Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment la France en est arrivée à préférer la défaite de Waterloo à la célébration de la victoire de Napoléon à Austerlitz

Ce 18 juin, l'Europe commémore le bicentenaire de la défaite de Napoléon 1er à Waterloo. Des descendants d'officiers, des représentants européens et quelques souverains du vieux continent seront présents dans la "morne plaine", ainsi qu'une toute petite délégation française. Le reflet d'une curieuse interprétation de l'Histoire.

18 juin 1815

Publié le
Comment la France en est arrivée à préférer la défaite de Waterloo à la célébration de la victoire de Napoléon à Austerlitz

Ce 18 juin, l'Europe commémore le bicentenaire de la défaite de Napoléon 1er à Waterloo. Crédit Reuters

Atlantico : Malgré les polémiques entourant la commémoration du bicentenaire de la défaite de Napoléon à Waterloo, et notamment le refus d'une pièce d'euro la célébrant, la France enverra deux personnes sur place. On se souvient qu'en 2005, le bicentenaire de la bataille d'Austerlitz avait été boycotté par Jacques Chirac et les représentants français. On a l'impression que la défaite est plus célébrée que la victoire. Pourquoi cet étrange paradoxe dans la gestion de l'histoire napoléonienne?

Dimitri Casali : Aujourd'hui on sent que c'est l'Europe qui force la France à réagir à son histoire, à essayer d'empêcher ce refoulement chronique envers Napoléon qu'exercent les dirigeants politiques français depuis une dizaine d'année.

En 2005, Jacques Chirac et Dominique de Villepin (soi-disant le chantre de l'épopée napoléonienne) ont refusé de célébrer le bicentenaire de la bataille d'Austerlitz, car ils ne voulaient pas heurter la communauté antillaise qui considère que Napoléon est avant tout un esclavagiste. A l'époque, une centaine de personnes avait manifesté sur l'esplanade des Invalides, et, face à eux, Jacques Chirac et Dominique de Villepin avaient capitulé. C'était un pur scandale quand on connaît l'importance de la mémoire napoléonienne, de sa figure pour les Français.

Napoléon est la figure tutélaire qui résume le mieux l'identité française. Or la France traverse aujourd'hui la plus grave crise identitaire de son histoire, comme l'a très bien dit Pierre Nora, et nous avons plus que jamais besoin de nos grands personnages, de nos grands héros qui doivent être donnés comme modèles à nos enfants. Napoléon a été l'incarnation de quatre valeurs qui sont absolument essentielles à l'identité française : la méritocratie, l'intégration, la volonté politique de réforme et l'honneur. Quatre valeurs que nos dirigeants politiques ont oubliées. Napoléon a incarné la méritocratie car il a construit tout son système sur le principe "aux meilleurs, les meilleures places" : un système basé sur le mérite. Pour lui, chaque fils de paysan pouvait avoir la prétention de devenir soit ministre, soit maréchal, soit cardinal. Il a fondé toutes les institutions en ce sens, que ce soit le système éducatif, le lycée, l'université, et même le bac que les jeunes passent aujourd'hui, et ce depuis 1808. Napoléon a également fondé le Conseil d'Etat, la Cour des comptes, le préfet et l'organisation interne des départements et effectué mille autres réformes indispensables … Pour ce qui est de l'intégration, il est fondamental d'expliquer que Napoléon était un petit immigré qui s'est parfaitement intégré à la culture française, qui a été bercé par Voltaire, Rousseau et par les Lumières, les mêmes références qu'on s'apprête à supprimer à la rentrée prochaine. Arrivé en France à 10 ans et demi, sans parler un traitre mot de français, il est devenu, grâce à la richesse de la culture française, plus français que les vieilles familles aristocratiques qu'il côtoyait à l'école de Brienne ou à l'école militaire de Paris. Il est l'incarnation de ces valeurs, sans oublier celle du respect de l'Etat. Quant à l'honneur et au patriotisme, ce sont des valeurs qui ont complètement disparu aujourd'hui. La Grande Armée et ses soldats étaient prêts à mourir pour leur patrie, aujourd'hui qui pourrait mourir pour la France, exceptée l'armée ? En-dehors de cette dernière, on peut se le demander. Napoléon incarne toutes les valeurs essentielles qui fondent l'identité française et qui ont fait notre grandeur et notre gloire pendant deux siècles. C'est en ce sens qu'il faut célébrer Napoléon. Aujourd'hui ce n'est pas la défaite de Waterloo que nous célébrons, c'est la France toujours victorieuse. En 2015, alors que nous sommes totalement abattus et déprimés, que nous sommes toujours classés parmi les pays les plus pessimistes au monde, que nous subissons la crise économique sans ardeur et sans volonté de se battre, la bataille napoléonienne ne se gagne plus sur les champs de bataille mais dans la guerre économique de la mondialisation. Il faut donc rallumer la flamme napoléonienne car elle montre que les Français ont des raisons d'être un grand peuple fier de son histoire. Il faut donc être fier de célébrer Napoléon en 2015, d'ailleurs, pour revenir à la bataille, on voit bien qu'on ne parle que de lui, pas de Wellington ni de Blücher. Effectivement, c'est la "chute de l'Aigle", mais c'est aussi une "défaite glorieuse", comme le dit Victor Hugo, c'est également l'occasion de commémorer un homme qui a incarné la grandeur à jamais perdue de la France

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par attila - 18/06/2015 - 09:33 - Signaler un abus Nous sommes

    dans une entreprise destruction de la France. Il y a quelques années, les anglais fêtaient la victoire navale de trafalguar. Qu'avons-nous fait, nous, français? nous avons envoyé notre porte-avions !!! quelle dèche !!!!

