Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La Clémence de Titus" : Mozart en majesté. Éblouissant

Atlanti-culture

Publié le
"La Clémence de Titus" :  Mozart en majesté. Éblouissant
OPERA
« LA CLEMENCE DE TITUS »
DE WOLFGANG AMADEUS MOZART
MISE EN SCÈNE: WILLY DECKER 
OPERA GARNIER

 

INFORMATIONS

OPERA DE PARIS (GARNIER)

PLACE DE L’OPERA- 75009 PARIS

Réservations: 0892 89 90 90

                      www.operadeparis.fr

 En alternance jusqu’au 25 décembre

 

RECOMMANDATION :  EN PRIORITÉ

THEME

Avant que Mozart ne s’en empare pour satisfaire une commande de l’empereur Léopold II, La Clémence de Titus avait déjà été mis en musique par une quarantaine de compositeurs, dont Glück, en 1752. Il faut dire que son livret, écrit en 1734 par le poète Pietro Metastasio, aborde au moins deux questions cruciales pour cette époque de monarchies et d’empires, celle des liens de fidélité et de trahison sur un plan politique et celle de la  suprématie de la raison d’Etat sur le sentiment amoureux.

 Quand il s’attelle à sa tâche en 1791, Mozart juge le livret de Métastasio un peu « démodé ». Il demande à un poète de la Cour de Dresde, Caterino Mazzolà de le remettre au goût du jour et de le ramener à deux actes.

Quand le rideau se lève, nous sommes à Rome. Rendue furieuse que l’empereur Titus, qu’elle voudrait épouser, semble lui préférer Bérénice, la princesse Vitellia exhorte Sextus , son soupirant transi, d’aller l’assassiner. Elle ne sait pas que, malgré son amour pour elle, Titus a déjà choisi de répudier l’étrangère Bérénice. Quand Vitellia se rend compte de son erreur, il est trop tard, le complot est en marche, le Capitole est en feu, et l’on croit Titus mort.

 En fait, l’empereur a échappé au complot. Quand il apprendra que c’est son ami Sextus qui a voulu l’assassiner, il entrera d’abord dans une grande colère, avant de faire preuve de clémence et de pardonner à tous, y compris à Vitellia. La paix, dans son empire, sera sauvée.

POINTS FORTS

- Quand on entend cette œuvre, on se demande pourquoi, elle fut si mésestimée pendant si longtemps. Certes, La Clémence de Titus est un opéra « séria » : contrairement à l’opéra « buffa » qui avait envahi les scènes de cette époque, il ne comporte ni scène, ni personnage comique; certes, sa construction est un peu conventionnelle, mais… quelle musique ! Cette œuvre, qui est pour l’oreille un enchantement, compte certains arias parmi les plus beaux de Mozart. En outre, parce que, pour la première fois dans l’histoire du lyrique, elle accorde  une place exceptionnelle aux instruments, elle hisse, ces derniers  au rang de solistes. Cela se traduit, par exemple, par  des duos voix-clarinette d’une beauté inouïe.

- Quelle distribution ! Tous les chanteurs seraient à citer, tant ils sont au diapason de l’œuvre. Voix chaude, souple, et bien projetée, agilité vocale impressionnante, émotion à fleur de peau, la mezzo Sophie D’Oustrac, méconnaissable dans le rôle de Sextus, soulève le public. A l’instar de la soprano Amanda Majeski, impériale et somptueuse dans le rôle de la maléfique Vitellia. A l’instar aussi d’Antoinette Dennefeld, qui sous les habits masculins d’Annius, fait entendre le meilleur de sa voix si agile, de mezzo. Dans le rôle de Titus, Ramon Vargas ne démérite pas non plus. S’il a semblé, vocalement, peu à l’aise lors de son entrée en scène le soir où nous y étions, sa voix s’est épanouie au fil de la représentation.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Poncet pour Culture-Tops

Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€