Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces (nombreux) médicaments qui peuvent vous faire plonger dans la dépression sans que votre médecin le sache vraiment

37% des médicaments prescrits sur ordonnance présentent la dépression comme un effet secondaire possible, selon une étude relayée par la BBC.

Danger

Publié le
Ces (nombreux) médicaments qui peuvent vous faire plonger dans la dépression sans que votre médecin le sache vraiment

 Crédit Pixabay

Atlantico : Un article de la BBC rapporte que d'après une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association, 37% des médicaments prescrits sur ordonnance présentent la dépression comme un effet secondaire possible. Le lien entre dépression et médication, est-il avéré ? Dans quelle mesure ?

Sauveur Boukris : Oui, bien sûr. C'est quelque chose de connu depuis longtemps. Cela concerne par exemple les médicaments pour l'hypertension à base de réserpine, comme l'Aldomet ; les médicaments antalgiques qui sont à base à de Tramadol, qui peuvent entraîner un effet sédatif et un effet dépressif. D'autres médicaments encore, comme ceux servant à traiter la maladie de Parkinson, à base de dopamine, ont aussi un effet secondaire dépressif. C'est quelque chose de fréquent. Le chiffre d'un tiers des médicaments, avancé par l'étude, parait élevé.

La question est : s'agit-il de dépressions majeures, mineures ? Tout dépend de ce que les chercheurs nomment "dépression". La dépression est un terme un peu galvaudé qui peut désigner une vraie dépression ou, comme dans certaines études, un coup de déprime passager.

Il y a deux types de médicaments. Ceux qui sont donnés à courte durée peuvent entraîner un petit effet dépressif momentané. Il s'agit, par exemple, des traitements pour la douleur. En revanche, en ce qui concerne les traitements à plus longue durée, comme ceux pour la maladie de Parkinson ou l'hypertension, qui sont des médicaments que l'ont prescrits pendant toute une vie, cela peut entraîner une dépression.

On ne fait pas toujours le lien entre médicaments et dépression parce qu'on considère, quelques fois, que la maladie peut être en soi un facteur de dépression. Dans le cas d'une dépression, on peut recourir à traitement substitutif et remplacer le médicament qui provoque la dépression par un autre. Mais quelques fois, il n'y a pas de traitement de remplacement et on prescrit le médicament en l'associant à un antidépresseur. Quelques fois aussi, quand les gens sont malades de tumeurs ou d'autres maladies graves, on considère que la gravité de la maladie, et le traitement de la douleur de cette maladie, sont supérieurs à la dépression, et l'on considère alors que la dépression fait partie du contexte de la maladie.

Les patients qui souffrent déjà de troubles psychiques comme l'anxiété et la dépression présentent-ils un risque beaucoup plus élevé ?

Les effets sont majorés, bien sûr. Chez les gens qui ont tendance à être dépressifs ou présentent des tendances anxieuses, ces médicaments accentuent ces effets. Les sont alors plus réceptifs et sensibles à ces effets.

Les contraceptifs oraux engendrent des risques de dépression et de troubles de l'humeur. Les patients sont-ils suffisamment informés ?

Non, les patients ne sont pas informés. Et les médecins ne sont d'ailleurs ni formés ni informés sur ce sujet. Il y a des patients sous contraceptif, souvent des femmes, qui se trouvent tristes, déprimés, etc. Certains contraceptifs présentent un risque de dépression plus élevé. Cela se traduit par une fatigue, une baisse de la libido, un manque d'élan vital. Les patients le constatent lorsqu'ils commencent à prendre un contraceptif ou lorsqu'ils en changent.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 14/06/2018 - 09:14 - Signaler un abus Donc les gens qui se suicident & que tout le monde met

    en relation avec le travail ne le sont peut-être pas car sous médicaments avec effets secondaires......

  • Par kelenborn - 14/06/2018 - 10:12 - Signaler un abus Alleze, y en a un tous les jours!

    C'est plus Atlantico c'est Docticlico! mais comme la liste des Diafoirus commence à lasser, on a consulté Ségaleux ( tiens y a pas de régime alimentaire pour prévenir ça? ) et on a trouvé la com qui cloue le bec à Kelenborn: SAUVEUR! faut vraiment être le pire des mécréants et digne de la marmite du grand Satan pour se marrer et douter!!!!

  • Par kelenborn - 14/06/2018 - 10:18 - Signaler un abus mais en revanche

    Benvoyons, le docteur Schnock met en garde contre la lecture de tes posts car cela doit indubitablement jeter les gens dans une profonde déprime tant c'est un naufrage commun de la langue et de la raison qui confirme le doute sur les circonstances de la Création! Dit clairement, Dieu a du te faire en fin de journée après une partie de cartes bien arrosée avec Satan et Saint-Pierre! Le Saint d'esprit était parti faire les courses

  • Par Benvoyons - 14/06/2018 - 11:48 - Signaler un abus Il y en a un, en plein délire,

    car pas du tout, j'ai été fait dans les latrines de Dieu,Satan & St Pierre, le Saint Esprit Kelenborn étant en train de nettoyer le cul des ci-dessus. La suffisance narcissique du Saint Esprit Kelenborn ne pouvant voir & nettoyer que ces surfaces là.

  • Par cloette - 14/06/2018 - 15:57 - Signaler un abus une cochonnerie

    Le prozac .

  • Par alam - 14/06/2018 - 22:52 - Signaler un abus Démagogie

    Travaillant dans la recherche pharmaceutique, je suis sidéré par certaines manipulations médiatiques. Bien sûr les médicaments peuvent avoir des effets secondaires (graves sur une minorité de patients). Mais en regard du bénéfice rendu , prouvé scientifiquement contrairement aux médecines dites alternatives, il n'y a pas photo. L' espérance de vie actuelle n'aurait rien à voir avec la découverte des médicaments révolutionnaires de la médecine occidentale? Ce n'est pas parce qu 'il y a quelques brebis galeuses dans l'industrie pharmaceutique qu'il faut jeter le bébé avec l 'eau du bain. Le retour de l 'obscurantisme nous guette.

  • Par venise - 16/06/2018 - 23:26 - Signaler un abus stop

    de propager la panique avec les effets secondaires des médicaments surtout quand une erreur grossière se glisse dans les affirmations, je parle des agonistes dopaminergiques et de la L dopa dans la maladie de parkinson, ils tentent de compenser le déficit en dopamine maîtresse du mouvement de la motivation du plaisir...... et ces médicaments sont tout sauf dépresseurs, ce serait plus tôt le contraire, mais par pitié la meilleure façon de marcher étant leur mission laissez les parkinsoniens en paix

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sauveur Boukris

Sauveur Boukris est médecin enseignant à l'université Diderot (Paris VII). Il est l'auteur de nombreux livres médicaux dont Ces médicaments qui nous rendent malades (Le Cherche Midi, 2009). Chroniqueur médical, il participe à différentes émissions de radio et de télévision sur les questions de santé et intervient régulièrement sur des sites Internet.

Il a publié en janvier 2013 La fabrique de malades (Le Cherche Midi). Toujours au Cherche Midi, Libérez le médecin qui est en vousjuin 2017

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€