Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment EDF en est arrivée à n'avoir plus le choix qu'entre la faillite et la privatisation (Merci l'Etat)

S’il y a un dossier dans le paysage économique français où l’État est totalement responsable et coupable, c’est celui d’EDF.

Courage fuyons au gouvernement

Publié le
Comment EDF en est arrivée à n'avoir plus le choix qu'entre la faillite et la privatisation (Merci l'Etat)

Une catastrophe annoncée. EDF entreprend de tailler dans ses effectifs pour la première fois de son histoire. Les chefs syndicaux n’en reviennent pas. Entre 5000 et 6000 suppressions d’emplois. Du jamais vu. 

L’entreprise est au bord du gouffre. EDF a besoin d’argent : 4 milliards d’euros. L’Etat ne les a pas. Areva a besoin d’argent, l’Etat n’en a pas. Les investisseurs chinois pressentis ont abandonné le jeu. 

Dans ces conditions, il faudrait être lucide et vrai. EDF, et toute la filière, ont le choix entre un dépôt de bilan et la privatisation. La première solution est financièrement très brutale. La seconde serait socialement et politiquement fiévreuse et compliquée.

L’Etat s’est donc mis en mode "on ne fait rien, on attend… ". Les hommes politiques, eux, se sont mis sur le mode "on ne dit rien". Ce qui est quand même invraisemblable pour une entreprise qui appartient à l’Etat et une classe politique qui est en campagne électorale. 

L’EDF fait partie de ces dossiers explosifs dont personne n’ose parler. 

La filière énergétique française a été un exemple de réussite et de performance extraordinaire depuis les décisions prises par le Général de Gaulle en 1945 et appliquée à son retour en 1958. C’est lui, le Général de Gaulle, avec l’aide du parti communiste et de la CGT, qui a donné à EDF les moyens et le statut pour devenir le fournisseur d’énergie capable d’assurer l’approvisionnement du système de production et d’accompagner le formidable développement économique des Trente Glorieuses. L‘électricité pour tout le monde. La bonne fée disait-on. Et cela en toute indépendance nationale. D’où la nationalisation, d’où la constitution d’une seule entreprise en situation de monopole. D’où le choix du nucléaire. 

Depuis, les choix stratégiques se sont un peu adaptés mais n’ont pas fondamentalement changé. Or le monde a changé. 

Le résultat est qu’ Areva, le champion mondial du nucléaire est asphyxié. EDF, première entreprise mondiale d’électricité, est complètement essoufflée.

EDF est devenue un mammouth qui doit trouver au bas mot 4 milliards d’euros pour réaliser son programme d’entretien des vieilles centrales, pour fermer les plus vieilles centrales et poursuivre son plan de développement de la 4ème génération ou même s’engager dans la transition énergétique. 

Areva s’est fourvoyée dans des opérations très hasardeuses à l’étranger avec une gestion un peu contradictoire. Areva a besoin de 2 milliards, l’Etat ne les a pas. EDF, non plus,  alors que ça devrait être son rôle que d’investir pour sauver son fournisseur principal de nucléaire.

Le mal dont souffre EDF est très simple. Il a déjà été analysé dans moult de rapports. Tout le monde connaît le diagnostic; aucun responsable politique ne veut l’assumer. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Borgowrio - 04/02/2017 - 11:44 - Signaler un abus Contribuables ,et usagers ... à vous

    Ce n'est pas le nucléaire qui a plomber EDF . La branche " renouvelable " à elle seule est en déficit de environ 1 milliard . Le renouvelable que l'état ne peut plus subventionner n'est pas rentable . On a considérablement durci les normes de sécurité des centrales , prétextant Fukushima ( zéro mort nucléaire) et taxer pour que l'eolien devienne compétitif , mais c'est un non sens économique .Et ça se paye . A répéter sans cesse qu'on va sortir du nucléaire , fait fuir les investisseurs ... La précarité energétique est en marche

  • Par vangog - 04/02/2017 - 12:35 - Signaler un abus Échec total des directives europeistes!

    Le but de l'UE était de libéraliser le marché de l'énergie, il y a vingt ans. Force est de constater que le fonctionnement monopolistique et stalinien du groupe, aggravée par les mauvais gestionnaires type apparatchik socialiste Lauvergeon, ont persisté, plombant le groupe...il aurait fallu conserver le groupe tel que l'avait créé De Gaulle (option Marine Le Pen), soit tout libéraliser!...mais cette (mauvaise) gestion par l'eau tiède a été la pire!

