus attention dégats collatéraux

    Les contrôleurs de la SNCF et les proviseurs de lycées vont apprécier.

  • Par Jean-Benoist - 02/02/2016 - 10:17 - Signaler un abus Sarko a eu raison

    de ne pas choisir. A présent, on constate que Bertrand et Estrosi sont les otages..alors que Richert, Morin et Wauquiez sont des présidents indépendants.. Ils ont 6 ans pour agir

  • Par Lafayette 68 - 02/02/2016 - 10:25 - Signaler un abus Fidélité à ses idées

    Eric Ciotti a le grand mérite de rester lui-même ,un vrai homme de droite qui s'assume.Il a l'avenir devant lui .Estrosi réélu patron des Républicains dans le 06 par un tiers des militants inscrits seulement à l'avenir qu'il mérite.

  • Par Vincennes - 02/02/2016 - 11:29 - Signaler un abus "la trâve de Noël passée"......écrit elle même C.Bertrand !!!

    j'ajoute......et bien passée puisque nous sommes le 2/2 alors que l'auteur de cet article passe à autre chose..... comme par exemple l'article du PARISIEN (pourtant pas toujours très objectif, comme beaucoup de médias d'ailleurs) qui explique : "hier à St Maximim les parkings étaient plein à craquer pour la séance de DEDICACES de SARKO ....mais aussi, deux heures après son arrivée, les clients continuaient d'arriver avec une file d'attente d'une heure!!! pourquoi C.Bertrand ne parle t'elle, plutôt, pas de la réédition de 80.000 bouquins après la première édition de 120.000...... mais aussi de son passage demain dans "DES PAROLES et des ACTES" que ce roquet de PUJADAS et la teigneuse de St CRICQ (femme de DUHAMEL contre lequel Sarko avait proposé Pflimlin) doivent préparer pour essayer de le piéger avec des faxts chekings

  • Par Frangipanier123Paris - 02/02/2016 - 11:45 - Signaler un abus Pas un pour racheter l'autre ...

    ... mais au moins, NS a le courage de ses opinions de droite ! Les petits messieurs qui, en NPDC-Picardie et en PACA, sont devenus les supplétifs du PS et de Hollande/Valls vont connaître leur douleur. Ne pas comprendre que, pour le bien de la France, le PS est bien pire que le FN est une faute politique 'et de bon sens !) majeure.

  • Par Vincennes - 02/02/2016 - 11:46 - Signaler un abus Ce même PUJADAS qui le jour de la sortie du livre de Sarko

    au JT sur F.2 (que j'avais enregistré à bon escient) dans la rubrique "l'œil du 20h" (rubrique censée être objective et dire toute la vérité) n'a fait que relever "les erreurs".....avec une volonté de s'en prendre à ce bouquin.....LOUPE de PUJADAS qui n'a fait que renforcer les ventes !!!

  • Par zouk - 02/02/2016 - 11:49 - Signaler un abus Sarkozy, Estrosi, Bertrand

    Misérables querelles, fort mesquines. Il est probable que ce sera loin d'améliorer la situation de Sarkozy

  • Par clint - 02/02/2016 - 11:52 - Signaler un abus La collaboration est toujours insidieuse et engloutit in fine !

    C'est un long processus mis en place par la gauche pour préparer 2017 en légitimant le seul candidat possible pour la gauche et la droite Juppé ! Oui je suis contre le FN pour 2017, mais il y a d'autres moyens que les magouilles de partis avec mise en oeuvre des media. Entendre Cohn-Bendit dire qu'il voterait Juppé devrait faire réfléchir ! Mais pourquoi on n'a pas laissé le FN nous montrer ce qu'il aurait fait dans des régions ? Répondre par du dogmatisme au dogmatisme du FN Le Pen / Philippot ne conduit à rien !

  • Par Lafayette 68 - 02/02/2016 - 12:11 - Signaler un abus @clint

    "pourquoi on n'a pas laissé le fn nous montrer ce qu'il aurait fait dans ces régions": exact .La faute surtout au mode de scrutin stupide à 2 tours avec maintien possible de 3 candidats . Système anglais à 1 tour : le premier gagne la majorité donc les partis s'entendent ou non avant l'élection (électeur pas piégé)

  • Par Yves3531 - 02/02/2016 - 12:39 - Signaler un abus Toujours à l'affût, Madame Bertrand de ce qui peut nuire...

    à Sarkozy. Mais le ponpon revient, comme le souligne Vincennes, à Pujadas qui le jour de la sortie du bouquin n'a pas trouvémieux que de faire au 20 hres uniquement un fact checking négatif de 5 minutes sur les éventuelles quelques erreurs commises ! Cela fait longtemps que je pense qu'en cas d'alternance rien ne sera possible sans la mère de toutes les réformes: une loi sur une vraie liberté de la presse et sur une véritable représentativité syndicale. A défaut, la chiraquisition est au rendez-vous...!

  • Par Yves3531 - 02/02/2016 - 12:47 - Signaler un abus Une loi sur la liberté de la presse pourrait être ...

    obliger de se déclarer d'OPINION ou GENERALISTE. Si un média se déclare généraliste, il devra systématiquement traiter les sujets de manière contradictoire avec des journalistes d'opinion opposée. Les subventions aux médias devront être interdites ou conditionnées à son caractère generaliste. Le média d'opinion ne pouvant être soutenu que par son succès...

