Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment la Chine déroule méthodiquement son plan pour imposer sa super puissance militaire

Selon l'historien américain Hal Brands, la Chine aurait de vraie prétentions militaires. Et pas qu'au niveau régional, comme on l'entend souvent.

L'art de la guerre

Publié le
Comment la Chine déroule méthodiquement son plan pour imposer sa super puissance militaire

Atlantico : Dans une tribune publiée par Bloomberg, l'historien Hal Brands développe l'idée d'une Chine dont les véritables intentions militaires auraient une dimension mondiale, et non simplement régionale comme cela est avancé le plus souvent. Quels sont les éléments tangibles permettant de soutenir cette vision d'une telle ambition chinoise ? Quelles sont les raisons poussant Pékin en ce sens ? 

Guillaume Lagane :  Après la victoire de Mao en 1949, la Chine communiste a mené pendant plusieurs décennies une politique qui était essentiellement régionale avec deux objectifs ; la question de Taiwan d'une part et, d'autre part, la sécurisation de son territoire compte tenu d'une possible attaque américaine dans le prolongement de la guerre de Corée.

Avec l'ouverture du pays sous Deng Xiaoping, la politique chinoise s'est ouverte sur l'international puisque désormais, l'important pour Pékin est la sécurisation de ses routes commerciales à la fois d'exportation vers l'occident et d'importation des matières premières, la Chine étant devenue en 2008 le premier importateur mondial d'énergie. Petit à petit, à la suite de cette expansion économique, la Chine est passée d'une ambition régionale à une ambition mondiale, celle d'être, comme cela est dit en mandarin Da Guo , c’est-à-dire une grande puissance. Finalement, en faisant cela, la Chine retrouve l'ambition nationaliste qui était la sienne, qui consiste à donner à Pékin la place que l'Empire du milieu avait au début du XIXe siècle, c'est à dire la première puissance mondiale en termes à la fois économiques et démographiques.

Pour mener à bien cette ambition, les deux outils utilisés par la Chine sont d'une part la politique militaire, Pékin est ainsi devenue depuis une dizaine d'année le deuxième budget militaire mondial. Et elle a profondément transformé son armée qui était une armée de défense territoriale en une armée capable d'interventions extérieures. Il faut rappeler que la Chine a acquis un porte-avion d'abord à l'Ukraine puis en a construit un autre et aujourd'hui en vise un troisième. La Chine étend son emprise petit à petit avec l'ouverture de bases militaires à l'étranger dont la principale, et la seule en réalité est située à Djibouti. Mais cela est un changement énorme par rapport à une puissance qui est jusqu'ici réputée régionale. Puis, d'autre part, le second outil qui est l'influence socio-économique. Cela est à la fois le prestige de Pékin - le consensus de Pékin - c’est-à-dire la promesse d'un modèle chinois qui assure stabilité politique et expansion économique , mais également les investissements chinois. On peut citer la route de la soie - le "One Belt One Road" - qui est un projet d'investissements avec la Banque asiatique d'investissements et d'infrastructures. La Chine fait aujourd'hui feu de tout bois. Elle promet aux pays d'Asie, d'Afrique, d'Amérique Latine des investissements et des routes commerciales. Derrière cet aspect économique il y a un aspect politique avec l'influence de la Chine qui s'étend.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Lagane

Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.

Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. 

Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique (Ellipses, 2012). il est également l'auteur de Théories des relations internationales (Ellipses, février 2016). Il participe au blog Eurasia Prospective.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€