Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces sophistes qui nous gouvernent : comment nos dirigeants (et la gauche) ont perdu la raison depuis 20 ans

OGM, diesel, énergie, pesticides... L'attitude du gouvernement face à ces grands défis découle-t-elle vraiment d'une prise en compte de la réalité des faits ?

Ils ont perdu la tête !

Publié le
Ces sophistes qui nous gouvernent : comment nos dirigeants (et la gauche) ont perdu la raison depuis 20 ans

"Sur les cultures OGM, le gouvernement annule les autorisations en toute illégalité." Crédit Reuters

Atlantico : A la lumière des conclusions de votre essai et de votre critique des faux-semblants de la gauche, notamment sur le thème de l'environnement, quelle est votre analyse aujourd'hui de la défaite du camp de la majorité aux municipales ? Comment expliquez-vous cette défaite ?

Jean de Kervasdoué : Je crois que le fait que les politiques aient perdu la raison s'applique autant aux partis de droite qu'aux partis de gauche. Il y a cinq siècles,  des génies précurseurs ont découvert la méthode scientifique, la seule méthode pacifique, avec la justice, pour résoudre des conflits.

"Les scientifiques font pourrir leurs hypothèses à leur plave", indiquait Karl Popper.

Le progrès de l'humanité est venu de la séparation de l'ordre des croyances de celui des faits tangibles. Or, au cours des 20 dernières années, nous revenons à la confusion des ordres. On voit ainsi le Parlement voter des lois mémorielles et donc la loi s’immiscer dans la recherche d'une vérité historique, ou, encore, le Parlement  voter une loi pour interdire l'usage du bisphénol A, alors que l'académie de médecine a rédigé, 18 mois plus tôt, un excellent rapport soulignant les risques minimes de cette substance et ses avantages tangibles qui n'ont, pour l'instant, pas d'équivalent. Le Parlement s'attribue ainsi des compétences scientifiques et médicales et ne s’arrête pas là puisque, au Sénat, une proposition de loi a été débattue sur les conséquences sanitaires supposées des antennes relais alors que des centaines d'articles scientifiques sur ce sujet ne trouvent aucun effet de ces antennes relais sur la santé.  

Ces peurs peu ou mal fondées conduisent à prendre des mesures aussi inutiles qu'onéreuses. Si la croissance du chômage en France tient notamment, à la faible rentabilité du capital investi dans les entreprises, à l'absence de prise de risque industriel des épargnants, aux difficultés d'entreprendre, au coût du travail, à cela s'ajoute encore cette folie réglementaire qui fait que, par exemple, en France, il est maintenant quasiment impossible de créer une industrie chimique, ou une usine d'aliment du bétail, alors que cela est possible en Suisse.

Ces réglementations folles, et ces décalages entre les faits et la réalité, ont joué un rôle dans la montée de l'abstention, le vote contestataire pour le FN et celui du vote systématique contre le parti au pouvoir. Lorsque l'on dit que le moteur diesel tue 42 000 personnes, cela est inexact. Lorsque l'on prétend que les propriétaires de Peugeot sont des assassins parce qu'ils vendent des voitures propulsées par ce type de moteur, cela est aussi infondé que scandaleux. L'étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) cité par les Écologistes ne dit rien de cela.

Vous traitez dans votre livre des thèmes suivants : OGM, diesel, énergie, nucléaire, santé, pesticides... Comment qualifiez-vous l'attitude du gouvernement aujourd'hui sur ces sujets-là ? En quoi cette attitude est-elle caractéristique d'une manière de faire et quelles conséquences concrètes en découlent ?

Il y a malheureusement une continuité entre les différents gouvernements sur ces questions.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par td - 01/04/2014 - 09:26 - Signaler un abus et la presse ?

    "La politique, et le journalisme, de l'émotion dominent, jusqu'au jour où l'on aura de réelles raisons d'être émus, mais il sera trop tard. " . Effectivement, il ne faut pas se limiter à la critique des politiques mais aussi faire celle des médias. Le rôle de la presse ne devrait pas être de faire de la propagande ou de vendre de la copie, mais avant tout de rapporter des faits, avec mesure, rigueur et exactitude. Les subventions à la presse, comme les subventions aux partis politiques, devraient au moins avoir ce minimum de contrepartie. . Sur les sujets scientifiques, on a souvent des associations (subventionnées elles aussi, et qui se permettent des débordements potentiellement dangereux de type invasion de centrales) qui émettent des communiqués manipulateurs, repris par l'AFP sans contrôle, puis en caisse de résonance par l'ensemble de la presse. Et cela participe à la confusion sur ces sujets... C'est pourtant le rôle de la presse de faire un minimum de contrôle, les autres citoyens ayant une activité professionnelle qui leur en laisse moins le temps.

  • Par pascalou2 - 01/04/2014 - 10:09 - Signaler un abus bonjour

    tres beau billet - a lire "d urgence " pour tous ceux qui veulent comprendre les vrai enjeu , tres loin des religion qui essai de maitriser les politique ... - la science peut encore eclairer la democratie ...mais les politique sont il assez ethique pour defendre ses valeur , plutot que de defendre de petites moral partisanne qui nous font stagner a rien faire depuis 30 ans ...il faut qu on ecoute les citoyen et deaucoup seront d accord avec votre annalyse .... merci - pascalou amateur de science

  • Par yavekapa - 01/04/2014 - 11:13 - Signaler un abus très bel article

    basé sur le pragmatisme c'est agréable de voir que tout le monde n'est pas devenu fou !

  • Par fentreti - 01/04/2014 - 12:06 - Signaler un abus Non ils n'ont pas du tout perdu la raison , au contraire !

    La seule chose qui les intéresse c'est l'argent facile , et sur ce sujet ils n'ont absolument pas perdu la raison , bien au contraire ils savent très bien racketter le peuple qui trime , pour pouvoir mieux s'enrichir . Regardez donc leur patrimoine !! ils n'osent même pas le déclarer .

  • Par gliocyte - 01/04/2014 - 19:58 - Signaler un abus Et oui

    Je dirais même plus l'idéologie a tué le pragmatisme. C'est le plus grand crime de ces quarante dernières années et ce dans tous les domaines.

  • Par gliocyte - 01/04/2014 - 19:58 - Signaler un abus Et oui

    Je dirais même plus l'idéologie a tué le pragmatisme. C'est le plus grand crime de ces quarante dernières années et ce dans tous les domaines.

  • Par yavekapa - 04/04/2014 - 10:42 - Signaler un abus l'idéologie tue en masse

    y a qu'à se rappeler du nazisme, du communisme en URSS et ailleurs, de Pol Pot, de Ceausescu, de la Corée du nord, de la Chine, du génocide arménien, de la Terreur en France, .............

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean de Kervasdoué

Jean de Kervasdoué est un économiste de la santé français, titulaire de la chaire d'économie et de gestion des services de santé du conservatoire national des arts et métiers (CNAM)et membre de l’Académie des technologies. Il a été directeur général des hôpitaux.

Ingénieur agronome de l’Institut national agronomique Paris-Grignon il a également un MBA et un doctorat en socio-économie de l’Université de Cornell aux Etats-Unis. Il vient de publier Pour en finir avec les histoires d’eau. Imposture hydrologique avec Henri Voron aux Editions Plon.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€