Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment Netflix a renversé la table de l'audiovisuel... à grands coups de data

Le succès de la plateforme Netflix repose sur ses contenus inédits, mais aussi sur ses algorithmes, qui ont rendu possible la création desdits contenus et analysent les habitudes des abonnés.

Autre modèle

Publié le
Comment Netflix a renversé la table de l'audiovisuel... à grands coups de data

 Crédit Ryan Anson / AFP

Atlantico : Le modèle Netlix inverse l'économie classique de l'offre de contenu : l'entreprise lance du contenu et analyse ensuite son succès dans l'ensemble des pays où elle a des abonnés. La décision se fait donc par les données, et par l'algorithme qui lui permet de savoir qui regarde quoi et quand. Ce business model est-il inédit ? En quoi Netflix a-t-il révolutionné la VOD ? 

Boris Manenti : Je ne le dirai pas exactement comme ça. Netflix est une véritable entreprise de technologies, qui a construit une grande partie de son succès sur de l'analyse de données. Faisons un retour en arrière : avant la VOD sur abonnement, avant le streaming, Netflix était une entreprise de location de DVD par correspondance (sur abonnement), qui avait beaucoup de succès aux Etats-Unis (symbolisée par ses "enveloppes rouges"). Et ce système reposait sur un système en ligne où l'on pouvait commander ses films.

Même si c'était il y a 20 ans, ce système se traduisait déjà par une collecte variée de données sur les emprunts (qui, quand, quoi). Par la suite, Neflix a mis en place un algorithme de recommandations personnalisées de films et séries, basé sur les avis que laissaient ses utilisateurs sur le site après chaque emprunt. Déjà toutes ces données étaient digérées pour proposer les vidéos qui correspondaient les plus aux goûts de l'abonné, définis à partir de ses emprunts/achats et des notes données (alors sur une échelle de 1 à 5).

En 2011, Netflix lance son offre de streaming, et c'est un sacré pari : la connexion internet n'est pas aussi rapide qu'aujourd'hui et la logique de regarder films et séries sur un écran d'ordinateur n'existe que chez une jeune génération adepte du téléchargement illégal (et d'une sorte de binge watching pirate). Mais Netflix a un double avantage : une offre tarifaire très agressive (alors de 7,99 dollars, contre une moyenne de 80 dollars par foyer américain pour la télé !), et une page d'accueil reprenant son système de recommandations, riche de milliers de données et avis des utilisateurs. Oui, c'est une révolution de la VOD. Cet algorithme devient vraiment l'argument fort de Netflix. Personne ne dispose d'autant de données, sur autant de programmes, depuis autant d'années. Personne ne peut donc rivaliser du jour au lendemain.

Cet axe technologique basé sur la data est tellement présent chez Netflix que, logiquement, quand ils décident de produire leur premier programme, ils font confiance à l'algorithme. D'un point de vue du modèle économique, l'objectif de Netflix est de conserver ses clients abonnés le plus longtemps possible. Et, ceux qui regardent le plus de programmes, sont ceux qui restent abonnés le plus longtemps. Et qu'est-ce qui marche le mieux ? Les séries politiques. Et quel réalisateur est le plus plébiscité ? David Fincher. Et quel acteur est le plus apprécié ? Kevin Spacey. Voilà la recette "House of Cards", sorti en 2013. Evidemment, tout ne repose pas que sur des mathématiques et des choix artistiques interviennent dans le process de création. Mais "House of Cards" a confirmé à Netflix que son algorithme permet d'interroger précisément les goûts de leurs abonnés. Mieux, il peut identifier exactement quels sont les manques de son catalogue (quand on tape le nom d'un film ou série qui n'est pas présent, le système sait exactement de quoi il s'agit et propose des programmes proches).

 

Je ne sais pas si la logique est appliquée de la même manière à toutes les productions Netflix, mais il m'a été confirmé que ce fut le cas de manière plus locale pour la série "Marseille", première production en France. Les goûts des abonnés français ont été sondés par l'algorithme pour faire ressortir un goût pour les séries noires, les histoires de corruption, avec des politiques et de la police, et un plébiscite pour Gérard Depardieu et Benoît Magimel.

Comment exactement l'entreprise exploite-elle la data ? En quoi cela influence-t-il les programmes diffusés par la plateforme ? Est-ce principalement la data qui fait que Netflix est véritablement une plateforme novatrice ? 

Le premier système de recommandations était basé sur les données "actives" des utilisateurs (les notes laissées) et sur les données "passives" (le listing des programmes loués et le type de chaque programme). En passant au streaming, ces données passives se sont multipliés : qu'est-ce qui est regardé, quand, sur quel appareil, combien de temps, combien d'épisodes de la série, jusqu'à quelle minute, etc. C'est pour ça que Netflix est tout à fait capable de dire à partir de quel épisode on devient accro à une série.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 17/06/2018 - 10:58 - Signaler un abus Je hais

    Être espionné dans mes choix pour être guidé pour mes futures décisions, m'est intolérable. Je n'écoute jamais les propositions qu'on me fait pour regarder un film, lire un livre, ou acheter un quelconque produit. On commence aussi à être conseillé pour les élections... La soumission de l'espèce humaine par sa robotisation ne passera pas par moi.

  • Par vangog - 18/06/2018 - 01:51 - Signaler un abus Un monde de copains...

    La technologie digitale nous prépare un monde de copains, programmés quasiment sur le même moule, un monde sans surprises, sans différences, sans amour...un monde uniforme et gris, quasi Orwellien! La limite de ce monde ultra-connecté?...à trop privilégier la vie et la possession, ce monde fera de plus en plus l’impasse sur l’amour (on le voit avec la destruction des symboles de la famille par la gauche...) et sur la liberté (idem avec l’explosion de la censure sous l’idéologie macroniste....). Et l’auto-destruction, en corollaire final...

  • Par aristide41 - 18/06/2018 - 06:36 - Signaler un abus je trouve

    que Netflix programme de plus en plus de séries trash, sauce lgbt ou polyamour et autres joyeusetés,

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Boris Manenti

Boris Manenti est rédacteur en chef adjoint de la rubrique Tendances de L'Obs.

Journaliste spécialiste des nouvelles technologies depuis 10 ans, il est enseignant en journalisme web à l'Institut Européen de Journalisme et auteur du livre-enquête "Portables : la face cachée des ados" (éd. Flammarion).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€