  • Par Philippe du Penhoat - 04/02/2017 - 14:02 - Signaler un abus hélas

    Totalement d'accord avec cet article. L'irresponsabilité de l'Etat est dans le cas d'EDF hallucinante : 1. Dans la construction initiale d'EDF en monopole les capitaux étaient rémunérés à un taux sans risque, voisin des emprunts d'Etat, et le prix de vente égal au prix de revient comptable, bénéfice nul. L'ouverture à la concurrence transfère le risque du client vers les prêteurs et surtout les actionnaires. Dans une industrie où les capitaux investis sont le triple du chiffre d'affaires, cela aurait du se traduire par une augmentation des prix facturés au clients d'au moins 20%. Il n'en a rien été, les tarifs règlementés permettant au plus un bénéfice minimal. 2. Les prix bas permis par le nucléaire et renforcé par la politique tarifaire ont conduit à imposer à EDF de vendre à ses concurrents en dessous des prix de marché pour faire semblant d'avoir une concurrence vivante. Ces concurrents ayant le droit d'aller voir ailleurs si ces prix de marché sont inférieurs bénéficiaient d'une option gratuite payée par EDF. 3. Dans ce métier de temps long (10 ans entre décision et mise en service), on change de dirigeants et de politique au gré des alternances, tous les 5 ans.

  • Par Philippe du Penhoat - 04/02/2017 - 14:02 - Signaler un abus hélas

    Totalement d'accord avec cet article. L'irresponsabilité de l'Etat est dans le cas d'EDF hallucinante : 1. Dans la construction initiale d'EDF en monopole les capitaux étaient rémunérés à un taux sans risque, voisin des emprunts d'Etat, et le prix de vente égal au prix de revient comptable, bénéfice nul. L'ouverture à la concurrence transfère le risque du client vers les prêteurs et surtout les actionnaires. Dans une industrie où les capitaux investis sont le triple du chiffre d'affaires, cela aurait du se traduire par une augmentation des prix facturés au clients d'au moins 20%. Il n'en a rien été, les tarifs règlementés permettant au plus un bénéfice minimal. 2. Les prix bas permis par le nucléaire et renforcé par la politique tarifaire ont conduit à imposer à EDF de vendre à ses concurrents en dessous des prix de marché pour faire semblant d'avoir une concurrence vivante. Ces concurrents ayant le droit d'aller voir ailleurs si ces prix de marché sont inférieurs bénéficiaient d'une option gratuite payée par EDF. 3. Dans ce métier de temps long (10 ans entre décision et mise en service), on change de dirigeants et de politique au gré des alternances, tous les 5 ans.

  • Par pale rider - 04/02/2017 - 16:11 - Signaler un abus L énergie est le coeur des pays

    Quand on voit ds quel état est EDF ..... ça en dit plus long qu un discours electoral sur l état du pays . A quand la crise cardiaque ?

  • Par kelenborn - 04/02/2017 - 16:24 - Signaler un abus Ce type a un toc

    Formules creuses mais répétitives depuis 50 ans! ce type a un TOC ! heureusement qu'il n'a pas commencé à écrire à l'époque du Roi Dagobert car il nous raconterait que c'est l'Etat qui lui a mis sa culotte à l'envers! Il faut rappeler que le système fonctionnait jusqu'à ce que l'Europe chérie de JMS s'en mêle en démantelant EDF sous le prétexte que la concurrence allait faire baisser les prix Partout en Europe les prix ont augmenté Ensuite la peste verte est arrivée: pressions pour la fermeture des centrales et agitation du principe de précaution, compensations versées par EDF aux producteurs solaires et eoliens pour payer le surcoût d'énergies non rentables: résultat: des versements par EDF qui équivalent à 40 000 emplois supprimés dans le reste de l'économie (JMS sait ce qu'est un effet d'éviction) Enfin rappelons que ce ne sont pas les obligations de service public qui plombent EDF puisqu'elles sont mutualisées et aussi répercutées sur les autres producteurs L'électricité coûte deux fois plus cher en Allemagne et en Autriche, pays verts!!! C'est ce que veut JMS ? En plus les horreurs de Lauvergeon , c'est pas EDF , ce sont les bénéfices de la parité

  • Par viandapneu - 04/02/2017 - 17:20 - Signaler un abus bidon

    Vaste escroquerie des enarques qui "gouvernent" notre pays. EDF n'a pas deux milliards ? il les distribue en dividende chaque année. consultez un site boursier bien renseigné : chiffre d'affaire 2016 70 milliards. EBITDA 16,1 milliards. dividende 0,88 euros par action (il y a environ 2 mlliards d'action) endettement 45,5 Milliards donc non pas la moitié mais 65% de dettes....et le conseil d'administration vote un dividende !!! on marche sur la tête. ce dividende, c'est l'état qui l'exige, et ce sont quelques fonds d'investissement qui en profitent car le rendement en 2016 avoisine les 9%; Il faut quand même se souvenir que ce sont les usagers qui paient, et d'ici peu les contribuables, qui sont les mêmes, et donc nous allons d'ici peu payer notre note EDF , puis le remboursement de la dette EDF sur nos impôts ou sur la taxe d'habitation ou une drôlerie du même genre.

