Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces oiseaux qui chantent la même mélodie depuis plus de 1000 ans

Les bruants des marais produisent les mêmes chants depuis plus de 1000 ans, ce qui fait dire aux spécialistes qu'ils conservent leur tradition culturelle aussi bien que les humains le font, si ce n'est plus

Mélomanes

Publié le
 Ces oiseaux qui chantent la même mélodie depuis plus de 1000 ans

 Crédit Cephas / Wikimedia Commons

Atlantico : Les bruants des marais qui vivent dans les zones humides du nord de l'Amérique ne connaissent que quelques chansons mais avec une acuité toute particulière. Ils produisent le même son depuis plus de 1000 ans ! Ce qui fait dire aux spécialistes qu'ils conservent leur tradition culturelle aussi bien que les humains le font, si ce n'est plus. De plus ces oiseaux ne retiennent que les sonorités qu'ils entendent le plus, en d'autres termes les "hits"... Une méthode de mémorisation conformiste et proche de celle des Hommes. Y a-t-il d'autres phénomènes qui rapprochent cet oiseau marécageux de l'espèce humaine?

David Bismuth : Chez le Bruant des marais (Melospiza georgiana), il existe comme chez les humains des "dialectes" ou des variations du chant en fonction du secteur géographique : la composition des syllabes, la richesse du répertoire et la fréquence du chant des mâles des sous-espèces du sud (M. g. georgiana) et de la côte nord-est des Etats-Unis (M. g. nigrescens) du Bruant des marais diffèrent ainsi de façon significative.

L'étude qui relate de cette découverte a été publiée dans le journal Nature communication. C'est l'une des premières à faire le lien entre une espèce d'oiseau et la longévité d'une tradition sonore. C'est une base essentielle pour la recherche sur l'impact de la perte d'habitat pour l'évolution culturelle des chants d'oiseaux. Cette étude mènera t-elle les ornithologues à d'autres découvertes ?

On comprendra ainsi peut-être mieux les impacts des activités humaines sur la communication des oiseaux. On savait déjà que les oiseaux vivant en ville devaient chanter plus fort pour se faire entendre, et dans la forêt boréale canadienne, on a exemple constaté que les espèces vivant près des compresseurs bruyants utilisés par l'industrie pétrolière avaient 15 % moins de chance de former des couples car le chant des mâles étaient altérés par le bruit de fond.

L'urbanisation progressive du monde fragmente les espèces qui sont de moins en moins unifiées.  A l'avenir, ces traditions sonores sont-elles en danger ?

Tout à fait, une réduction de la taille, voire la disparition de certaines populations et/ou sous-espèces à cause de la destruction des habitats (accentuée parfois par la chasse, le trafic et la diminution des ressources alimentaires) diminuent la richesse et la diversité du répertoire vocale des espèces.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 24/06/2018 - 11:29 - Signaler un abus Tradition culturelle????...

    La culture est essentiellement de l’acquis, alors que ce chant est inné.."encore une grosse inversion des valeurs et définitions!

  • Par kelenborn - 24/06/2018 - 19:06 - Signaler un abus !!!

    Juste une question: comment il sait que les bestioles chantaient la même chose il y a 1000 ans! Un enregistrement d'Abba sur un drakkar viking!!! Ben....heureusement que Vangode n'existait pas parce que la gueule de la ritournelle!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

David Bismuth

David Bismuth, ornithologue amateur et responsable du site Ornithomedia.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€