Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 19 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces 3 décennies pendant lesquelles les inégalités se sont installées au coeur des sociétés occidentales dans l’indifférence générale

A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. En août, Branko Milanovic, ancien directeur de la recherche économique de la Banque mondiale, et expert des questions relatives aux inégalités, revenait pour Atlantico sur la progression des inégalités depuis trente ans.

Best of Atlantico 2017

Publié le
Ces 3 décennies pendant lesquelles les inégalités se sont installées au coeur des sociétés occidentales dans l’indifférence générale

Interview publiée initialement le 14 août 2017

Le 7 août dernier, le New York Times publiait un article pour décrire les raisons du délitement de l'économie américaine, en montrant, au travers d'un simple graphique, la très forte progression des inégalités aux Etats Unis entre les années 80 et aujourd’hui. Pour le "Washington center for equitable growth", il s'agit de l'histoire de deux pays; alors que pour 117 millions d'américains, la croissance a été inexistante depuis une génération, le haut de l'échelle a connu une progression extraordinaire de ses revenus. 

Graphique publié par le New York Times :

En 1980, la progression des revenus des personnes au bas de l'échelle sociale était plus rapide que ceux des personnes occupant le haut de l'échelle, mais une inversion totale de cette distribution a eu lieu au cours des dernières décennies. 

 

Atlantico : Comment expliquer qu'un tel phénomène ait pu se produire sur une période aussi longue, engendrant une forme d'épuisement de populations qui se détournent progressivement vers des formes de populisme ?

Faut-il y voir une réelle méconnaissance de la situation de la part des différents gouvernements ? Comment expliquer cette méconnaissance, ou ce "refus de voir" ? 

Branko Milanovic : Dans le cas des Etats Unis, je pense qu’une des raisons clés a été la capacité d’emprunt excessive qui a été offerte aux ménages, et qui a contribué à masquer leur situation économique réelle. Alors que le niveau de consommation des populations de la partie basse de l’échelle des revenus continuait de progresser, leurs revenus et leurs salaires réels, eux, stagnaient. Voilà pourquoi, comme le montrent les études les plus récentes, les inégalités de consommation ont moins augmenté que les inégalités de revenus. Selon moi, la perception des inégalités par la population a changé radicalement, mais seulement à partir du moment où la Grande récession a frappé, c’est-à-dire au moment ou de nombreuses personnes ont perdu leurs maisons (puisqu’ils ne pouvaient plus payer leurs emprunts), et lorsqu’ils n’étaient plus en capacité de refinancer leur dette.

Maintenant, pourquoi les gouvernements n’ont-ils rien fait avant la crise ? Je pense qu’il y a plusieurs raisons à cela. En premier lieu, si l’insatisfaction d’une partie de la population (que je décrivais précédemment) est seulement « potentielle » et occultée par l’emprunt, cela signifie qu’il n’y avait pas beaucoup de pression populaire pour changer les choses. En second lieu, tous les gouvernements occidentaux croyaient fermement à l’idée du ruissellement économique  (la théorie du ruissellement repose sur l’idée que l’enrichissement des plus riches « ruissellera » sur les catégories les moins favorisées) mais ils croyaient aussi que le secteur financier était suffisamment « profond » pour allouer les risques de façon optimale. Enfin, ils ont échoué à voir les dangers de la dette excessive des ménages, qui était-elle même causée par l’absence de progression des revenus réels. Ce « refus de voir » peut ainsi être expliqué par l’absence de pression politique des « gouvernés » et par les œillères idéologiques des gouvernements.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Branko Milanovic

Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en tant que professeur présidentiel invité.

Il est également professeur au LIS Center, et l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Global Inequality - A New Approach for the Age of Globalization et The Haves and the Have-Nots : A Brief and Idiosyncratic History of Global Inequality.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€