Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 06 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les cinq métiers qui proposent le plus d'offres d'emploi en France

Alors que la France compte plus de trois millions de demandeurs d'emplois, un employeur sur deux s'attend toujours à rencontrer des difficultés pour recruter. Focus sur ces profils qui font défaut.

Pôle emploi

Publié le - Mis à jour le 30 Janvier 2014
Les cinq métiers qui proposent le plus d'offres d'emploi en France

Employé polyvalent de cuisine fait partie des métiers qui proposent le plus d'offres d'emploi en France. Crédit Reuters

Atlantico : La France compte plus de trois millions de demandeurs d'emplois et pourtant un employeur sur deux s'attend toujours à rencontrer des difficultés pour recruter en raison de secteurs victimes d'une pénurie de profils. Quel est le top cinq des métiers les plus prisés des entreprises en 2014 ? Pourquoi ?

Hervé Solus Agents d’entretien de locaux, aides à domicile, employés polyvalents de cuisine, aides-soignants (y compris la puériculture) et professions de l'informatique et des télécoms (IT) sont les cinq métiers les plus recherchés en France… et souvent les plus difficiles à trouver !

Ceci s’explique par trois facteurs :

  • le déficit d'attractivité de certains métiers (manque de candidats) ;
  • l'inadéquation entre les compétences attendues par les recruteurs et celles disponibles (manque de formation des candidats) ;
  • le manque de flexibilité du marché du travail. 

La tendance des secteurs qui recrutent pour cause de profils manquants suit-elle une courbe régulière ?

Le top cinq (et même le top 10) des métiers les plus recherchés est identique depuis des années. Ces métiers sont le reflet de la structure de notre économie caractérisée par la prédominance des activités touristiques et des services à la personne.

Premier secteur à embaucher, l’hôtellerie-restauration compte 14% des intentions d’embauche (enquête Besoin de Main d’œuvre, Pôle emploi 2013), tandis que les services aux entreprises et la santé-action sociale suivent avec 12% chacun.

D’une manière générale, le secteur des services représente à lui seul 64% des projets de recrutement (il concentre 78% des actifs soit 20,5 millions de personnes).

Le niveau de qualification entre-t-il en ligne de compte dans le classement des métiers les plus demandés ? Quid de la saison ?

C’est le cas pour les métiers liés à l’IT (en cinquième position des métiers les plus recherchés) qui comprennent les ingénieurs, les cadres d'études et de la Recherche & Développement informatique ou les responsables informatiques, etc., mais parmi les métiers les plus recherchés la plupart sont peu qualifiés.

Par ailleurs, 35,8% des projets de recrutements sont liés à des activités saisonnières (soit 577.000 emplois potentiels). L’hôtellerie-restauration est bien sûr concernée mais c’est surtout l’agriculture qui compte le taux d’emplois saisonniers le plus élevé en France avec 91% des jobs proposés (viticulteurs, arboriculteurs salariés…).

Comment les entreprises justifient-elles les difficultés à recruter ?

Les entreprises expliquent leurs difficultés à recruter par deux éléments, différents selon les profils recherchés :

  • d’une part, un manque ou une inadéquation de formation pour les métiers réglementés (puériculture), et les métiers liés à une économie en forte croissance (IT) ; 
  • d’autre part, une difficulté à trouver et à fidéliser des employés sur des postes à faible rémunération, avec des perspectives d’évolution quasi inexistantes et surtout des contrats de courte durée (seuls 50% des contrats proposés ont une durée supérieure à six mois).
Pour les autres métiers, le savoir-être est le meilleur atout des candidats et il n’est pas facile de le détecter dans les candidatures, le CV dans sa forme classique étant davantage tourné vers les diplômes.

A contrario, quels sont les métiers qui ont subi la plus forte variation à la baisse en termes de demande ?

Les cinq métiers dont le nombre de projets d'embauches a le plus fortement chuté sont les métier de techniciens de la banque et gestionnaires de patrimoine (3014 postes en 2013 contre 8629 en 2012), puis viennent les attachés commerciaux (23890 contre 28722), les maçons, plâtriers, carreleurs... (9611 contre 12691), et, enfin, les employés de cuisine et les infirmiers et puéricultrices (- 2000).

Propos recueillis par Marianne Murat

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Brondillant - 28/01/2014 - 07:37 - Signaler un abus ouais.......................

    Si tu veux un salaire mensuel de 1 000 € net et du travail de merde tu as du boulot ................ Ben sont pas gentils les gens.