  • Par zouk - 18/06/2015 - 10:51 - Signaler un abus waterloo

    Qu'attendre d'un pays qui refuse de commémorer ses victoires emblématiques comme Austerlitz ou plus tôt Fleurus et tant d'autres et refuse l'invitation du Président Russe à commémorer la défaite de l'Allemagne nazie à Moscou,alors que ce Président russe est venu en Normandie pour la commémoration du Débarquement du 6 juin 1944 mais célèbre ses défaites: nous avons envoyé notre unique porte avions baptisé de plus Charles de Gaulle célébrer notre pire défaite maritime: Trafalgar? Le Général ne l'aurait jamais permis. Leçon à en tirer: notre Gouvernement a honte de la France. Quelles lâchetés nous attendent encore?

  • Par protagoras - 18/06/2015 - 11:24 - Signaler un abus La France de Napoléon,

    l'ex grande Nation est bien morte. Toutes les petites nullités qui se succèdent aujourd'hui à la tête de ce pays n'ont de cesse que de jeter des pelletés de terre sur son cadavre. Napoléon est honni des petits démocrates de tous poils qui sévissent aujourd'hui, principalement parce qu'il a, crimes des crimes, rétabli, en son temps, l'esclavage. Alors vous comprenez, tout le reste doit disparaître. Et puis, il n'était pas républicain au sens où tous les crétins l'entendent aujourd'hui, c'était un DICTATEUR !

  • Par Mamounette - 18/06/2015 - 12:45 - Signaler un abus Chirac Austerlitz Trafalgar Charles de Gaulle

    Chirac a eu le toupet d'envoyer le Charles de Gaulle à la reconstitution de Trafalgar, il a refusé la commémoration d'Austerlitz, alors que cette bataille est enseigné à West Point. Quelle honte !!!

  • Par Mario - 18/06/2015 - 13:24 - Signaler un abus De Gaulle était un grand

    De Gaulle était un grand homme , les présidents qui l'ont suivi furent de moins en moins grands et nous finissons par le plus nul, Hollande . Notre président actuel est un petit homme .....

  • Par jurgio - 18/06/2015 - 14:16 - Signaler un abus La France est devenue contritionniste

    Après le valeureux Poulidor qui représente malgré lui la France qui perd, les socialistes ont tout fait pour gommer ceux qui ont construit la France et l'Europe. On ne trouve personne pour imaginer ce que serait ce pays si on ne l'avait pas eu. Bien sûr, comme tous les édificateurs d'empire, il y a toujours de la casse. La guerre autrefois était, on l'oublie souvent, un métier qui a employé nombre de jeunes gens désœuvrés. Mais gageons qu'il se trouvera toujours des individus qui affirmeront que la Gauche leur aurait trouver du travail ! On peut constater qu'avec le fameux « principe de précaution », la léthargie et la catalepsie gauchistes ont assommé la France pour un bon bout de temps.

  • Par winnie - 18/06/2015 - 15:25 - Signaler un abus plus de couilles..

    Ils n'en ont plus, tous des fiottes !

  • Par A M A - 18/06/2015 - 18:09 - Signaler un abus Nos dirigeants n'ont rien compris.

    Nos dirigeants n'ont rien compris, dites-vous? En êtes-vous persuadé? Leur attitude anti-française constante relève d'une doctrine de destruction à laquelle ils adhèrent avec la plus grande ferveur et la plus servile des collaborations.. Il est serait urgent de déterminer l'identité de la secte à laquelle ils acceptent misérablement de se soumettre pour satisfaire de bien médiocres ambitions. Leur mépris de la sensibilité populaire pour nos grands hommes relève de l'idéologie la plus élémentaire, proche des totalitarismes du XX°siècle, et, sans vergogne et avec désinvolture ils réclament les suffrages de ce peuple fier d'être les enfants de louis XIV et de Napoléon. Ni l'un, ni l'autre n'aurait accepter de faire des dirigeants de ceux qui se prétendent les nôtres aujourd'hui, et qui ne doivent leur émergence factice qu'aux œuvres et aux institutions de ceux qu'ils bafouent sans vergogne. .

  • Par C3H5.NO3.3 - 18/06/2015 - 19:29 - Signaler un abus Napoléon, De Gaulle...

    Le futur Grand Homme de la France ne pourra être qu'un militaire. Et donc ce sera à l'issue d'une guerre civile.

  • Par Pourquoi-pas31 - 19/06/2015 - 13:29 - Signaler un abus On oublie un peu vite

    que ce sont les prussiens du Duc de Brunswick qui marchant sur Paris ont été mis en déroute à Valmy le 20 septembre 1792. 32000 citoyens patriotes par leur ardeur et leurs cris on fait fuir l'armée régulière prussienne de 34000 soldats entrainés. Qui envahissait la France ? Napoléon n'a fait que poursuivre la lutte contre ces ennemis de la république ! Quant aux anglais, ils ne parlent que de Trafalgar. Rappelons leur CHESAPEAKE ou leur Contre-Amiral Thomas GRAVES et sa flotte composée de trois escadres a fui, la queue entre les jambes devant la flotte Française de DE GRASSE, le 5 septembre 1781. Nous devrions célébrer ces victoires et donner leurs noms à plus de monuments et de lieux publics. Soyons fiers d'être Français et honte à nos personnels politiques qui se couchent. Je vous laisse deviner lesquels.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dimitri Casali

Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014), le manuel Lavisse-Casali (Armand Colin, 2013), L’Histoire interdite (JC. Lattès, 2012), L’Altermanuel d’Histoire de France (Perrin) - prix du Guesclin du livre d’histoire 2011. Il est le co-auteur de l'ouvrage L'Empire colonial français (éditions Gründ, 2015).

Plus d'informations sur son site : http://dimitricasali.fr/

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€