Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces réformes “attrape-polémiques” qu’on nous jette en pâture pour détourner notre attention de celles qui comptent vraiment

L'utilisation de méthodes de diversion médiatique pour faciliter l'action du gouvernement est bien connue. Le fonctionnement de la stratégie de communication d'Emmanuel Macron et de son gouvernement emprunterait-elle cette pente dangereuse ? Ne peut-on pas voir une volonté d'échapper aux questions de fond en saturant l'espace médiatique de questions relatives aux "valeurs" ?

Story telling (et discours au Congrès…?)

Publié le
Ces réformes “attrape-polémiques” qu’on nous jette en pâture pour détourner notre attention de celles qui comptent vraiment

 Crédit CHARLES PLATIAU / POOL / AFP

Atlantico : A la façon de l’ancien conseiller de Tony Blair, Alastair Campbell, qui avait usé de méthodes de diversion médiatique pour faciliter l'action du gouvernement,  comment analyser le fonctionnement de la stratégie de communication d'Emmanuel Macron et de son gouvernement ? Ne peut-on pas voir une volonté d'échapper aux questions de fond en saturant l'espace médiatique de questions relatives aux "valeurs" ?

 
Christophe Bouillaud : Probablement, il y a effectivement une volonté de divertir l’attention, par exemple avec le parcours de l’équipe de France dans la coupe du monde de Football invoquée pour ne pas présenter tout de suite le « plan Pauvreté » du gouvernement, mais il peut aussi y avoir les stratégies narcissiques, toutes personnelles, menés par certains Ministres, par exemple Marlene Schiappa.
 
 Mais l’allusion aux « valeurs », qui correspond à certaines décisions médiatiques comme le déplacement des dépouilles mortelles de Simone Veil (avec un « V », n’est-ce pas, et pas un « W »…) et de son mari au Panthéon, correspond à la volonté de maintenir l’illusion d’un équilibre dans la position politique adoptée, le « en même temps » en acte. Cela se voit bien sur les questions d’immigration : au moment où les gouvernants français refusent d’accueillir dans un port français (dont bien sûr un port de l’ile de Corse…) l’Aquarius, le Président Macron parle de la « lèpre populiste » dans son discours de Quimper, et il participe quelques jours plus tard à la panthéonisation de S. Veil. Or il n’aura échappé à personne que le régime d’asile adopté en Europe dans les années 1950 tient au sort des Juifs persécutés dans les années 1930 et 1940. De même, ce gouvernement se gargarise d’égalité des chances, tout en mettant en place une sélection aussi généralisée que foireuse à l’entrée de l’enseignement supérieur, dont tout indique qu’elle va laisser sur le carreau une bonne part des étudiants possibles des quartiers les plus défavorisés ou obliger les recalés du secteur public à aller se payer des étude dans l’enseignement supérieur privé de seconde ou troisième catégorie. 
 
On dirait du coup que, plus ce gouvernement parle de « valeurs républicaines », plus il s’éloigne dans ses actes de leur appréhension ordinaire. Le Conseil constitutionnel lui-même vient d’ailleurs de censurer, à l’occasion d’une QPC, l’application d’une partie d’une loi votée par la majorité parlementaire « macroniste » au nom de la mise en œuvre du principe républicain de la « fraternité ». Je cite son communiqué de presse en date du 6 juillet 2018 : « Pour la première fois, le Conseil constitutionnel a jugé que la fraternité est un principe à valeur constitutionnelle. Pour ce faire, il a rappelé qu'aux termes de son article 2 : « La devise de la République est "Liberté, Égalité, Fraternité". La Constitution se réfère également, dans son préambule et dans son article 72-3, à l'« idéal commun de liberté, d'égalité et de fraternité ». Il découle de ce principe la liberté d'aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national. » Que le Conseil constitutionnel, qui n’est pourtant pas réputé pour faire œuvre de gauchisme ces dernières années et qui précise bien d’ailleurs que l’Etat peut légiférer en matière de lutte contre le séjour irrégulier des étrangers, en arrive là, signale bien le problème : le néo-libéralisme à tendance autoritaire et xénophobe, allant vers le darwinisme social des « premiers de cordée », peut-il longtemps se cacher derrière les « valeurs » de la République ? Pour mettre le fait en accord avec le droit, il faudrait alors que les « macronistes » songent, à l’occasion de la présente réforme constitutionnelle, à abolir la valeur constitutionnelle du  Préambule à la Constitution de 1946, tout comme la reconnaissance en 1975 par le Conseil Constitutionnel des « principes fondamentaux reconnus par les lois républicaines » d’avant 1914.  
 

Quelles sont les spécificités de la communication du gouvernement actuel et de la Présidence de la République ? En quoi cette stratégie est-elle réellement "nouvelle" ou particulière ?

