Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces Français que la loi du plus fort et la peur de leurs agresseurs forcent de plus en plus souvent au silence

Une jeune femme a été agressée à Maisons-Alfort pour avoir demandé l'arrêt des rodéos sauvages an bas de chez elle. Paniquée à l'idée de représailles, elle ne déposera pas plainte explique le journal Le Point. Elle est loin d'être un cas isolé.

Justice ?

Publié le
Ces Français que la loi du plus fort et la peur de leurs agresseurs forcent de plus en plus souvent au silence

 Crédit JACQUES DEMARTHON / AFP

Atlantico : Une jeune femme a été tabassée à Maisons-Alfort pour avoir demandé l'arrêt d'un rodéo sauvage dans son quartier et a refusé de porter plainte par peur des "représailles" comme le rapporte le journal Le Point. Comment expliquer ce phénomène de la peur des représailles et a-t-on une idée du nombre de personnes concernées ?

Gérald Pandelon : De Perpignan à Lille, de Marseille à Paris ce scénario est d'une extrême banalité. Ce n'est pas un cas qui concerne uniquement Maisons-Alfort mais que l'on retrouve partout en France.

Moi qui pratique le droit pénal depuis plus de 20 ans j'ai des centaines d'exemples de ce type et c'est devenu assez fréquent.

Pourquoi on ne veut pas porter plainte ? Car on sait qu'il y aura des représailles non seulement sur nous mais aussi potentiellement sur nos familles et que le passage à l'acte est très fréquent. Il y a cette réflexion individuelle donc mais il arrive aussi que les avocats conseillent leurs clients de renoncer aux poursuites en leur expliquant que "quand bien même la personne serait présentée à la justice, il y a une chance sur deux pour qu'elle s'en sorte et par conséquent il y a deux chances sur 3 pour qu'elle ne soit jamais condamnée." En dehors du risque de l'absence de condamnation, le risque de représailles augmentera non seulement si la personne s'en sort et si la personne était condamnée les représailles pourraient devenir invivables. Dans les deux cas le scénario présenté est dissuasif et la victime préfèrera préserver sa famille.

Tous les cas sont concernés. Les violences du quotidien comme les bagarres, les vols de sacs, les agressions… La petite délinquance du quotidien donc mais aussi, et plus inquiétant, les affaires de viol. J'ai des clients qui sont venus me consulter qui ont été victimes de viol mais parce que bien souvent l'acte a été perpétré par un membre de la famille préfèrent laisser tomber. Ce qui explique le faible taux d'élucidation. Et même lorsque l'ensemble des faits vous ont permis de vous retrouver devant les instances de la justice, il y a encore 35% de chance que cela ne débouche pas sur une condamnation.

N'est-ce pas là un aveu d'impuissance de l'Etat et de la justice en France ?

Le fonctionnement de la justice et bien avant le fonctionnement des services de police laisse à désirer. J'ai des tas de cas qui pourraient être plaidables et lorsqu'enfin j'arrive à convaincre la victime d'aller déposer une plainte dans un commissariat, il y a des services de police qui deux fois sur trois refusent de prendre la plainte. Cela arrive tous les jours au motif qu'il n'y a pas suffisamment de preuve et qu'il y aura un classement sans suite du parquet. Ce scénario arrive tous les jours partout en France. 

L'explication ? Il ne vous aura pas échappé que le budget de la justice reste en berne et que priorité est mise sur la lutte contre le grand banditisme et le terrorisme. De fait beaucoup de fonctionnaires ne veulent pas s'investir dans ce type de délinquance, sur les violences quotidiennes et les infractions de droit commun. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zelectron - 11/06/2018 - 16:55 - Signaler un abus le choix des larmes ou celui des armes

    pour vivre libre vivons armés . . . . des meilleures intentions.

  • Par abracadarixelle - 11/06/2018 - 18:26 - Signaler un abus Marre de la lâcheté rebaptisée civilisation ...

    Tirons les premiers en allant chercher les armes précisément chez ceux qui nous détestent et salopent notre vie ! Hugh, j'ai parlé :-)

  • Par Alain Proviste - 12/06/2018 - 15:25 - Signaler un abus La France Orange Mécanique

    Jusqu'où ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Pandelon

Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière pénale ; publié aux éditions Valensin, ainsi que de La face cachée  de la justice (Editions Valensin, 2016). David Reinharc.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€