  • Par Paul Emiste - 04/02/2017 - 17:21 - Signaler un abus CGT

    Vous avez oublié nos fossoyeurs d´économie pro.

  • Par Liberte5 - 04/02/2017 - 18:52 - Signaler un abus Une entreprise créée par Macel Paul ministre communiste...

    "L'établissement public à caractère industriel et commercial EDF a été créé le 8 avril 1946 à la suite du vote de la loi n°46-628 sur la nationalisation de l'électricité et du gaz, par 491 voix pour (PC, SFIO, MRP, Radicaux, UDSR) et 59 contre (Parti républicain de la liberté, Républicains indépendants et divers droites)8, sur proposition de Marcel Paul, alors ministre de la production industrielle. décidait la nationalisation des biens de 1 450 entreprises de production, de transport et de distribution d'énergie électrique10. Il hérite de l'investissement électrique massif réalisé entre-deux guerres". Les monopoles étatiques finissent toujours mal, surtout si l’État est dirigé par des incompétents. Le même sort attend la SNCF. Et la France à la suite, coulée par ses structures communistes.

  • Par ikaris - 04/02/2017 - 22:50 - Signaler un abus Complètement d'accord avec Kelkenborn

    Papy Sylvestre, alias la voie de son maitre, nous fait le coup de la privatisation. Hé bien moi que pense au contraire que pour l'a production d'électricité on aurait du en rester eu monopole : EDF faisait très bien son boulot en rendant tout le monde content : clients (une électricité pas chère et de qualité) , actionnaire étatique, salariés ... les choix technologiques était bon (on évitait l'escroquerie de l'éolien et on faisait du nucléaire avancé). Ca marchait quand même mieux qu'Enron ? Hein Papy ? Hein que tu adorais Enron à l'époque papy Sylvestre ? et puis les ayatolah de la libéralisation (rajouter de la concurrence dans ce système parfait !) et de la fausse écologie ont foutu la grouille. Les banquiers d'affaire ont bien foutu la grouille en faisant acquérir des producteurs pourris à prix d'or aux 4 coins du monde ... Papy Sylvestre, c'est pas l'état qui a foutu la grouille chez EDF c'est tes potes et en plus ils veulent récupérer la bête pour 2 francs six sous en nous faisant croire que ça vaut rien ... VOLEURS !

  • Par pathu - 05/02/2017 - 01:58 - Signaler un abus ?????Jean-Marc Sylvestre

    Vous êtes économiste Mr Sylvestre ? Vous ne savez pas que EDF est Numero 1 MONDIAL dans son secteur d'activités ??????? Alors soit vous faites partie de la caste des profiteurs qui inventent pour pouvoir pressuriser encore un peu le peuple , soit vous êtes un incompétent notoire qui se veut expert télé comme certain sont expert avionique et disent n importe quoi .. bref votre titre mériterai que l'on puissent vous poursuivre pour publicité mensongère !! Combien d'entreprise EDF peut elle revendre avant d'etre en faillite en France ? La seule inconnue est la position que Macron a prise avec les Anglais , Un inconscient notoire cet illuminné aussi ..

  • Par john mac lane - 05/02/2017 - 10:08 - Signaler un abus Et encore on ne sait pas tout! Les cadavres doivent trainer

    Je fais un pur procès d'intention. Quasi prédiction certitude. Un tel chiffre d'affaire et une telle complexité nécessite pour une certification des comptes des années. La pièce APTBX2 à 2 millions choisie à la place de la pièce RTZK8 a nécessité des rétro-commission et moult emplois fictifs...Mais combien de pièces le jargon interne cachés, d'emplois fictifs et corruption de grande échelle se cache derrière... Grand scandale en perspective quand le contexte des intouchables incite.....

  • Par marie06 - 05/02/2017 - 22:01 - Signaler un abus Qui est "l'état" Mr Sylvestre ?

    Ce sont tous ces dirigeants incompétents qui se succèdent depuis pour certains 40 ans et qui n'ont pas la qualité de ceux qui gouvernaient du temps de Pompidou qui gouvernent non pas pour la France et les français mais pour eux. Nul doute que si la France serait gouvernée pas des dirigeants pour le prestige de la France je suis sûre que nous n'en serions pas là et que comme l'Allemagne nous aurions encore des industries florissante dans notre pays. Alors SVP nommés les actionnaires par leur vrai nom au moins vous feriez preuve de transparence et nous vous en serions grès.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€