Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Coma avancé pour la démocratie française : ces pistes pas si compliquées pour la réveiller

Démocratie directe, conférences citoyennes, voire ubérisation complète de la vie politique... Plusieurs réponses sont possibles face au désengagement des citoyens de la chose publique.

Trucs et astuces

Publié le - Mis à jour le 11 Décembre 2015
Coma avancé pour la démocratie française : ces pistes pas si compliquées pour la réveiller

Atlantico : N’est-il pas préférable d’inclure, au moins, une part de proportionnelle aux législatives. A quel pourcentage ?

Didier Maus : La question d'assurer "une meilleure représentation" du FN à l'Assemblée nationale ne peut pas se poser dans l'immédiat, sauf à imaginer que le Président Hollande cherche avant tout à empêcher l'opposition du centre et de la droite à gagner en 2017, dans l'hypothèse où son candidat l'emporterait lors de l'élection présidentielle.

Ce débat sur le mode de scrutin est éternel. Et il n'existe aucun système idéal.

Regardez le système allemand, son système mixte combine scrutin majoritaire et représentation proportionnelle est satisfaisant sur le papier, mais ne permet pas toujours de dégager une vraie majorité. Mme Merkel, qui a très largement gagné les élections législatives, a été obligée, pour des raisons d'absence de majorité au Bundestag, de constituer une grande coalition avec le SPD, parti nettement battu dans les urnes. 

Il n'y a donc aucune raison de changer le mode de scrutin en fonction des résultats. Il est évident qu'un scrutin proportionnel, si le FN maintient son potentiel, donnerait à cette formation une représentation importante. Il ne faut pas, pour autant, croire que le scrutin majoritaire lui est  systématiquement défavorable. Sans qu'il soit possible de procéder à la moindre projection, il est évident qu'une formation politique qui réunit entre 30 et 35% des voix au premier tour est bien placée pour l'emporter dans le cadre d'un second tour triangulaire. Le PS ou l'UMP en ont été bénéficiaires lorsqu'ils avaient des scores de cette importance. Dans le cas d'un duel entre un candidat FN et un autre candidat, le résultat dépend largement du report des voix. On sait, d'expérience, que le report PS vers le centre et la droite républicaine est bon, alors que l'inverses est aléatoire. Pour une partie de l'électorat de droite la question est de savoir si l'adversaire n°1 est le Parti socialiste ou le Front national. La stratégie du "Ni, ni" conduit, dans une situation FN/PS à l'abstention, ce qui n'est pas une réponse adaptée aux valeurs de la citoyenneté républicaine.

De plus, la proximité des élections législatives de 2017 rend très difficile une modification de la loi électorale. Il est techniquement impossible, compte tenu des formalités à et des délais à respecter, de procéder à un nouveau découpage des circonscriptions. Celui serait nécessaire si, par exemple, il était décidé d'élire 15 ou 20% des députés à la proportionnelle (voir 50% comme en Allemagne). La seule réforme possible est donc l'adoption,  comme en 1985 pour les élections législatives de 1986, d'une représentation proportionnelle intégrale dans le cadre du département. Celle-ci ferait automatiquement entrer à l'Assemblée nationale un nombre important de députés FN, mais le maintien du scrutin majoritaire est encore favorable aux grandes formations politiques classiques (PS et ex UMP), à condition qu'elles arrivent, circonscription par circonscription, en tête pour un éventuel second tour triangulaire. Par conséquent, d'un strict point de vue constitutionnel le fait qu'il y ait actuellement l'état d'urgence est sans conséquence sur la possible modification de la loi électorale. Il n'existe aucune interdiction à le faire, simplement des arguments politiques incitent à la prudence, voire au statut quo.

>>> Lire aussi - Les régionales ou le crépuscule de la démocratie parlementaire : mais quand rendra-t-on le pouvoir au peuple ?

Jean Garrigues : Sur la question du déficit démocratique, il me semble évident qu'à partir du moment où vous avez, dans une élection comme celle qui vient d'avoir lieu, à savoir un premier tour d'élections régionales, une abstention qui dépasse les 50% des électeurs ainsi qu'un vote de protestation qui arrive en tête de 6 régions, c'est qu'il y a un souci. Il y a un problème d'inadéquation entre l'offre et la demande politique. On peut aisément en déduire qu'il y a un déficit démocratique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Usegui - 09/12/2015 - 14:30 - Signaler un abus À côté de la plaque

    Comme d'habitude, les gens passe à côté d'une vrai solution la reconnaissance pleine et entière du vote blanc. Qui est un choix : rien de ce qui m'est proposé ne me convient ! Avec élimination de la vie politique des candidats qui auraient échoués face à celui-ci !

