Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces concours d’éloquence qui en disent long sur notre époque

Les concours d'éloquence connaissent un vrai engouement depuis quelques années, preuve que la maîtrise de la parole importe beaucoup plus mais aussi d'un grand besoin d'éloquence et de rhétorique dans notre société.

Parole, parole, parole

Publié le
Ces concours d’éloquence qui en disent long sur notre époque

Atlantico : En France, les concours d’éloquence sont en train de se multiplier. Vous-même avez organiser un samedi 02 juin un «concours de la parole». Pouvez-vous nous expliquer le but de ce concours et son fonctionnement ? 

Philippe Bilger : C’est vrai que beaucoup de concours se créent en France. Mais principalement reliés au judiciaire, dans un milieu universitaire et qui sont assez classiques. Ils permettent aux candidats de préparer leurs discours et de pouvoir bien choisir leur sujet. Mon concours du 02 juin est plus original : une vingtaine de candidats, un unique sujet, une structuration mentale de trente minutes et rien d’autre. Pas de papiers, pas de crayons. S’en suit un discours de dix minutes complètement libre devant un jury composés de trois personnes.

Cela n’a jamais été réalisé et permet d’appréhender l’intelligence et la parole nulle. Voilà des orateurs qui n’avaient qu’à s’encombrer que d’eux-mêmes. 

 

Les concours d'éloquence se multiplient, disposer de talents oratoires est une qualité très recherchée. En quoi avons-nous besoin de cette mise en scène de soi ? Est-ce la preuve que nous devenons de plus en plus narcissiques ?

Pascal Neveu : L’éloquence a toujours été appréciée et valorisée, ce depuis l’antiquité.

C’est d’ailleurs Hermès qui est la divinité de l’éloquence. Messager des Dieux, il est également le gardien des voleurs, des orateurs, des prostitués, des routes et il est celui qui mène les âmes aux enfers…

Il se positionne donc symboliquement aux carrefours de la vie, de ses turpitudes, épreuves et errances… mais aussi de sa réalisation.

Il est en ce sens la divinité la plus proches des humains, tel un philanthrope.

Il incarne en quelque sorte toutes les facettes de l’homme, positives et négatives, mêlant qualités et défauts, opposant bien et mal… que nous ne pouvons donner à montrer, mais à cacher, en donnant à voir le meilleur de nous même et cacher, travestir celle ou celui que nous sommes réellement.

Aussi, l’éloquence, la verve et la rhétorique naissent dès l’antiquité grecque et romaine. Il suffit de nommer Cicéron, Quintilien, Aristote… qui en font un art oratoire servant tant la politique, que le monde judiciaire où les arts.

C’est le 20ème siècle qui redonne goût aux concours d’éloquences (dont le prestigieux organisé par les écoles d’avocats ou de sciences-po), suite à l’émergence de la linguistique (Ferdinand de Saussure) et des applications dans des champs transdisciplinaires tels que la communication.

Il s’agit alors de convaincre et de persuader.

S’agit-il pour autant d’une mise en scène de soi ?

Pascal Neveu : « La vie est un théâtre »… Oui nous portons des masques, nous mentons pour le bien de la société, et nous n’avons pu oublier l’enfant que nous étions lorsque pris la main dans le pot de biscuit nous tentions de convaincre nos parents via des argumentaires plus ou moins persuasifs, ou encore lorsque nous tentions d’obtenir une autorisation de sortie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Eolian - 12/06/2018 - 15:32 - Signaler un abus Avez-vous pensé

    à en donner à quelques membres du gouvernement? Je pense en particulier au ministre de la culture.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Bilger

Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en miettes (éditions Fayard), Ordre et Désordre (éditions Le Passeur, 2015). En 2017, il a publié La parole, rien qu'elle et Moi, Emmanuel Macron, je me dis que..., tous les deux aux Editions Le Cerf.

Voir la bio en entier

Pascal Neveu

Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre des Pupilles Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France (ODP).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€