Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

La Chinafrique va-t-elle tuer
la Françafrique ?

La Chine vient d'annoncer le doublement de ses investissements en Afrique. Pour les Etats africains, dont beaucoup ont longtemps été des partenaires clefs de la France, Pékin est devenu un allié de choix... au détriment de l'Hexagone ?

Saga afrika

Publié le

Atlantico : La Chine et les États africains discutent actuellement de leurs relations, au cours de la conférence interministérielle du Forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC). Pékin y a notamment annoncé jeudi le doublement de ses investissements en Afrique à hauteur de 20 milliards de dollars. La montée en puissance de la « Chinafrique » signifie t-elle la fin des relations privilégiées entre la France et de nombreux États de ce continent ?

Philippe Hugon : Malgré des liens forts avec un certain nombre d’États africains, la France a eu tendance, sur le long terme, à se retirer de ce continent. Le poids des investissements, la présence militaire, tous les indicateurs vont dans ce sens. La France a diversifié ses interventions dans le monde, même si elle a toujours des relations privilégiées, en particulier avec les pays francophones.

A l'inverse de cette dynamique française, des pays émergents, notamment la Chine, mais aussi l'Inde ou le Brésil, arrivent massivement sur le continent africain. On peut voir les Chinois comme des concurrents déloyaux : les questions de corruption, de non-respect des conditions environnementales, peuvent favoriser les groupes chinois face aux groupes français. Des contrats ont certainement été perdu par Bouygues ou Bolloré pour ces raisons. Total doit aussi y faire face. Les groupes de télécommunications s'affrontent aussi, France Télécom devant faire avec une concurrence nouvelle. La diversification des partenaires pour les États africains change la donne. L'intérêt des pays émergents pour les ressources naturelles dont dispose le continent africain favorise forcément la croissance de ce dernier.

Mais en réalité, l'ensemble des investissements chinois a aussi favorisé les activités des entreprises françaises sur place. Il y a peu de domaines où il y a véritablement une concurrence en termes de parts de marché. L'aide française n'est pas liée aux contrats signés par les entreprises tricolores. La présence de ces nouveaux partenaires ne se fait donc pas au détriment des intérêts français.

Les méthodes et les moyens employés par la Chine pour entretenir ses relations avec l'Afrique sont ils comparables avec ce qui est pratiqué par la France ?

Dans le fond, les relations que la Chine entretient avec l'Afrique ressemble avec ce qui se faisait en France il y a une trentaine d'années : des liens forts dans le champs du politique, une non dissociation des liens public/privé et une importante corruption. Le tout sans être très regardant sur les situations environnementale et sociale.

Aujourd'hui, l'aide française s'est largement multilatéralisée. Elle dépend de nombreuses contraintes européennes. Paris s'appuie de manière croissante sur des ensembles régionaux plutôt que sur des États. Elle travaille beaucoup avec des ONG. La politique d'aide chinoise ne connaît pas tous ces outils et repose uniquement sur des relations d’État à État.

La Chine mélange allègrement ce qu'ils appellent la coopération, les investissements productifs et l'aide à proprement dite.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par hashbey - 20/07/2012 - 10:38 - Signaler un abus Encore et toujours cocorico

    Deux grandes différences entre chine-a- fric et france-a-fric uniquement ! Les chinois ont une immense trésorerie que la france n'a pas et forcement elle écrase la france par son poids. La chine ne donne aucune leçon à ses partenaires, à contrario de la france qui les a maintenu en laisse pendant quelques dizaines d'années après l'indépendance avec comme credo faites ce que je dis ne faites pas ce que je fais !

  • Par sam84 - 20/07/2012 - 10:41 - Signaler un abus "la presence Chinoise" en Afrique date de Mao

    C'est lui qui a programmer l'Afrique comme futur continent Chinois Dans les années 60 le grand cirque de Pékin a fait le tour a plusieurs reprises des capitales Africaine A chaque séjour un certains nombres de Chinois oubliés de repartir Ils étaient chargés de se fondre dans la population,cette tête de pont a récoltés d’énormes information qui sont aujourd'hui exploités Bien évidement pour l'instant ,ils évitent soigneusement de rivaliser ouvertement avec les entreprises Française et plus généralement Occidentales Ils faut habituer petit a petit les Africains a penser Chinois Mao avit estimé qu'ils faudrait 50 ans pour que l'Afrique soit colonisée,nous en approchons

  • Par golvan - 20/07/2012 - 10:44 - Signaler un abus Cet article est très

    Cet article est très intéressant mais en raison de ses nombreux euphémismes il doit être un peu interprété entre les lignes. Parce qu'en Afrique les Chinois se comportent comme de redoutables prédateurs dignes du colonialisme le plus borné, importent leur propre main d'oeuvre misérable qui travaille dans des conditions que même les Africains refuseraient alors qu'ils sont plutôt durs à la tâche. Les Chinois n'ont jamais été aimés en Afrique, ils ne se sont jamais mélangés, les mariages mixtes leur sont inconnus, et il n'était pas rare qu'ils subissent un petit massacre local à l'occasion de la montée du prix des denrées alimentaires qu'ils vendaient. Et à moins de changer d'attitude il y a fort à parier qu'après quelque temps de razzia et de pseudo marchés "gagnant-gagnant" la population africaine ne supportera pas éternellement la présence chinoise. En France il n'est pas rare de penser que face à la population blanche forcément coupable de tout, les différents peuples de la planète sont solidaires et animés d'intentions fraternelles, mais, dans la réalité, les Chinois sont infiniment racistes envers les Africains et ceux-ci ne le supporteront pas forcément très longtemps.

  • Par golvan - 20/07/2012 - 10:48 - Signaler un abus @sam 84

    Je suis d'accord avec votre analyse, à ceci près que le racisme chinois qui est une donnée incontournable va peser très lourd dans la stratégie héritée de Mao.

  • Par Gégé Foufou - 20/07/2012 - 18:49 - Signaler un abus TOUT EST RELATIF

    Quand un blanc exploite un noir c'est du racisme, quand un jaunebaise un noir c'et de la coopération. Cherchez l'erreur.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Hugon

Philippe Hugon est directeur de recherche à l'IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques), en charge de l'Afrique. Professeur émérite, agrégé de Sciences économiques à l'université Paris X, il est notamment l'auteur de Les Suds dans la crise (Armand Colin, 2009)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€