Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces idées reçues sur l'énergie : "les mécanismes de soutien suffisent au développement des énergies renouvelables"

Avec cet ouvrage à l'approche très pédagogique, les auteurs déconstruisent 20 idées reçues et proposent des recommandations concrètes pour que puissent naître des politiques énergétiques à la hauteur des enjeux du XXIe siècle. Extrait de "20 idées reçues sur l'énergie", de Raphaël Homayoun Boroumand, Stéphane Goutte, Thomas Porcher, publié aux éditions De Boeck (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Ces idées reçues sur l'énergie : "les mécanismes de soutien suffisent au développement des énergies renouvelables"

Ce qu’on vous dit : Les énergies renouvelables sont moins compétitives que les énergies dites « traditionnelle » (pétrole, gaz, charbon ou nucléaire). Pour encourager leur développement, les gouvernements doivent instaurer des mécanismes de soutien via un prix ou un volume d’achat garanti. De tels mécanismes incitent à la production à partir de renouvelables et à l’investissement. Ilsencouragent le déploiement des différentes filières. À long terme, la part des renouvelables dans le bilan énergétique mondial devrait augmenter au détriment des énergies traditionnelles.

Les mécanismes de soutien suffisent donc à la domination progressive des énergies « vertes ».

Décryptage et mise au point

Les mécanismes de soutien aux énergies renouvelables sont nécessaires, mais non suffisants à une forte montée en puissance de ces énergies. Les politiques de soutien appuient la pénétration des renouvelables dans le système énergétique, mais ne permettent pas de lever un certain nombre de blocages qui entravent le développement à grande échelle de ces énergies.

La nécessité de lever les blocages

Dans la plupart des pays, il n’y a pas de consensus politique en faveur des énergies renouvelables. Certains partis politiques y sont même farouchement opposés en raison des coûts élevés des renouvelables qui affaiblissent la compétitivité industrielle. La possibilité d’une alternance politique – comme dans la majorité des pays européens (sauf en Allemagne)  – entraîne un risque de changement de politique sur les renouvelables. Cela peutconduire à un arrêt des mécanismes de soutien et à un phénomène de « stop-and-go » préjudiciable à des filières émergentes.

Sans dispositifs réglementaires clairs et stables, il ne peut y avoir de montée en puissance des renouvelables. En France, le solaire photovoltaïque a subi un gel des mécanismes de subventions en 2010, plongeant la filière française dans une forte incertitude (malgré l’absence d’alternance politique). Les décideurs doivent éviter tout « stop-and-go »et adapter les mécanismes de soutien à la maturité technologique de chaque filière.

À l’instabilité réglementaire s’ajoute celle des investisseurs. Les mécanismes de soutien ont donné naissance à un tissu de PME dans le secteur des renouvelables. Ces entreprises ont un besoin vital d’accès aux crédits d’investissements. Des études révèlent que les investisseurs n’ont pas grande confiance dans les politiques de subventions des énergies. Ils les considèrent souvent comme inefficaces et éphémères.

La maturité avérée d’une technologie reste le déterminant majeur du choix d’investissement.

Les technologies renouvelables ont besoin d’investissements pour se développer et de temps pour atteindre leur maturitétechnologique (notion de courbe d’apprentissage). Orles investisseurs préfèrent les entreprises commercialisant unetechnologie déjà mature (par les énergéticiens « traditionnels »).C’est un cercle vicieux.

Enfin, les énergies renouvelables (filières, enjeux, coûts, bénéfices, contraintes) souffrent d’un manque de connaissances de la part de l’ensemble des parties prenantes (citoyens, investisseurs, décideurs politiques). Ce manque de connaissances explique l’absence de consensus politique, la frilosité des investisseurs et les problèmes d’acceptation par les citoyens au niveau local (notammentdans le cas des éoliennes, voir l’idée reçue n 13). Une meilleure information sur le rôle des énergies renouvelables est donc une clé de voûte pour permettre leur développement.Grâce aux mécanismes de soutien, un certain nombre d’opérateurs ont émergé. La place des énergies renouvelables, qui comme toute nouvellefilière énergétique,s’inscrit sur un horizonde long terme, reste encore faible. Sans prise en compte d’un certain nombre de blocages, les mécanismes de soutien, bien que nécessaires lorsqu’ils sont appropriés à la maturité technologique des renouvelables, cantonnent leur place à un marché de niche.

Extrait de "20 idées reçues sur l'énergie", de Raphaël Homayoun Boroumand, Stéphane Goutte, Thomas Porcher, 2015, publié aux éditions De Boeck. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONEO98 - 22/08/2015 - 19:09 - Signaler un abus tang tang tang

    http://www.contrepoints.org/2014/07/06/171312-transition-energetique-la-facture-monte-encore

  • Par poil à gratter - 23/08/2015 - 01:45 - Signaler un abus pourquoi?

    pourquoi devrait on donner des subventions pour appuyer les énergies renouvelables?? donc le citoyen doit payer deux fois? une fois par ses impôts une fois par une facture doublée?? si l'économie est réelle ces énergies trouveront naturellement leur clientèle! vous dites qu'il leur faut du temps pour atteindre leur maturité technologique. ce qui n'empêche pas nos écolos bobos de demander l'arrêt immédiat du nucléaire!! les citoyens accepteront certainement mieux cette énergie quand ils verront qu'elle ne pèse pas sur leur facture, qu'elle ne détruit pas le paysage (avez vous vu le "charme" des champs d'éoliennes?), et qu'on pourra leur prouver que la filière de recyclage des panneaux photovoltaïques est réelle et performante!! et puis les mêmes écolos bobos veulent des voitures électriques... parfait! et comment pourrons nous recharger les batteries avec ces énergies renouvelables? avez vous déjà fait le calcul de la puissance qu'il faudra développer pour satisfaire cette demande?? et puisqu'on parle écologie avez vous vu la pollution provoquée par les mines de graphite en Chine?? graphite indispensable pour les batteries de nos "chères" voitures "écologiques"....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Porcher

Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.

Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits matins, octobre 2016) co-écrit avec Frédéric Farah. 

Il est également l'auteur de TAFTA : l'accord du plus fort (Max Milo Editions, octobre 2014) ; Le mirage du gaz de schiste (Max Milo Editions, mai 2013).

Il a coordonné l’ouvrage collectif Regards sur un XXI siècle en mouvement (Ellipses, aout 2012) préfacé par Jacques Attali.

Voir la bio en entier

Stéphane Goutte

Stéphane Goutte est docteur en mathématiques, maître de conférences à l'Université Paris 8 et professeur associé à l'Université du Luxembourg.

Voir la bio en entier

Raphaël Homayoun Boroumand

Raphaël Homayoun Boroumand est docteur en économie, professeur associé à PSB (Paris School of Business) et chercheur affilié à la City University London. Il est également chargé de cours en formation continue à l'Université Paris-Dauphine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€