Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 23 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment la mise en avant de leurs défauts est devenue la dernière stratégie marketing des stars obsédées par leur image

Les stars affichent plus ou moins volontairement sur la toile les imperfections qui ont échappé au bistouri numérique des retoucheurs d'images. Autrefois inenvisageable, le "commun" peut désormais être montré sans déchoir l'idole de son piédestal. Une affaire d'époque.

Beyonce, Cindy et leurs copines

Publié le
Comment la mise en avant de leurs défauts est devenue la dernière stratégie marketing des stars obsédées par leur image

La toile s’est récemment enflammée autour de photos non retouchées du visage de Beyoncé publiées par son fan club, qui avaient été prises en 2013 lors d’un shooting pour L’Oréal. Le même engouement a pu être observé lorsque, quelques jours avant, une photo de l’ancienne supermodel Cindy Crawford ne dissimulant pas son ventre "post-accouchements"  a fuité sur Twitter. Un cliché pris lui aussi en 2013 et publié dans l’édition mexicaine de Marie-Claire, qui a suscité des réactions majoritairement bienveillantes sur la toile.

Il paraîtra d’ailleurs dans la version US du magazine au mois d’avril. Niveau "je m'assume comme je suis", les hommes ne sont pas en reste, assumant soit leur calvitie (Jude Law), soit leur consommation de drogue (Pete Doherty).

Atlantico : Comment la mise en avant des défauts des idoles populaires est-elle devenue un outil marketing pour les stars ? 

Mathieu Deflem : C’est parce que les critiques contre les photos excessivement retouchées reviennent régulièrement, que les stars peuvent être tentées de se montrer "comme elles sont".  J’émets quelques réserves cependant. Premièrement, ce look qualifié de "naturel" ne l’est jamais vraiment. J’ai pu voir des photos présentées comme "naturelles" ou "normales", qui en réalité n’ont pas été réalisées avec moins de maquillage, mais avec un maquillage différent. Deuxièmement, cette tendance "au naturel" ne s’applique probablement qu’à certaines stars qui peuvent trouver un avantage à être vues ainsi, soit parce que leur notoriété est suffisamment établie, soit parce qu’elles ont "l’excuse de l’âge" comme Cindy Crawford. Et puis n’oublions pas que ces clichés réputés non retouchés ne constituent qu’une infime fraction de toutes les images en circulation qui, elles, sont largement modifiées.

Michaël Dandrieux : Ce qui se joue ici c'est la mise en question, ou plutôt la divulgation de l'archétype du héros. Au sens premier de ce que cela veut dire : lorsqu'on remet une chose un peu sacrée parmi la vulgate, parmi la foule : cela nous ravit de voir nos idoles recouvrir un caractère un peu populaire.

Nous chargeons nos héros de grandes fonctions sociales. Ils sont ces figures qui justement s'extirpent du marasme de la foule, du tout un chacun, de la vie ordinaire. C’est non seulement le rêve de chacun, mais aussi une partie de ce que nous devons réaliser : échapper à la mère, à notre condition sociales, ou aux pesanteurs physiques et psychologiques, et voler loin des contingences du monde.

Pendant toute la période moderne, l’accent était porté sur des figures imperturbables, olympiennes pour incarner ces idoles. Figures de force physique et de force d’âme, moralement exemplaires, vouées à l’accomplissement d’un destin victorieux, désincarnées : des étoiles. Le plébiscite aujourd’hui va vers des enfants torturés, des personnalités revenues de grands troubles, embarassées par un enracinement de tracas. Il faut croire que c’est devenu suspect que d’être irréprochable.

Les stars peuvent-elles être à l'origine de ces "fuites" ?

Mathieu Deflem : Ces fuites sont effectuées au moins avec le consentement des stars en question. En effet, cela contribue à leur construire une image qui leur est encore plus favorable. Mais comme je le disais, une telle chose n’est rendue possible que par l’existence de toutes ces autres photos retouchées en circulation. C’est en partie grâce à Photoshop que ces stars ont en construit leur réputation, et que désormais arrivées  au firmament de la gloire, elles peuvent se permettre, une fois de temps en temps, d’être montrées sous un jour différent.

Est-ce aussi parce qu'elles se savent à la merci du premier smartphone venu qu'elles préfèrent anticiper, gardant ainsi le contrôle de leur image de bout en bout ?

Mathieu Deflem : Je ne pense pas. Selon moi ces opérations sont menées de manière plus indépendante par les stars elles-mêmes et leurs managers. Une autre tendance consiste par ailleurs à utiliser à son propre compte certaines photos prises par des fans. C’est une manière de donner le sentiment à ces derniers qu’ils jouent un rôle et qu’ils sont importants.

Pourquoi avons-nous aujourd'hui besoin de voir nos idoles redevenir des êtres humains comme les autres ? Est-ce inédit dans notre histoire ?

Michaël Dandrieux : L'homme, en tous ses moments culturels, s'est trouvé à la fois des figures inconnaissables, qui peuvent faire office de dieu (c'est le culte des mystes dont on ne peut jamais tout dire), et de figures accessibles, visibles ou même mises en scène, des figures obscènes auxquelles on peut s'identifier. Le football par exemple est une répétition du combat des dieux. On s'énerve que les joueurs reçoivent des sommes affolantes alors qu'ils peuvent donner une piètre image d’eux-mêmes. C'est en réalité tout ce qui les rend héroïques : ils sont des figures imparfaites, hospitalières, à l'intérieur desquelles nous pouvons nous projeter. Les stars de la pop sont de la même eau.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michaël Dandrieux

Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales. Il est directeur du Lab de l'agence digitale Hands et directeur éditorial des Cahiers européens de l'imaginaire. En 2016, il a publié Le rêve et la métaphore (CNRS éditions). 

Voir la bio en entier

Mathieu Deflem

Mathieu Deflem est professeur de sociologie à l'Université de Caroline du Sud, où il donne un cours intitulé  "Lady Gaga et la sociologie de la célébrité".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€