Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Combien coûtent les paradis fiscaux à l'économie mondiale ?

Alors que la polémique autour des paradis fiscaux continue d'enfler, le président Hollande a déclaré mercredi matin vouloir éradiquer ces derniers. Souvent considérée comme impossible à contrôler, l'évasion fiscale peut pourtant être chiffrée et tracée géographiquement.

A la recherche de l'argent perdu

Publié le
Combien coûtent les paradis fiscaux à l'économie mondiale ?

L'évasion fiscale peut être chiffrée et tracée géographiquement. Crédit Flickr / Images_of_Money

Atlantico : François Hollande a déclaré ce matin vouloir éradiquer les paradis fiscaux afin d’éviter qu’y soient accumulés des capitaux non taxés au détriment des Etats. Comment pouvons-nous chiffrer la concentration de richesse "entreposée" dans ces paradis ?

Gabriel Zucman : Dans l’étude « The missing wealth of Nations » (La richesse manquante des Nations) que j’ai réalisé, j’ai calculé que 8% du patrimoine financier des ménages, au niveau mondial, serait stocké dans les paradis fiscaux du monde entier.

Ce chiffre a été établi autour de deux grands axes. Premièrement, j’ai utilisé les statistiques officielles de la banque centrale suisse qui établit la liste des montants des fortunes étrangères dans les banques suisses et d’autre part l’exploitation statistique exhaustive des bilans d’investissements internationaux des pays. Ce second élément montre qu’au niveau mondial il y a plus de passifs que d’actifs financiers à cause du fait que les statisticiens du monde entier ne parviennent pas à enregistrer une partie des actifs financiers notamment les portefeuilles de titres des particuliers qui les placent dans les divers paradis fiscaux. Si l’on prend l’exemple d’un Français qui possède de l’action américaine placée en Suisse : puisque ces actifs sont en Suisses, la Banque de France ne peut l’enregistrer en tant qu’actif alors que les Américains eux sont au courant qu’un étranger détient de l’action américaine et enregistre le passif.  L’ensemble provoque donc un décalage entre l’actif et le passif financier qui se chiffre donc à 8% du patrimoine financier des ménages à l’échelle globale.

Ainsi, à combien pourrions évaluer cette disparition d’argent ?

Si l’on traduit cela en chiffre rond, cela représente 6 000 milliards d’euros sur un patrimoine financier total des ménages net des dettes de 75 000 milliards d’euros.

A quel rythme évoluent ces mouvements de disparition d’actifs et à quel rythme rentrent-ils à nouveau dans l’économie ? Cela n’appartient-il pas à un circuit économique cohérent ?

D’après mes travaux, ce ratio de 8% du patrimoine financier des ménages placé dans les paradis fiscaux est à peu près stable sur les dix dernières années. Cependant, il est clair que l’argent dans les paradis fiscaux est investi ; il ne s’agit pas de lingots d’or dormants complètement en dehors de l’économie. Ces comptes offshores sont le point de départ d’investissements et de mouvements financiers au même titre que le sont des comptes à Paris ou à New York. Ce qui est fâcheux est que cet argent n’est pas taxé. Cet argent n’est donc pas en dehors du circuit économique mais si l’on peut s’en réjouir, il faut rappeler que cet argent échappe bien à toutes taxations.

Pays les plus développés, dictatures : quelles sont les origines géographiques de ces capitaux ?

Il semble qu’une très large partie des fortunes offshore appartiennent aux Européens et un peu moins aux Américains. C’est en tout cas ce que montrent, bien qu’imparfaites, les statistiques suisses qui établissent qu’environ 50-60% des comptes en Suisse, sachant que cette dernière compte un tiers des capitaux offshores soit environ 2 000 milliards d’euros, appartiennent à des Européens. Cela suggère donc qu'il s'agit essentiellement d’un problème d’évasion fiscale au sein de l’Europe qui est donc pointée du doigt sur la question. Il faut espérer que l’affaire Cahuzac et ce qui l’entoure permette à la France et ses voisins de se donner les moyens d’être à la pointe de la lutte contre cette évasion fiscale. Enfin, les dictateurs et autres dirigeants du monde ont également des comptes offshore mais ne représentent pas l’essentiel de ceux-ci pour la simple et bonne raison que l’essentiel des richesses restent concentrées en Europe et aux Etats-Unis. 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par loindevant - 11/04/2013 - 09:00 - Signaler un abus et les dérivés y étant "stockés" ?

    Pourquoi ne pas compter la masse d'actifs que représente les CDS , shadowbanking ( 7 x PIB du monde ) ? quasi tous entreposés dans ces paradis fiscaux, et qui pèsent indirectement sur le système de dette ( privatisée ) des états qui ne font plus que rembourser les seuls intérêts, ce qui forcent les états acculés à compenser par plus de taxes et d'impôts, certes le calcul est moins simple mais il ne peut, à l'évidence, se restreindre à vos "pauvre" 8%.. Sans ses paradis fiscaux, ce système très lucratif ( marchés de CDS peut lever jusqu'à 30%.. ) perdrait de son potentiel dès qu'il connaîtrait la même imposition que les PME les "alimentant" de par cette iniquité fiscale.. Quant aux grandes industries multinationales les utilisant également, ce système leurs permet de concentrer leur bénéfices accrus et d'avoir la force financière de phagocyter ces mêmes PME précitées. C'est ainsi que le système épuise l'économie réelle et que s'assèche d'abords l'investissement réellement producteur d'emplois, puis seront "perquisitionnées" nos épargnes, les petits pays de l'euros comme laboratoires.

  • Par brennec - 11/04/2013 - 11:06 - Signaler un abus Evasion = lutte contre l'enfermement.