  • Par groumpf - 28/01/2014 - 08:36 - Signaler un abus Ben

    Pour l'IT, étant dans le secteur, la demande de qualification est une vaste fumisterie due souvent à l'incompétence des employeurs qui ne savent pas préciser leur besoin, qui veulent le beurre et l'argent du beurre, mais ne savent pas quel type de beurre ils veulent.

  • Par Chewbacca - 28/01/2014 - 09:33 - Signaler un abus C'est la fête!

    "Agents d’entretien de locaux, aides à domicile, employés polyvalents de cuisine, aides-soignants". 4 des 5 "métiers" listés sont payé au smic ou en dessous (temps partiel). Il faudrait aussi avoir l’honnêteté de préciser qu'on en manque surtout dans les grandes villes où il coûte le plus cher de se loger. Comment voulez-vous qu'un chômeur au RSA habitant à trifouillis-les-oies puissent envisager de déménager à Paris pour devenir aide à domicile? Avec quelle argent va-t-il vivre?

  • Par ISABLEUE - 28/01/2014 - 09:45 - Signaler un abus Ben voyons

    salaire au smic et se loger à Paris comment ???? dans la rue ???

  • Par jemima - 28/01/2014 - 10:32 - Signaler un abus le déclassement professionnel généralisé ...

    qui mène tout droit vers le sous emploi pour une masse d'employés ... . L'inégalité du travail s'exprime comme ceci : exemple ... les infirmiers ... . la surcharge de travail amène les infirmiers a pratiquer des tâches normalement réservées aux médecins .. la profession d'ailleurs réclame une révision de leur statut -tout comme les sages-femmes- ... donc ... les tâches de manutention, toilette des malades, relevés courants... sont désormais assurés par les aides-soignants ... les infirmiers ne veulent plus le faire ... les aides-soignants à leur tour se déchargent -quand cela est possible- de toutes les corvées ... en fin de course (ou de chaîne) c'est le petit personnel de nettoyage qui hérite de ce qu'il reste à faire ... . aucune profession n'est épargnée .. dans tous les domaines les inégalités se creusent ... il n'y a plus que les cadres de haut niveau pour espérer exercer le métier pour lequel ils sont formés ... tout le reste est de l'emploi non qualifié ... aux salaires ridicules ... .

  • Par fentreti - 28/01/2014 - 11:03 - Signaler un abus Il faut appeller un chat un chat

    Boulot de merde , patron de merde , salaire de merde , voila les trois vrais facteurs pour lesquels ces emplois ne sont pas pourvus . Aprés le reste c'est du bla bla Hollandosarko .

  • Par Ravidelacreche - 28/01/2014 - 11:09 - Signaler un abus Les cinq métiers qui proposent le plus d'offres

    Oui mais il faut travailler c'est là toute la difficulté!

  • Par jemima - 28/01/2014 - 13:08 - Signaler un abus les formations de Pôle Emploi ..

    ... ne s'adressent qu'à ces métiers dits à 'flux tendu' ... aucune de ces formations ne sont diplômantes ... justes qualifiantes pour le sous-emploi polyvalent (très utiles pour ouvrir les produits congelés et l'entretien d'une chambre froide par exemple) ... . les modules qui mènent à la création d'entreprise (aujourd'hui obligatoires dans les services à la personne) ne sont pas dispensés .. et encore moins subventionnés .. . pas fous ... !

  • Par Kachan_fr - 28/01/2014 - 15:01 - Signaler un abus Les professions de l'informatique et des télécoms...

    Comme je le dis toujours, il y a autant de métiers dans l'informatique qu'en dehors de l'informatique. Ça ne fait donc pas 5, mais des milliers. Les offres dans ce domaines sont de la grande fumisterie, passées par les SSII, une sur trois seulement est pourvoyable, les autres sont des tests. Il faut être ingénieur, 5 à 10 ans d'expérience, connaître toutes les spécialités développement, réseaux, web, être trilingue, manager pour 30 k€ mensuel. Et le pire, c'est qu'il faut être MOBILE, c.a.d. prêt à travailler 3 mois à Brest, puis 5 mois à Strasbourg et après ce sera Marseille. Bien sûr, il faut être expérimenté, mais avoir moins de 35 ans ! Du foutage de gueule ! En dehors de ces offres, il n'y a rien. Ceux qui sont compétents les envoient balader et restent indépendants, ils s'en sortent bien mieux.

  • Par Kachan_fr - 28/01/2014 - 15:03 - Signaler un abus je voulais dire...

