Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 31 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cette surprenante hypothèse sur l’origine de la maladie d’Alzheimer que des chercheurs jugent de plus en plus plausible…

Une trentaine de chercheurs pointent la corrélation entre le virus de l’herpès et la maladie d’Alzheimer. Selon eux, le sujet serait tabou et mériterait plus ample recherche.

MST et maladies neurodégénératives

Publié le - Mis à jour le 21 Mars 2016
Cette surprenante hypothèse sur l’origine de la maladie d’Alzheimer que des chercheurs jugent de plus en plus plausible…

La recherche progresse lentement pour les 900 000 Français atteints par la maladie d'Alzheimer, lesquels seront probablement 1,3 million en 2020, compte tenu de la hausse de l’espérance de vie.  Crédit Pixabay

La maladie d’Alzheimer est la démence qui a la plus forte prévalence. L’âge est son principal facteur de risque ; elle s’accompagne d’une lente dégénérescence des neurones. L’Université de McGill en propose une explication accessible à tous.

Pourtant, les causes de la maladie d’Alzheimer ne font pas l’unanimité. La seule chose qui soit certaine, ce sont les échecs des essais cliniques : sur les 413 conduits entre 2002 et 2012, 99,6% ont échoué. C’est la raison pour laquelle le récent éditorial du Journal of Alzheimer’s Disease a fait l’effet d’une petite bombe : près d’une trentaine de chercheurs signent une suggestion dont ils considèrent qu’elle a été « trop longtemps ignorée ».

Ils avancent que l’origine de la maladie pourrait être virale ou bactérienne, plutôt que le fruit d’une immunodéficience sui generis. En cause, particulièrement, le virus de l’herpès ou la bactérie chlamydia, toutes deux des infections sexuellement transmissibles (IST). Ce sont eux qui seraient responsables de l’accumulation des plaques amiloïdes « collantes » et du mauvais repliement des protéines tau dans le cerveau humain.

L’hypothèse selon laquelle cette accumulation joue un rôle dans le développement de la maladie est, pour l’instant, la plus probante. Ce dysfonctionnement empêcherait effectivement la communication inter-neuronale, conduisant à des pertes de mémoire et à un déclin cognitif. Mais l’angle de l’éditorial réside en ceci : plutôt que de lutter contre l’agglutinement des plaques amiloïdes, il serait plus efficace de mettre au point des antibiotiques ciblant précisément les infections virales ou bactériennes, lesquels pourraient « ralentir, voire stopper la progression d’Alzheimer », soutient l’éditorial.

 « Une composante microbienne dormante »

Le professeur Douglas Kelly, de l’université de Manchester, affirme « qu’il y a des preuves irréfutables que la maladie d’Alzheimer possède une composante microbienne dormante », et « qu’on ne peut plus [les] ignorer » ; ses propos sont rapportés par le Telegraph. Ces virus ou ces bactéries se trouvent fréquemment dans le cerveau des personnes âgées, et ils peuvent être « réveillés » par le stress, ou par une faiblesse du système immunitaire.

Le fait est que, d’après les chiffres de l’OMS, près de deux tiers des personnes de moins de 50 ans sont affectées par le virus Herpes simplex de type 1 (communément associé aux boutons de fièvre), qu’elles contractent pendant leur jeunesse, parfois par simple contact cutané avec une personne porteuse du virus. Cette forme d’herpès ne conduit pas nécessairement au développement de symptômes, ce qui permet d’expliquer la taille de la population infectée ; en revanche, le virus Herpes simplex de type 2 est typiquement répandu par contact sexuel.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kaprate - 16/03/2016 - 12:53 - Signaler un abus Probable...

    Virus et bactéries sont les ennemis n° 1 et 2 de l'humanité bien avant la bombe atomique, l'islamisme ou la raréfaction des ressources. Des ennemis sont infiniment petits, adaptables, mutants et extraordinairement nombreux et variés. Et au delà des spectaculaires et médiatiques Sida, H1N1, Ebola ou Staphylocoque, ces tueurs en série font souvent des ravages sur le moyen ou le long terme. C'est le cas notamment de l'Herpès qui favorise le cancer du col de l'utérus. Alors l'herpès responsable en partie de la maladie d'Alzheimer? Plus que logique. Et tout porte à croire que cela sera de la gnognotte à coté des effets à plus long terme de Zika, qui, si il est capable de générer les microcéphalies en moins de 2 mois pendant la grossesse, aura sans aucun doute des effets neurologiques pathologiques variés et dramatiques sur la population dans son ensemble. On le découvrira au fur et à mesure au gré de la délivrance très contrôlée de ce type d'information par les états. Et là, le vecteur est sexuel mais, pire, aussi banal et inévitable qu'une piqure de moustique... Zika sera pire que Sida, les démences, les hémiplégies, les aphasies, les troubles psychiatriques vont exploser dans le monde

  • Par isaacnewton - 16/03/2016 - 18:52 - Signaler un abus Théorie farfelue? ou pas

    nous voyons bien qu'en essayant de lutter contre les formes de vie dont nous sommes issus (virus, bactéries), l'humain ne fait que retarder l'échéance de sa propre destruction. Les résistances s'accroissent, et le désastre est pire qu'une simple sélection naturelle à l'ancienne. Nous finirons tous comme dans Mad Max. Mon commentaire est très sérieux

  • Par Gordion - 19/03/2016 - 16:44 - Signaler un abus @kaprate

    Votre catastrophisme et vos sanglots de fin du monde annoncée sont poignants. Que savez-vous du Zika vs. SIDA? Moi, rien, et vous non plus.

  • Par precepte - 19/03/2016 - 18:20 - Signaler un abus Alzheimer

    Il serait intéressant de comparer le passé des populations atteintes par cette maladie maladie : ceux qui ont contracté un jour la varicelle et ceux qui ne l'ont pas eu car le virus reste endémique chez les anciens malades et il réapparaît parfois sous forme herpès sur les lèvres.

  • Par kaprate - 19/03/2016 - 20:26 - Signaler un abus @Gordion

    Envisager le pire n'évite pas le danger, mais le déni et l'évitement non plus. Et si il fallait ne commenter sur Atlantico que de ce que l'on connaît vraiment, il n'y aurait plus beaucoup d'échanges, vous ne croyez pas?... C'est une simple hypothèse, ni alarmiste, ni "sanglotante", et pas si irrationnelle. L'avenir nous le dira.

  • Par Gordion - 20/03/2016 - 09:14 - Signaler un abus @kaprate

    ...s'il ne s'agit que d'une simple hypothèse de dialogue, dans ce cas d'accord avec vous. J'avais le sentiment, à tort peut-être, que vous fussiez comme les défenseurs de l'environnement, fustigeant comme en Allemagne le nucléaire et ne disant rien sur la prolongation des centrales thermiques - pourtant indispensables pour faire tourner l'économie - qui masquent les problèmes de compétitivité et de technologies caractérisant les énergies renouvelables. Bien noté!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€