Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 22 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Clochers contre minarets : la construction d'édifices religieux, une entreprise très politique

Les crispations symboliques entre Islam et Chrétienté sont toujours fortes dans un pays pourtant laïc comme la France, comme le démontre la polémique des minarets, que nous rappelle Jérôme Fourquet dans "A la droite de Dieu", son essai publié aux éditions du Cerf.

Bonnes feuilles

Publié le
Clochers contre minarets : la construction d'édifices religieux, une entreprise très politique

Cette crispation face à l’affirmation de la présence d’un islam de plus en plus visible, et qui viendrait supplanter les traces laissées par des siècles de chrétienté, n’est pas propre à la France. En novembre 2009, une votation populaire avait ainsi été organisée en Suisse sur l’interdiction de la construction de minarets. Alors que la Confédération ne compte que 200 mosquées et 4 minarets (dont aucun ne servait à l’appel pour la prière du muezzin), 57 % des Suisses votèrent pour l’interdiction des minarets au terme d’une campagne où fleurirent des affiches ornées d’une femme en burqa au regard noir, ou de 7 minarets dressés comme des missiles transperçant le drapeau suisse.

Un sondage de l’Ifop réalisé dans la foulée indiquait que 53 % des Français seraient opposées à l’érection de minarets. Même si notre société est sécularisée, l’imaginaire collectif demeure fortement imprégné par le christianisme, et ce à un point tel qu’un candidat de gauche, François Mitterrand, n’hésita pas à poser devant le clocher d’un village sur une affiche de campagne restée célèbre. C’est cet attachement patrimonial qui a suscité la levée de boucliers contre la proposition de Dalil Boubakeur de transformer des églises en mosquées, nous y reviendrons. C’est le même ressort qui est à l’œuvre pour s’opposer à la construction de minarets. L’architecture religieuse a toujours été un enjeu de pouvoir pour marquer un territoire. Le sociologue Jean-Paul Willaime rappelle ainsi qu’au XIXe siècle, les catholiques disposaient de la grande avenue pour leurs églises, tandis que les protestants pouvaient bâtir des temples uniquement dans les rues adjacentes. Le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan avait, quant à lui, cité les vers d’un poète islamo-nationaliste, qui traduisent bien la dimension géopolitique de l’érection d'édifices religieux : « les minarets sont nos baïonnettes, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats. »

En mars 2017, dans le cadre de sa campagne pour le référendum qu’il avait organisé et dans un contexte de à la droite de Dieu tensions avec des pays européens (dont l’Allemagne et les Pays-Bas qui s’étaient opposées a` la venue de ministres turcs souhaitant tenir des meetings auprès de leur communauté), le même Recep Tayyip Erdogan envoya un message sur Twitter appelant ses compatriotes vivant en Europe à « faire cinq enfants » pour prendre une revanche sur les injustices et « devenir l’avenir de l’Europe » (nous soulignons). On retrouve bien ici l’idée d’un processus de substitution démographique annoncé et d’une islamisation de l’Europe souhaitée par les uns et redoutée par les autres.

Extrait du livre "A la droite de Dieu" de Jérôme Fourquet, aux éditions du Cerf

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lasenorita - 14/01/2018 - 11:11 - Signaler un abus La christianophobie.

    La christianophobie existe en France où dès qu'un bâtiment religieux musulman est sali ,nos médias et nos politiques crient au scandale, mais ces mêmes médias se taisent sur les nombreux bâtiments religieux chrétiens détruits par les musulmans et sur les atrocités que font subir les musulmans aux non-musulmans.. Dans les ''pays musulmans'': les non-musulmans n'ont aucun droit, ils ne peuvent exercer leur religion, ni acquérir un bien. .ainsi un non-musulman ''né au Qatar'' ne sera jamais propriétaire.. les membres du F.L.N. qui ont ''nationalisé'' les biens des non-musulmans ''nés en Algérie'', achètent, maintenant, des propriétés, dans notre pays, avec de ''l'argent sale'',etc..etc...ce F.L.N. qui a chassé TOUS les non-musulmans de leur pays natal...etc..etc..

  • Par Anguerrand - 14/01/2018 - 17:24 - Signaler un abus A lasenorita

    Vous avez 100 % raison. Un cas scandaleux vu sur le net " la grande mosquée de Strasbourg" a été financé, contrairement à la loi, pour les strasbourgeois à hauteur de 2 millions d' € . Les mêmes ont refusé un budget de 600.00 € pour une église dont les travaux sont pourtant indispensables et urgent. La municipalité socialiste a trouvé ( comme à Paris St Germain des près) cette solution pour faire disparaître les égalisent ou à un moment elle deviennent irréparables et devront " par mesure de sécurité" être détruites. Voilà comment notre civilisation va disparaître au profit d'une religion moyenâgeuse. Encore une chose nos églises sont le plus souvent des chefs d'œuvre ; vitraux, architecture, les mosquées interdite d'entrée aux non musulmans sont en béton sans intérêt architectural

  • Par vangog - 14/01/2018 - 22:03 - Signaler un abus Oui, nos églises sont des chefs d’oeuvre, en péril!

    le financement des mosquées par les con-tribuables, comme les financements des associations salafistes d’aide à l’éducation par l’Arabie saoudite, sont des hérésies permises par un pouvoir pleutre. Résistance!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€