    30 k€ annuels brut bien entendu :)

  • Par cath49 - 28/01/2014 - 15:40 - Signaler un abus Les français ne sont pas

    Les français ne sont pas encore assez dans la merde. Si vraiment il fallait manger ils iraient au boulot même un boulot à 1000 euros. Seulement voilà, y'a toutes les aides en france alors pourquoi aller se creuver le c... C'est mieux d'être chez soi à rien faire et bien moins fatiguant. Encore une chose, il n'y a pas de honte à faire un "bas-métier" si mal reconnu. Courage à ceux qui le font, vous avez toute mon admiration...On est tous contents de savoir sa mamy encadrée par des professionnels, le ménage fait dans son bureau ou sa maison, bien soignés à l'hopital, allés au resto le samedi soir ou le dimanche midi .....dire bonjour à la vendeuse de la boulangerie du dimanche matin... et j'en oublie sûrement des boulos de merde.

  • Par Teo1492 - 28/01/2014 - 17:31 - Signaler un abus C'est la preuve que la France est en plein déclin !!!!!

    Ce sont tous des métiers à très faible valeur ajoutée...

  • Par ignace - 28/01/2014 - 21:28 - Signaler un abus le comble de l'humour

    Comment les entreprises justifient-elles les difficultés à recruter ? d’autre part, une difficulté à trouver et à fidéliser des employés sur des postes à faible rémunération, avec des perspectives d’évolution quasi inexistantes et surtout des contrats de courte durée (seuls 50% des contrats proposés ont une durée supérieure à six mois).

  • Par boblecler - 28/01/2014 - 22:11 - Signaler un abus Suffit de mettre les détenus

    Suffit de rétablir le bagne avec bracelet électronique pour ces boulots. 70000 détenus voir plus si on tient compte des 4 millions de délits soit un million et on pourrait avoir un million de détenus pour 3 millions de chômeurs. Faudrait 1 million de paysans dans la viande, le lait et l'agriculture pour créer deux millions d'emplois et 500 000 emplois dans l'industrie tout ça financé par des actions avec 3900 milliards d'Epargne

  • Par ignace - 28/01/2014 - 23:18 - Signaler un abus /@ boblecler...............c'est quoi ce charabia

    ..........

  • Par Daisy.A - 29/01/2014 - 01:17 - Signaler un abus offres d'emploi en France

    On devrait faire comme outre-Rhin: proposer ces emplois aux chômeurs et s'ils refusent deux emplois consécutifs, leur couper les allocations.

  • Par jurgio - 29/01/2014 - 01:35 - Signaler un abus Ce sont peut-être des boulots peu payés

    mais au moins ils apprennent ce qu'est travailler. La paie, ça va, ça vient. La conjoncture n'est pas florissante mais il faut bosser tout de même. Si ceux qui, après guerre, avaient eu la même mentalité, on serait encore un pays sous-développé. Les travailleurs sont toujours ceux qui gardent le pays à flot, sinon il s'enlise. Les patrons n'ont pas tous les torts et quand l'économie est faible, cela n'incite certainement pas à la générosité, et à tous les niveaux. J'entends trop souvent des personnes qui font la fine bouche et préfèrent attendre un job miracle ; mais malheureusement, ils sont les premiers à crier contre l'excès de l'immigration (ce sont pourtant les étrangers qui travailleront souvent à notre place ! )

  • Par Glop Glop - 29/01/2014 - 01:47 - Signaler un abus @ Daisy et Cath49

    Proposer des emplois "qu'on ne pourrait refuser" sinon couic? Prenez le temps de réfléchir lorsque ces emplois se trouvent en région parisienne avec des revenus au smic voire moins et vous verrez que vous mettez de la terre sur les yeux de ces demandeurs d'emploi. Il faut mettre son nez un peu plus souvent dans les dossiers des demandeurs d'emploi pour éviter de tels poncifs. Par contre, je peux vous dire et vous confirmez pour avoir activer et animer des modules de recherches d'emploi en tant que consultant, qu'après avoir cru pendant des années au fait qu'il était utile et nécessaire de se mettre au diapason du système qu'en vérité ça plonge davantage les uns et les autres dans la mouise. L'idéal: je ne peux pas me déplacer, je n'ai pas de véhicule, je refuse les emplois trop éloignés du réseau transport en commun, etc etc et là étrangement on vous trouve des postes (annonces cachées jamais éditées)... et je peux vous confirmer que là, j'en ai recasé du monde même avec perte de salaire par rapport à la période précédente et sans rechigne de la part des demandeurs.

