Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Chinois sont-ils en train de faire main basse sur l'Afrique ?

Alors que s'achève la visite diplomatique du président chinois Xi Xinping sur le continent africain, la question du développement de la Chinafrique se pose de plus en plus.

Goldiggers

Publié le
Les Chinois sont-ils en train de faire main basse sur l'Afrique ?

Le président chinois Xi Xinping en visite en Afrique du Sud. Crédit Reuters

Atlantico : Le nouveau n°1 chinois sort d'une semaine de visite diplomatique en Afrique du Sud, au Congo et au Mozambique. Peut-on dire que l'Empire du Milieu, présent depuis plusieurs années dans la région, est en train de réussir son implantation africaine ?

Claude Leblanc : On peut dire que oui si l'on considère la chose d'un point de vue purement économique et diplomatique. En une décennie, la Chine a réussi à devenir le quatrième investisseur sur le continent, prouesse en soi assez remarquable, en investissant notamment les marchés locaux du BTP et de la fraction minière et pétrolière.

Cependant, la méthode chinoise lorsqu'il s'agit de faire des affaires est loin de convenir aux habitants locaux, qui vivent le phénomène de plus en plus mal. La façon dont ils investissent ainsi que leur méthode de recrutement sont ainsi loin de faire consensus. Les Chinois ont ainsi l'habitude de ne faire profiter que les leurs lors de la signature d'un contrat en Afrique, en important les pièces et la main d'oeuvre de chez eux tout en souciant peu de l'environnement local. Cette manière de procéder génère ainsi sur le moyen terme des tensions qui peuvent être préjudiciables.

Dans certaines régions, on peut ainsi enregistrer des poussés anti-chinoises face à la brutale désorganisation des marchés locaux qu'imposent les commerçants venus de Chine. Dans un autre registre, les conditions de travail sur des chantiers appartenant à des compagnies chinoises, notamment des mines, sont loin d'être idéales et ne font qu'alimenter ce sentiment d'animosité. Les Africains sont en effet méfiant face à la logique de pure profit qui ressort parfois du comportement de certaines entreprises chinoises, qui n'hésitent pas parfois à fermer des usines de manière expéditive en laissant tout le monde sur le carreau. 

Bien que les Chinois aient tentés depuis d'améliorer leur image en faisant construire des hôpitaux, des écoles, ou encore en finançant partiellement la construction du nouveau siège de l'OUA (Organisation de l'Unité Africaine, NDLR), on peut dire qu'ils ont encore une importante barrière culturelle et humaine à franchir. L'avancée de la Chine sur le continent est cependant incontestable et cela a pu être possible grâce à un investissement conséquent de moyen tant humains (main d'oeuvre) que financiers (liquidités). On peut dire qu'elle est aujourd'hui la puissance la mieux placée sur le continent noir. 

D’autres pays asiatiques (Inde, Malaisie…) sont de plus en plus tentés par l’aventure africaine. Peuvent-ils devenir des concurrents sérieux à la Chine ?

Oui, et cela ne concerne pas que les pays émergents comme l’Inde. Le continent africain suscite aujourd’hui comme hier les convoitises, en particulier pour ses ressources naturelles (terres rares, charbon, gaz…) qui n’ont pas été toutes surexploitées comme ailleurs. On peut aussi évoquer l’enrichissement progressif bien que peu rapide du continent africain, qui continue a développer une classe moyenne qui représentera a terme un marché conséquent pour les investisseurs étrangers.