Une linguiste, Cécile Alduy qui l’a étudiée en détail, y voit une forte tendance à l’usage de l’équilibre des formulations (« en même temps »), à celui  des anglicismes et du vocabulaire managérial, et surtout  à l’euphémisation. Typiquement,  pour prendre un exemple, « sécuriser le travail », c’est en fait faciliter les licenciements via la réforme des tribunaux de prud’homme. On se trouve parfois à la limite de la « novlangue » à la  G. Orwell. De fait, comme leurs prédécesseurs, les membres du gouvernement font un usage massif de la « langue de bois », telle que la décrit l’historien Christian Delporte dans son Histoire de la langue de bois, parue en 2009. Les réformes néo-libérales sont toujours présentées sous un jour favorable qui en dénie les aspects compétitifs. La « disruption » est mise en avant, mais on ne dit jamais que cela suppose des lourdes pertes non compensées chez certains.  On s’étonnera ensuite de la montée de la « lèpre populiste »… 
 
Il y aussi l’accentuation déjà cité de l’écart entre les « valeurs » et les actes. Pour prendre un autre exemple que celui déjà cité, quand on entend sur Facebook Live le Premier Ministre dire, au côté d’un Nicolas Hulot surpris, qu’il a lu Jared Diammond (Effondrement) et qu’il connait donc la « collapsologie » - la science de l’effondrement des civilisations- et que son gouvernement n’agit pourtant guère pour éviter une telle issue fatale pour notre propre civilisation, l’écart entre les paroles et les actes devient incommensurable. Nous voilà en tout cas en plein jésuitisme… 
 
Mais, au total, tout cela n’est donc pas très nouveau. Par contre, il me semble que la nouveauté vient de l’usage systématique de mensonges par le gouvernement quand cela l’arrange. Récemment, le cas le plus évident, c’est lorsque ses membres ont prétendu en chœur que le navire Aquarius se trouvait plus proche du port de Valence en Espagne que d’un port français, alors qu’il suffisait de regarder une carte de la Méditerranée pour se rendre compte que c’était complètement faux. Mentir fait bien sûr partie de l’arsenal du politicien depuis fort longtemps, mais le mensonge sur des évidences partagées et simples que tout le monde pourra aisément vérifier me parait être une nouveauté, tout au moins pour la France contemporaine. Il faut bien dire aussi que la loi sur les fake news semble témoigner de la conscience chez les « macronistes » du rôle stratégique en politique du mensonge sur l’évidence. En Italie, on moque les « partisans de la terre-plate » pour désigner ceux qui usent ainsi de gros mensonges, est-il devenu nécessaire d’acclimater le terme de ce côté-ci des Alpes ? 
 

Quels sont les risques posés par une telle stratégie ?

La radicalisation des opposants principalement. En fait, tous ceux qui sont directement concernés par les politiques publiques menées et qui sont confrontés à ces euphémisations, et maintenant à ces mensonges d’enfants,  ne peuvent que se sentir méprisés. De ce fait, ils se radicalisent, c’est déjà ce qu’enregistre notre collègue Bruno Cautrès dans son étude suivie de l’opinion publique depuis l’élection présidentielle. 
Par ailleurs, à mesure que différents secteurs de la population sont touchés par une euphémisation ou un gros mensonge, ils peuvent basculer dans l’opposition. C’est à mon avis le cas des retraités qui découvrent, à mesure que les mois passent,  que leurs retraites nettes sont bien plus impactées par la soi-disant petite hausse de la CSG que ce que le gouvernement leur avait dit au départ. La hausse des tarifs des mutuelles de santé, inévitable vu les décisions prises et pourtant niée par le gouvernement, aura sur eux le même effet. 
Enfin, en donnant l’impression de détacher les paroles des actes, il y a le risque que plus personne n’écoute vraiment ce qui est dit, même au moment où l’on se sera éventuellement décidé à mettre les actes en accord avec les valeurs. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 09/07/2018 - 10:59 - Signaler un abus L'agit-prop repensée par Macron

    Privilégier un match de foot à la lutte contre la pauvreté, n'est-ce pas justement tomber dans la "lèpre" populiste et nationaliste ? La propagande va au-delà de la diversion: elle dit une chose pour cacher que Macron fait exactement le contraire. Ses actes dans tous les domaines sont le contre-pied complet de ses promesses et de ses discours. Soit parce qu'il échoue (Trump, UE), soit parce qu'il ment (SNCF, retraites, Constitution); plus il agit, plus il échoue; plus il échoue, plus il ment.

  • Par zelectron - 09/07/2018 - 12:12 - Signaler un abus Au lieu de reconstituer les entreprises manufacturières

    gouvernement Macron = usine à leurres dont certains très dangereux

  • Par vangog - 09/07/2018 - 13:06 - Signaler un abus Je n’ai lu que la dernière phrase...

    « Plus personne n'écoute ce que dit Macron », apprenti-dictateur...et, pour la première fois, je suis d’accord avec le science-pipologue biberonné au très vieux marxisme de la re-éducation national-socialiste...

  • Par gerint - 09/07/2018 - 14:31 - Signaler un abus @Vangog

    Vous auriez dû lire tout l'article qui sur la façon de faire méprisante de Macron me paraît bien décrire la situation et expliquer effectivement des prises de position très radicales de gens pourtant habituellement pas bien méchants, exprimant jusqu'à des voeux de mort....

  • Par vangog - 09/07/2018 - 23:03 - Signaler un abus @gerint je suis un peu présomptueux, mais...

    le mépris de Macron pour bas-peuple, je l’avais vu dès son premier regard...et puis, sa façon de dire « je vous aime » à des parfaits inconnus de lui...c’est tellement hors-de-propos! Quelqu’un qui inverse autant le sens des mots qu’il prononce ne pouvait être que maléfique pour la France...ça se confirme, chaque jour!

  • Par Dorine - 11/07/2018 - 08:04 - Signaler un abus Vangog

    Macron ne méprise pas que le bas peuple. Il trompe tout le monde.Et effectivement, en pensant que le français est trop distrait et trop con pour s'apercevoir qu'on le ponctionne de partout.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€