    Quelle est la corrélation entre évasion fiscale et niveau de prélèvements par l'impot? L'europe est en pointe par rapport aux états unis pour l'évasion mais si on compare avec le niveau des prélèvements elle également en pointe.

  • Par Sophile - 11/04/2013 - 12:39 - Signaler un abus Une question simple

    Pourquoi des paradis fiscaux, créés par qui ??? Voilà la vrai question. Et les banques de profits qui les a créées ??? Une autre bonne question. Supprimons ça et le monde sera "heureux". Venise a pris son essor quand elle n'a plus eu les usuriers dans sa cité.

  • Par maxx_paris - 11/04/2013 - 13:58 - Signaler un abus il n'y a plus de paradis fiscaux depuis 2009, c'est fini !

    Depuis 2009 il n'y a plus de paradis fiscaux "l'argent vagabond et les paradis fiscaux, c'est fini !" c'est ce que notre président Sarkozy a dit en 2009, moi je le crois, je suis très croyant ! mdrr Blague à part c'est là qu'on se rend compte de l'univers de comedia-del-arte dans lequel on vit avec nos politiciens !

  • Par ABCD - 11/04/2013 - 14:12 - Signaler un abus 8% du patrimoine sauvé, seulement et malheureusement

    M.Zucman… encore un doctorant en économie franchouillard. Et la Paris School of Economics, n’est vraiment pas une référence. En idéologie fiscale, je recommande mon alma mater : l’IMD de Lausanne. M.Zucman écrit « Cet argent n’est pas en dehors du circuit économique mais si l’on peut s’en réjouir (NDLR : là il a raison), il faut rappeler que cet argent échappe bien à toutes taxations ». C’est en partie faux car il existe pas mal de taxations en Suisse ou ailleurs prélevées sur ces mêmes fonds, bien moins heureusement que dans leurs pays d’origine. De plus sa DEPLORATION « échappe à toutes taxations » repose sur un postulat français typiquement FAUX selon lequel: le produit des taxations serait dépensé de façon économiquement PLUS JUDICIEUSE pour l’intérêt général par les dépenses publiques nationales que par le circuit privé. Ce postulat, véritable crédo d’airain de chaque politicien élu et de TOUS les fonctionnaires est EXTRAORDINAIREMENT FAUX. Les 8% du patrimoine financier sauvés dans les "paradis" fiscaux sont le seul véritable ballon d’oxygène qui SAUVE l’économie mondiale de la ruine générale qu’imposeraient les politiciens si TOUT l’argent du monde était à leur disposition.

  • Par Aristote - 11/04/2013 - 14:39 - Signaler un abus Et l'enfer ?

    Et combien coûtent en emplois, en dynamisme économique, les enfers fiscaux qui nourrissent les paradis fiscaux ?

  • Par ABCD - 11/04/2013 - 18:13 - Signaler un abus Dubaï, paradis fiscal complet b(et non inscrit sur la liste)

    Alors qu'à Paris les agents de police circuleront bientôt sur vélibs en payant la location de leur poche, à Dubai ils roulent en Lamborghini Aventador, le tout-haut-de-gamme de la marque. Et attention il n'y a pas de pétrole à Dubaï. C'est seulement un paradis fiscal gérant ses affaires au mieux, en faisant même parfois de très mauvaises (grosse crise de surcapacité immobilière en 2009). Je connais bien les lieux; les gens économes vont faire le plein de leur véhicule sur la première station d'autoroute située sur le territoire de l'Emirat d'Abu Dhabi, très riche en pétrole lui, et où l'essence est bien moins chère qu’à Dubaï. http://www.lorientlejour.com/article/809560/la-police-de-dubai-va-patrouiller-en-lamborghini.html En France, on n'a pas de pétrole comme à Abu Dhabi, ni de paradis fiscal comme à Dubaï. On a ce benêt de Hollande et tous ses prédécesseurs depuis 1974, plus une pléthore pharaonique de dysfonctionnaires politisés et ça change tout.

  • Par Ilmryn - 11/04/2013 - 18:56 - Signaler un abus Rien

    Les paradis fiscaux coutent exactement ZERO euro à l'économie mondiale, tout cet argent y retourne forcément pour acheter une maison, une voiture, du pain etc. etc.. Par contre c'est effectivement un manque à gagner pour ces états cancer comme la France dont les élus sont incapable de signer un seul budget positif depuis 38 ans et qui assassinent d’impôt leurs concitoyens et l'économie réelle qui les fait vivre.

  • Par Claudec - 11/04/2013 - 19:10 - Signaler un abus Autre question : Combien ces

    Autre question : Combien ces mêmes paradis fiscaux lui rapportent-elle.

  • Par Jean-Francois Morf - 14/04/2013 - 21:56 - Signaler un abus Googlez, en texte puis en images: quadrillion $ derivatives...

    Et ils appartiennent à qui, à votre avis, ces 1,3 Péta$ de produits dérivés? Googlez: 500 trillion $ Rothschild... Rothschild en possèderait environ 0,5 Péta$... Il n'a pas besoin de les cacher: il contrôle indirectement toutes les banques, y compris la FED... Le PIB d'un grand pays, c'est seulement quelques Téra$... Vous savez maintenant le nom du franc maçon qui dirige secrètement le monde entier, sans jamais apparaître dans la liste Forbes de ceux qui avouent juste quelques Giga$, comme Bill Gates... Rappel: Méga, Giga, Téra, Péta (scientifique) Million, Milliard, Billion, Billiard (français) million, billion, trillion, quadrillion (anglais)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gabriel Zucman

Gabriel Zucman est doctorant en économie au sein de la Paris School of Economics, il a mené une une large étude sur La richesse manquante des Nations dans laquelle il trace des liens entre l'argent qui disparaît du circuit économique et la richesse accumulée dans les paradis fiscaux. 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€