  • Par GP13 - 09/12/2015 - 14:57 - Signaler un abus Le référendum devrait être préféré.....

    ..... à la place de conférences de citoyens dans lesquelles 25 personnes sélectionnées dûment cornaquées par des "experts" vont confisquer la souveraineté du peuple. MAIS, à la condition expresse que le référendum ne puisse pas être un plébiscite. L'initiative de tout référendum devrait donc être constitutionnellement interdite au Président.

  • Par goethe379 - 09/12/2015 - 15:04 - Signaler un abus Les menteurs

    Sarkozy et Hollande ont menti lors de leurs campagnes à la présidentielle. L'un comme l'autree avaient prévu une part de proportionnelle. Il n'y a pas besoin de changer les circonscriptions, qui paraitraient une magouille. En 16 mois, on peut changer la Constitution.

  • Par pc85 - 09/12/2015 - 15:10 - Signaler un abus NO FUTURE !

    Les responsables politiques se reproduisant entre eux, voilà le résultat de la consanguinité.

  • Par Angelique E - 09/12/2015 - 15:23 - Signaler un abus toujours biaiser pour eviter referendum et proportionnelle

    La population qui n est ni bete ni ignare reclame le referendum et la proportionnelle depuis des lustres : les 'elites' n en veulent pas dans le soucis de perenniser leurs postes et leur cadte.arretons de biaiser. Un referendum sur initiative populzire ou des referendums reguliers ne peuvent etre des votes sanction du president. La proportionnelle est la seule representation qui soit juste et permettrait a nouveau des echanges er desrapprochements de mouvances parfois meme eloignees sur des questions precises soumises au Parlement, ceci pour retrouver un peu de fraternite partagee et remedier aux fractures que l on sent de + en + violentes entre les catégories sociales et culturelles.

  • Par Ganesha - 09/12/2015 - 16:20 - Signaler un abus Marine

    Bel article ! Mais ce dont nous avons vraiment un urgent besoin, c'est de virer les politicards PS-Ripoublicains qui sont au pouvoir dans notre pays depuis plus d'un demi-siècle et qui ont amené la France à la ruine et au désespoir ! L'usage régulier du Référendum (notamment sur l'Euro, après six mois de négociations avec nos partenaires européens) est un des principaux points du programme de Marine Le Pen !

  • Par vangog - 09/12/2015 - 17:42 - Signaler un abus Quel bla-bla!

    la France a besoin de simplification et d'une restauration de la démocratie. Les patriotes ont la solution, il s'agit de la proportionnelle intégrale! Chacun des trois partis du nouveau système tri-partisan obtient environ un tiers des voix, et les lois sont votées par les deux partis qui considèrent les lois judicieuse, le troisième s'abstenant ou votant contre. C'est aussi simple que cela! Mais cela impose d'avoir un premier ministre démocrate, qui accepte le pouvoir de l'assemblée, ce qui n'est pas gagné avec des socialos sectaires. Les avantages? deux fois moins d'élections et, donc, une plus grande tolérance des Français à leur système électoral, l'humilité obligatoire du 1er ministre et la confiance renouvelée dans la démocratie...tout bénef!

  • Par adroitetoutemaintenant - 09/12/2015 - 18:42 - Signaler un abus Le referendum présente tous les avantages

    Il permet au peuple de s’exprimer. Il n’y a pas besoin de l’avis du Conseil Constitutionnel, ou de celui de l’Europe ce dont le peuple a marre. Il doit aussi y avoir des referendums régionaux, départementaux et municipaux pour les dépenses hors sujets telles que les aides aux ONG, aux écoles palestiniennes ou aux pistes cyclables du Chili. Referendums au boulot pour shunter les syndicats non représentatifs. Le peuple doit aussi avoir accès à la question référendaire à partir de 5% des votants inscrits et sans soutient des élus.

  • Par cloette - 09/12/2015 - 18:44 - Signaler un abus MLP et Marion perdantes

    derniers sondages, ce qui fera que 30% de la population et premier parti en nombre de suffrages a deux députés , zéro région et 10 villes sur 36 000, il y a déficit démocratique ce qui ne présage rien de bon pour l'avenir (tout ce qui est mis sous le boisseau ressurgit )

  • Par Liberte5 - 09/12/2015 - 18:58 - Signaler un abus des mesures simples.......

    démission des fonctionnaires qui se présentent à une élection. Non cumul des mandats....