  • Par Deudeuche - 02/02/2016 - 13:27 - Signaler un abus Sarkozy leur reproche quoi

    qu'ils se soient reniés? Quand l'hôpital se ...Entre traîtres on se comprend..

  • Par vangog - 02/02/2016 - 13:55 - Signaler un abus il ne veut voir qu'une tête, Sarko-le-parjure...

    dommage qu'il n'ait pas eu, pour la France, l'autorité qu'il affiche pour son parti!

  • Par MONEO98 - 02/02/2016 - 15:52 - Signaler un abus ça prouve que le Pouvoir est préféré aux idées

    Mais comme a pu dire Churchill: A la guerre on meurt qu'une seul fois ,en politique on peut mourir plusieurs fois;Alors nos 2" malélus" se disent que l'essentiel est de durer pas de pouvoir se regarder devant un miroir Si lepen avait gagné 2 régions ,en quoi nos problèmes auraient changé et moi j'aurai bien voulu la voir se coltiner Calais ......d'ailleurs à part des paroles "verbales" , il fait quoi notre ex ministre du travail sarkozyste?

  • Par raslacoiffe - 02/02/2016 - 16:45 - Signaler un abus Pauvre Madame BERTRAND!!!

    Toujours à contretemps cette journaliste oiseuse. Elle ferait bien de disserter sur le soutien que Cohn Bendit vient d'apporter à Juppé. Ca ressemble au baiser de la mort. En plus avec un argumentaire au ras des pâquerettes : ne pas voir au 2ème tour Sarkozy/Le Pen. Alors Juppé, il ferait mieux de se présenter aux primaires de la gauche ; il aurait déjà le soutien de la plus grande partie des médias et de la gauche opposée à Hollande si on comprend bien le message de Dany Le Rouge. Quant à Deudeuche et Vangog, si vous étiez des vrais patriotes et que vous aimiez la France comme vous le prétendez, vous feriez en sorte de la débarrasser de cette clique de nuisibles au pouvoir depuis 2012. A moins que vous n'y trouviez votre intérêt sans pour autant jamais parvenir pourtant à vous hisser jusqu'à la finale. Mais peut être espérez-vous qu'en cas de duel Sarkozy/Le Pen, le peuple de gauche appelle à voter pour vous car ça serait le "tout sauf Sarkozy"??? Pour revenir au sujet, Bertrand et Estrosi sont effectivement les otages du PS, étaient-ils assez naïfs pour croire qu'il en serait autrement : ils sont tous les 2 dans la nasse et bien ils n'ont pas fini d'en c...

  • Par Leucate - 02/02/2016 - 16:49 - Signaler un abus @Moneo098

    A supposer que Marien Le Pen ait gagné la région du nord, il lui était impossible de se coltiner Calais because nos régions ne sont pas des Lander allemands, des provinces italiennes ou des communautés espagnoles. Elles n'ont pas de gouvernement avec un ministre de l'intérieur et des forces de police régionales relevant du ministre régional. Tous les pays qui nous entoure sont en réalité des fédérations même si cela n'apparaît pas dans le nom officiel du pays. Depuis Napoléon, aucun de nos régimes n'a voulu accorder des prérogatives et compétences importantes à nos régions ce qui signifie des retours importants d'impositions et le bouleversement de notre fonction publique scindée en deux, la régionale et la fédérale.

  • Par essentimo - 02/02/2016 - 17:34 - Signaler un abus Que fait Bertrand

    pour Calais ? Il interpelle le président !

  • Par MONEO98 - 02/02/2016 - 19:02 - Signaler un abus @leucate

    elle aurait fait comme l'autre des paroles "verbales ".on est d'accord

  • Par pierre de robion - 02/02/2016 - 23:06 - Signaler un abus Vous avez dit ouverture?

    L'expérience montre qu'à vouloir se concilier les grâces de ses adversaires, on n'en récupère jamais les voix, alors que l'on perd souvent celles de ses partisans. Sarko sait de quoi il parle, il a payé pour ça! Quant à moi, je regrette mon vote!

  • Par Gastoch - 03/02/2016 - 08:40 - Signaler un abus bon article

    Xavier Bertrand s'est fait retourner par Manuel Valls, il coulera avec lui

  • Par grou14 - 03/02/2016 - 15:08 - Signaler un abus Bertrand aurait dit après son élection.....:

    " J'ai changé à jamais". Nous pouvons donc imaginer le pire: une trâtrise majeure du genre:LE MEILLEUR MINISTRE D'OUVERTURE d'un second et affreux quinquennat Hollande. Qui confirme cette phrase ?

  • Par Anguerrand - 03/02/2016 - 18:54 - Signaler un abus Aux présidentielles

    Quelque soient l'élu (e) de droite, il revivra l'enfer que les medias ont infligé à NS. Les medias, la magistrature, les " élites" vont en faire baver le(à) le prochain elu(e) de droite. Pour punir les électeurs de ne pas avoir voté à gauche. Non seulement il ( elle) devra assumer les engagements de Hollande, qui à partir de maintenant ne l'engagent plus, mais devra remettre le France sur la trace es autres pays européens dont le chômage baisse et ont une croissance, pas 1.1%. ! De plus une nouvelle crise semble se préparer comme en 2008.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, elle suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien "France-Soir" puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, "Chronique d'une revanche annoncée" raconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€