Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Changer de vie, ce n'est pas si difficile !

Partir à l'étranger, quitter son travail... Tout le monde rêve un jour de repartir à zéro. Comme l'explique Marie Andersen, changer de vie ne devrait pas sembler aussi terrifiant, car le changement est aussi source d'émerveillement et d'évolution. Extrait de "L'art de se gâcher la vie" (2/2).

Tout plaquer

Publié le - Mis à jour le 10 Décembre 2012
Changer de vie, ce n'est pas si difficile !

Amadouez vos inquiétudes, apprivoisez cette paralysante crainte du changement et cette mystérieuse peur de l’inconnu.  Crédit Carlos Barria / Reuters

J’en ai marre de ce boulot sans intérêt, si répétitif et qui ne m’apprend plus rien, j’en ai fait dix fois le tour. J’en ai assez de ce patron qui m’humilie, de ces trajets en bus qui pue, avec ces gens tristes, je ne veux plus leur ressembler ! J’en ai assez de cette pluie, de ces embouteillages, de ce train-train qui me fait hurler ! Asseeeez ! Et alors quoi ? Tout plaquer ? Tu as déjà quitté ta femme, tu n’es plus à ça près… Quitté ta femme, quitté ta femme ? C’est elle qui est partie et tu sais bien pourquoi !

Parce que tu deviens gris ! Gris d’ennui ! Tu te plains, tu rumines, tu t’enfermes, tu est désabusé, sois honnête ! Changer de vie ? D’un seul coup ? Certains le font. D’autres s’y préparent longuement.

[…]

On n’a qu’une vie et elle est précieuse. Même si on pense que nos amis nous décourageront ou que notre patron nous maudira, même si tout semble se liguer pour nous maintenir dans notre misère, il n’y a que nous qui puissions nous prendre par la main et nous dire : « Allez, viens, ose, va vers ton bonheur, n’aie pas trop de crainte, rien de vraiment grave ne va t’arriver… » D’ailleurs, si j’étais mon meilleur ami, n’est-ce pas ce que je me dirais ?

Amadouez vos inquiétudes, apprivoisez cette paralysante crainte du changement et cette mystérieuse peur de l’inconnu. Mesurez quels petits risques vous êtes prêts à prendre pour commencer. Le changement est aussi source d’émerveillement et d’évolution, et l’inconnu n’est pas nécessairement peuplé de solitude ou de dangers, mais plutôt de surprises et de nouveautés rafraîchissantes ! Lâchez le frein, et vivez enfin la vie dont vous rêvez.

Les changements de vie portent sur de nombreux aspects :

–– la profession : on lâche un métier qui ne plaît plus, qui stresse ou qui ennuie pour choisir une activité plus conforme à nos valeurs, ou carrément on cesse de travailler et on se débrouille autrement, selon ses réserves (chambres d’hôtes ou vie de bohème…) ;

–– la famille : on divorce ou on reforme un nouveau couple, une famille recomposée, on fait son coming out ;

–– le lieu de vie : on quitte la ville pour la campagne, le Nord pour le Sud, ou on s’en va vers « très loin », l’Afrique, l’Asie, les îles… ;

–– le style de vie : on quitte un mode de vie de consommateur indifférent pour celui d’un écolo locavore47 et commerce équitable, on balance la télé pour les soirées lecture ou jeux, on quitte la voiture pour le vélo et on se passe d’autres must de notre époque pour adopter une vie simple ;

–– de patronyme : on change de nom pour quitter une identité qui ne nous convient pas ou en trouver une autre à laquelle on aspire ;

–– de religion : on perd la foi ou on se convertit, avec la pratique qui accompagne certaines conversions.

[...]

Si votre vie ne vous plaît plus assez, larguez les amarres et voguez en confiance vers ce qui vous attire. D’autres y sont parvenus, constitués de la même matière, ni plus forts, ni plus doués que vous. Rien ne vous empêche d’acquérir les compétences qui permettent d’aller de l’avant et d’être plus audacieux. Lorsqu’on enlève ses œillères et qu’on lâche le frein, il est toujours surprenant de constater que les choses se mettent en place, sans qu’il soit nécessaire d’en faire un tour de force. S’en dégage alors une bien agréable sensation d’être à sa place, exactement comme la pièce d’un puzzle qui s’installe confortablement dans l’espace prévu pour elle.

Ah ! La vie est belle quand on se donne les moyens de la réussir !

_______________________________________________________

Extrait de "L'art de se gâcher la vie"  Ixelles éditions (septembre 2012)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 09/12/2012 - 12:38 - Signaler un abus Affronter sa peur du changement, et l'émotion de l'inconnu...

    aller vers la liberté et l'amour de soi, c'est aussi s'éloigner d'anciens idéaux, Vie et Possession. Cela nécessite un choix radical qui se fonde sur la prise de conscience d'un changement profond! Si ce changement n'existe pas, inutile d'y aller...

  • Par bouli - 09/12/2012 - 14:40 - Signaler un abus C'est possible

    A chacun de trouver sa recette mais c'est possible. A 52 ans, je l'ai fait, sans regret en profitant des opportunités qui se présentaient. Paradoxalement, vive les licenciements, les plans sociaux, vive la crise. Je m'étonne à écrire çà. Mais d'un mal peut naître un bien. Pour réussir, il faut être prêt à perdre. On a la chance de vivre dans une société très protectrice, il faut en user et en abuser en toute légalité, surtout quand la cause est juste.

  • Par A.G - 09/12/2012 - 21:41 - Signaler un abus Je l'ai fait à 54 ans, sans

    Je l'ai fait à 54 ans, sans regret, je suis revenu en France pour ma retraite, évidemment au minimum, mais comme je m’étais habitué à vivre dans des pays pauvres, même avec ce minimum je n'ai aucun problème ce qui fait que tout mon entourage me pense riche... Au point de m'attaquer en justice pour une pension alimentaire qu'évidemment je ne peux pas payer. De plus pour me défendre, je bénéficie de l'aide juridictionnelle, mes attaquants étant eux, Riche payent plain pot!

  • Par Julien4 - 10/12/2012 - 15:28 - Signaler un abus C'est le texte original ça ?

    Est-ce le texte original ? Avec de si belles fautes de français ? "J’en ai assez de ce patron qui m’humilie, de ces trajets en bus qui pue" ... (puent) "tu est désabusé" en effet... (tu es) Niveau Cm2...

  • Par Atlante13 - 10/12/2012 - 19:46 - Signaler un abus Encore un peu de patience,

    bientôt on n'aura plus le choix en France. Sauf si vous êtes fonctionnaires, bien sûr,

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marie Andersen

Marie Andersen est psychologue clinicienne et psychothérapeute depuis plus de quarante ans. Elle est l'auteur des best-sellers La Manipulation ordinaire et L'Emprise familiale et du livre l'Art de se gâcher la vie. http://marieandersen.net/ 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€