Le Japon s’intéresse aussi fortement à l’Afrique qui représente un potentiel débouché économique important pour ses produits. Les Indiens s’investissent aussi fortement, non seulement en investissant mais aussi en développant eux-mêmes leurs propres filières industrielles. C’est d’ailleurs une approche qui leur confère un avantage certain face aux Chinois car ils créent ainsi un rapport bien plus humains avec les populations locales.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par la saucisse intello - 01/04/2013 - 11:17 - Signaler un abus Et comme les chinois.....

    viendront avec armes, bagages.....et main d'oeuvre (on les comprend !), il n'est pas difficile de deviner vers où les "locaux" vont émigrer ! Il faudrait lancer d'urgence un grand chantier d'extension sur la mer......de l'ile de Lampeduzza ! Car les chinois pourront ainsi "décongestionner" leur population, éloigner les "associaux", à qui le soleil d'Afrique fera le plus grand bien et permettre à notre "démographie triomphante" d'accentuer encore un peu plus la colonisation à l'envers de notre pays. Laquelle est d'ailleurs fort avancée.

  • Par lvidelo - 01/04/2013 - 12:35 - Signaler un abus Quelle importance

    Du moment qu'ils fassent également main basse sur les Africains.

  • Par kettle - 01/04/2013 - 12:42 - Signaler un abus Ils peuvent venir chercher

    Ils peuvent venir chercher les africains?

  • Par esurlo - 01/04/2013 - 12:57 - Signaler un abus Il n'y a pas plus

    de colonialisme chinois sur l'afrique , que de colonialisme israelien sur des territoires arabes... Il n'y a pas de colonialisme ... tout le monde il est beau....

  • Par gegemalaga - 01/04/2013 - 16:08 - Signaler un abus quelle question !

    le point d'interrogation est clairement de trop !! gegemalaga

  • Par yvonman53 - 01/04/2013 - 17:32 - Signaler un abus Oui

    C'est tellement évident ! Même qu'ils concurrencent les artisans locaux africains .

  • Par sam84 - 01/04/2013 - 19:55 - Signaler un abus Ce n'est pas un scoop

    La conquête de l'Afrique par les Chinois était un objectif de Mao Alors souhaitons leur d'aller plus vite en besogne et que ce continent trouve auprès des Chinois le moyen de passer de victime du colonialisme a victime comme tout le monde de l'hégémonie Chinoise

  • Par Glop Glop - 01/04/2013 - 21:54 - Signaler un abus Il est préférable de voir...

    ... la Chine investir l'Afrique que le contraire, ils feront très tôt barrage à l'hégémonie musulmane vers le sud de ce continent là où nos bonimenteurs parlementeurs échouent (volontairement) depuis des décennies. Le commerce mondial, par ailleurs, n'appartient pas à la seule civilisation occidentale. Nos lliés de demain face à la déferlante barbue sera ce monde sino-nippon qui n'a rien contre nous.

  • Par Abeats - 02/04/2013 - 02:47 - Signaler un abus Le President chinois a visite l'Afrique du sud, Tanzanie, Congo

    Il faut bien preciser que le President chnois a visite trois pays: le congo B, Afrique du sud et la Tanzanie, je me demande d'ou est ce que le redacteur de l'article a trouve dans cette visite, le Mozambique. La France n'est presente que sur le plan politique corrumpu dont les resultats ne sont que des coups d'etats, la souffrance eternelle des peuples dans les anciennes colonies. La politique des mallettes qui a pu maintenir Bozize au pouvoir est revolue, il faut que la France se lance dans des invesissements durables qui permettent de creer des emplois, et reduire le poids de l'aide financiere apportee par la France. La France n'a pas mieux fait , et ce depuis des decennies dans ses anciennes colonies, ce qui explique l'implantation de la Chine en mettant hors du terrain les entreprises francaises telle Alcatel, et d'autres dans le batiment. Les africains ont compris que la France n'avait pas l'ambition de faire assoir durablement leurs economies et maintenir la stabilite politique, mais plutot etait dans la logique de faire et de defaire les gouvernements, une stuation d'instabilite permanante qui a fait fouir les investisseurs depuis plus d'un demi siecle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Claude Leblanc

Claude Leblanc est le rédacteur en chef du magazine Jeune Afrique. Il a été auparavant rédacteur en chef de Courrier International, de 1993 à 2011. 

Il est le fondateur du mensuel gratuit Zoom Japon.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€