  • Par DEL - 29/01/2014 - 01:54 - Signaler un abus AH, Ah, Ah!

    Les quatre premiers cités étant les plus mal payés et les mieux méprisés, les contributeurs du site ont souvent tous envie de les faire....Ces métiers sont sûrement très attractifs....

  • Par Glop Glop - 29/01/2014 - 01:57 - Signaler un abus Le chômage...

    ... est un système parfaitement organisé et mis au point pour contrôler et maîtriser les salariés, afin de tirer les salaires vers le bas année après année (en acculant les gens à accepter tout et n'importe quoi). Secondement, ces crises de l'emploi assassinent énormément de petites entreprises tributaires de la sous-traitance qui de fait, avec leur fermeture entraînent d'autres entreprises de service ou de commerce dans la tourmente avec elle, l'idée étant de faire détenir des pans entiers économiques par un même décideur masqué sous différentes raisons sociales et activités, allant de l'emploi lui-même à l'immobilier que ces mêmes salariés devront louer pour résider. Il est amusant de constater combien d'entreprises, lors de recrutement, ont aussi des agences immobilières à conseiller à leurs candidats nouvellement recrutés... pour moins d'un an. Quant au salaire, mieux vaut quitter la région parisienne. Un même poste, consulté aujourd'hui sur les annonces, 2200 brut en RP, 2500 en province... au sein du même groupe. Entre les deux communes les loyers passent du simple au double.

  • Par DEL - 29/01/2014 - 02:06 - Signaler un abus Au fait...

    Et si on obligeait les élus non réélus à les faire, au lieu de les payer grassement à ne rien faire?

  • Par Lémovice - 29/01/2014 - 04:16 - Signaler un abus AGENT D'ENTRETIEN : PARFAIT !

    C'est le job qu'il faut donner à Thomas Le Drian, le fils de la "zélite" corrompue actuellement en poste à la Défense... Un boulot sans piston à l'embauche. Compatible avec les leçons de morale de la clique mafieuse à laquelle appartient son tout petit papa.

  • Par aviseur - 29/01/2014 - 10:35 - Signaler un abus du travail, mais à quel prix.....

    Le travail c'est une chose, mais le salaire de misère en est une autre.... Comme par hasard les métiers qui offrent le plus de possibilités d'embauche sont celles qui offrent le moins de revenus à leurs esclaves..... Surprenant, non! http://aviseurinternational.wordpress.com/2014/01/29/la-une-de-keg-du-29012014-au-rendez-vous-manque-les-vacanciers-restent-sur-le-carreau-de-linversion-cest-le-changement-pour-eux-et-pour-certains-a-vie/

  • Par Odidole - 29/01/2014 - 10:36 - Signaler un abus Réflexions !

    Tout d'abord (pour ceux qui parlent de "travail de merde"), il n'y a pas de sot métier et tout travail fait avec plaisir est valorisant moralement. Le travail qui me parait le plus difficile actuellement est celui du personnel des maisons de retraite que j'admire pour leur dévouement et leur sourire malgré les difficultés. Pour ceux qui parlent de "patrons de merde" ou autres termes, je signale qu'on parle également d'emplois à domicile donc chez Monsieur ou Madame Tout le monde. D'autre part, qu'on le veuille ou non, on a moins d'emplois d'ingénieurs et de médecins en France que de métiers d'aide à la personne ou agents d'entretien divers. Et si l'on disait tout simplement que pour un nombre certain de chômeurs il est plus lucratif de rester chez soi aux frais de la princesse (nous les travailleurs) que de se lever le matin pour un petit salaire (mais chuutt ! il ne faut surtout pas le dire !) Au fait notre gouvernement a trouvé une nouvelle astuce pour réduire le chômage : impossible aujourd'hui d'employer quelqu'un moins de 24 H par semaine. Si un employeur a du travail pour 24 H par semaine, soit il fera des heures supp à ses employés, soit il réduira son activité !

  • Par rmgl - 29/01/2014 - 11:05 - Signaler un abus Moi je, en crée bien

    Moi je, en crée bien d'avantage, quelques exemples : - proxénétismes - trafic drogue - fraudes fiscales - créations de charges : contributions volontaires, frais acheminement, taxes… - harem gouvernemental - attaque à la kalachnikov - corruptions … Rassurez vous braves gens, on ne vous a pas encore concocter de guerre pour vous calmer et vous mangez tous les jours pas vrai ?