  • Par jybro - 09/12/2015 - 19:11 - Signaler un abus oui,Cloette un drame démocratique est en train de se jouer

    comment un XB peut il etre indépendant apres cela?!! Meme question pour CE? Qu'a fait chirac apres sa réelection? Comment concevoir que des voix, certes respectables, qui ont soutenu FH ,avec les pitoyables et calamiteux,aillent vers CE. ? Quel avenir si la démocratie est assasinée.?

  • Par jybro - 09/12/2015 - 20:36 - Signaler un abus suite

    résultats obtenus dans tous le domaines apres Calamiteux.svp le reniement d'estrosi est le copié collé des politicards de droite et de gauche. Xavier Bertrand qui veut se présenter pour obtenir l'onction supreme? La tyrannie de la pensée, tue le peuple et arme la dictature du clan....

  • Par marie06 - 09/12/2015 - 20:40 - Signaler un abus Cela m'amuserait une grève générale du vote

    Serait-ce inconstitutionnelle si par hasard, je dis bien par hasard, une "sorte" de grève générale du vote sans le prévoir bien sûr, ne donnerait plus qu'un tout tout tout petit petit nombre de votants au point que se serait peut être l'occasion de les virer pour insuffisance de votants ? se serait drôle non ?

  • Par vangog - 09/12/2015 - 20:56 - Signaler un abus Colette a raison de pointer du doigt ce danger!

    Une France avec 30% de patriotes sans aucune Présidence de Régions, et représentés seulement par deux députés, risque de se réveiller de ces régionales avec la gueule de bois et un fort sentiment d'injustice républicaine. les socialistes ont pris la responsabilité de désordres futurs, mais ils l'ont fait par calcul politique, car ces machiavélisme pour qui seul compte leur pouvoir espèrent les dérapages patriotiques comme le chameau attend la pluie: avec patience et détermination! Si les patriotes pouvaient donner au PS une raison de les interdire avant 2017, ils atteindraient le Panthéon socialiste . Malheureusement pour eux, et à moins d'une fourberie de Sapin ou d'un autre, cela n'arrivera pas! Dur, dur, la vie de looser, hein les socialos!

  • Par cloette - 09/12/2015 - 21:32 - Signaler un abus Il y a possibilitè d'intox

    aussi ! L'intox y est sur les médias , la neutralité du journaliste est factice , et sur certains médias elle n'existe même plus . De toute façon il faut attendre les vrais résultats . On voit mal comment les Français accepteraient encore cinq ans ce même gouvernement , ça paraît irréel ! La coupure entre les gouvernants les " élites " et le peuple va être totale ça va mal finir !

  • Par l'enclume - 10/12/2015 - 11:52 - Signaler un abus J'me marre !!!!!

    vangogo - 09/12/2015 - 20:56 - Toujours les mots pour rire !!!!! Je vous l'avais écrit dans un commentaire "rira bien qui rira le dernier"

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Garrigues

Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié l'Histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau Monde éditions, 2014), La République des hommes d'affaires 1870-1900 (Aubier, 1997), Le Général Boulanger (Perrin, 1999), Les Patrons et la politique. De Schneider à Seillière (Perrin, 2002) et La France de la Vème République (Armand Colin, 2009). Son dernier ouvrage " Chaban. L'ardent" (La Documentation française).  

 

Voir la bio en entier

Didier Maus

Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-Marseille

Il est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.

Voir la bio en entier

Angèle Malatre-Lansac

Angèle Malâtre-Lansac a rejoint l’Institut Montaigne en 2010 après une première partie de carrière dans le secteur public. En tant que chargée d’études, elle a piloté les publications relatives aux questions de santé, de diversité et d’emploi avant de devenir directrice des études au printemps 2011. Chargée de l’activité éditoriale de l’Institut Montaigne pendant quatre ans, elle a également développé les dispositifs de participation citoyenne lancés par l’Institut Montaigne au cours des dernières années en coordonnant notamment la conférence de citoyens conduite par l’Institut à l’automne 2012 (www.conferencedecitoyens.fr). Elle représente l’Institut Montaigne au sein de l’association Sortir de Prison, Intégrer l’entreprise dont elle a été à l’initiative aux côtés de l’association l’Ilôt et du groupe M6. Elle devient à compter de juillet 2015 directrice adjointe de l’Institut Montaigne. Angèle Malâtre-Lansac est diplômée de Sciences Po et a fait une partie de ses études en Grande-Bretagne (Université de Warwick) et au Mexique.

Voir la bio en entier

Gaspard Koenig

Gaspard Koenig dirige le think-tank GenerationLibre. Dernier ouvrage paru : Le révolutionnaire, l’expert et le geek (Plon).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€