  • Par vangog - 29/01/2014 - 12:15 - Signaler un abus Petite leçon anti-chômage à l'usage des mal-voyants

    et mal-entendants: Remonter le SMIC afin de rendre ces métiers attractifs. Transférer les aides syndicales de la formation professionnelle à la formation tout-court afin de la mettre en adéquation avec le marché du travail. Desidéologiser l'EN par une sélection pluraliste, afin de lui faire prendre conscience de son rôle dans la résolution du chômage. Réformer l'assurance chômage et le mécanisme d'attribution des aides. Résultat: moitié moins de chômeurs en 6 mois et objectif chômage zéro à deux ans. Chiche?

  • Par isaie - 29/01/2014 - 13:39 - Signaler un abus Cuisinier?

    J'ai exercé ce métier. Je puis dire qu'il y a plusieurs inconvénients majeurs pour exercer ce travail: Les salaires sont peu évidents, surtout au début Les horaires sont trop lourds Trop de travail, surtout en fonction de ce que font les grattes-papiers de l'administration qui gagnent plus pour aucun rendement, qui ont beaucoup plus d'avantages sociaux et administratifs. Un stress journalier non reconnu par la SS. Ils travaillent lorsque les ronds de cuir s’amusent Il y a de nombreux inconvénients lorsqu'ils se marient ou forment un couple avec enfants: ils ne voient pas leurs enfants lorsque ceux-ci sont libres

  • Par pemmore - 29/01/2014 - 14:49 - Signaler un abus C'est la loi de l'offre et la demande,

    proposer 9 euro de l'heure pour travailler la semaine le week end la nuit et se plaindre de ne pas trouver de salariés c'est débile. On paye le prix que ça vaut, le diplôme n'a rien y à voir. "la rareté fait la charté" dit le proverbe Vendéen. Un exemple en Bretagne, coin ou le prix moyen d'un électricien de maintenance est de 1900 euro par mois, l'abattoir local n'arrivait pas à les garder. C'est sale dégoûtant et voir exécuter un animal pour un spécialiste c'est pas cool, ils sont passés à 3000 euro et les gars sont restés. En écosse pour les plateformes pétrolières un technicien 15 ans d'expérience c'est 10000 euro par mois. On veut quelqu'un on le paye point barre, les autres qui arrivent bac +5, 10 par jour 9 euro c'est largement assez. Le souci reste plus que l'absence de spécialistes ne permet pas aux entreprises de se projeter dans l'avenir. Si on ne trouve pas de techniciens compétants, on ne monte pas de lignes de production, ça sera de l'argent perdu.

  • Par Anguerrand - 29/01/2014 - 15:45 - Signaler un abus Métiers de merde, quel mépris

    Comment certains osent ils ici employer un tel langage. Que de mépris pour ceux qui les exercent, et ont le courage de les faire. Les métiers évoqués ici ont tous leur noblesse et sont nécessaires à notre société. Que ceux qui méprisent ces métiers je leur souhaitent qu'il n'aient jamais le besoin de se faire " laver le cul " suite à un accident, une opération, ou l'âge. Peut être les qq intervenants méprisants qui utilisent peut être ce langage pour se dédouaner de ne rien foutre, au coin du feu tout en profitant de ceux qui travaillent. Mon fils travaille dans la restauration et croyez bien que ce travail certes contraignant est extrêmement bien payé et gratifiant. La plupart des intervenants utilisent la suffisance par rapport à ces métiers car ,sans qualification ne veulent rien faire...mais bien payé. Alors qq propositions députés, sénateurs,fonctionnaires, intermittents du spectacle ,permanents dans les syndicats ou les partis politiques, EDF, SNCF ,autres RATP....

  • Par michel43 - 31/01/2014 - 06:43 - Signaler un abus triste

    la vérité est ailleurs? toutes les charges sont SUR la mains d'œuvres; les autres entreprises; petites et grandes : plus elle robotises; moins elle paye ;de charges? cela ne va pas faire plaisir a certains: l'apprentissage se doit d'être a 14 ANS; chez un PATRON sélectionner pour ses compétences; et contrôle de résultat; et une semaine en lycée professionnelle. les métiers de bouches sont des garantie d"un travail; en FRANCE et a l'étranger pour des gens compétent;

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hervé Solus

Hervé Solus est cofondateur et président de JOBaProximite.com, site de recrutement qui rapproche les candidats et les entreprises géographiquement et humainement. JOBaProximite a été lancé en février 2013.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€