Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Céline Pina : "Les islamistes sont les seuls à faire de la politique dans ce pays"

L'impuissance du monde politique à endiguer la montée d'une religiosité qui empiète sur l'idéal républicain a poussé Céline Pina à réagir. Dans Silence coupable, elle dénonce ceux qui ferment les yeux par idéologie ou calcul électoral, et propose de retrouver le sens de ce qu'il y a de commun dans la nation française, avant qu'il soit trop tard.

Politique religieuse & religion politique

Publié le
Céline Pina : "Les islamistes sont les seuls à faire de la politique dans ce pays"

Atlantico : Dans votre livre Silence coupable, vous déclarez que "les islamistes sont les seuls avec le Front National à faire de la politique". Pourquoi se sont-ils arrogés ce privilège aujourd'hui ?

Céline Pina : Les islamistes utilisent la religion pour conquérir le pouvoir politique (les musulmans, eux, sont les pratiquants d’une religion et les amalgamer aux islamistes est une faute. C’est ce qu’essaient de faire les islamistes, pour se protéger eux-mêmes, paralyser les politiques et accuser les lanceurs d’alerte de racistes). Comme le FN, ils ont un projet de société, une vision du monde et une stratégie de conquête du pouvoir. Ils semblent comprendre mieux que nos élites ce que nous sommes et ils ne se trompent pas dans leurs attaques.

Dans les cas des islamistes, ils savent ce qui est au cœur de ce qui fait notre commun : la séparation de la religion et de l’Etat, le fait que nos droits soient individuels et ne dépendent pas d’appartenance communautaires (ethniques, religieuses…), l’égalité face à la loi et surtout l’égalité femmes/hommes, l’état de droit, la souveraineté au peuple et non la soumission à une divinité…

 J'ai remarqué à quel point ils ciblent et noyautent les institutions les plus symboliques : celles liées à la laïcité, aux droits de l’homme, à l’éducation populaire (Ligue des Droits de l’Homme, Ligue de l’enseignement, partis politiques, syndicats…). Ils diffusent une vision de la politique construite sur le modèle des relations familiales dans une société patriarcale. Les relations sont inégalitaires, les individus sont infantilisés, l’émancipation est remplacée par la loyauté à la communauté, qui ne se discute pas et prime sur tout. Une telle vision rend impossible l’égalité et permet de faire exploser tout les liens objectifs construits entre les citoyens. Elle met l’appartenance communautaire au-dessus de tout et toute quête d’autonomie de l’individu devient trahison du groupe…

En face, aujourd'hui, on a des politiques qui n'ont pas de vision de ce que nous sommes, Renan définissait l’idée de nation comme l’aboutissement d’un passé commun et le désir dans le présent de continuer ensemble : Nation : « avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. » Mais nos hommes politiques semblent n’avoir aucune conscience culturelle ni historique, pas même la connaissance de leur propre patrimoine intellectuel. Or que nous soyons français depuis des générations ou que nous arrivions à peine, pour s’intégrer au commun, encore faut-il qu’il soit défendu, incarné, transmis. Comment des gens qui semblent avancer sans mémoire, dans le déni du réel, sans projet d’avenir pourraient-ils donner sens à notre monde commun ? Or on ne peut s’intégrer à ce que nul ne définit ni ne transmet. Du coup alors que le peuple paraît de plus en plus conscient de ce qu’il est et montre son attachement aux principes laïques et républicains, leurs propres représentants semblent prêt à les brader pour un plat de lentilles. 

Plus loin, vous affirmez que notre classe politique "expose toute la population et ne propose pas de chemin pour créer du commun". Qu'est ce qui va mal aujourd'hui chez nos politiciens ?

Il monte un sentiment de trahison dans le peuple car s’il est conscient que l’histoire a sa part de tragédie, il refuse de reculer sur les fondamentaux de la République au prétexte que les islamistes ne pourraient déjà plus être combattus et qu’il faudrait accepter des accommodements déraisonnables. C’est ce sentiment de trahison qui nourrit quasi mécaniquement le vote FN. Or le combat n’a pas été perdu ! c’est juste que ceux dont c’était le devoir ont refusé de le mener. C’est cela que je ne pardonne pas, ce silence coupable.

Lorsque vous êtes un politique, votre travail, avant même de devoir porter une orientation particulière, est avant tout de légitimer le monde commun. Le politique est là pour faire vivre cette espèce de passion intellectuelle et institutionnelle qui nous unit en tant que citoyens. A partir du moment où ils deviennent incapables de lui donner sens et de la faire vivre, ce sont tous les liens d'appartenance à la République qui se dénouent. Car aujourd'hui, si rien ne nous rassemble, si nous n'avons rien à partager, pourquoi être solidaire les uns des autres ? Un système d’assurance suffirait largement dans ce cas. Quand on n’est pas capable de donner corps à ce qui nous unit, à ce qui fait qu'on doit être responsable les uns des autres, après, on est plus que dans la représentation et la défense de son propre particularisme. On se divise, on s'émiette, on s'affaiblit et on est exposé et vulnérable. Et on est surtout « à cran », parce que l'être humain ayant besoin d'appartenance, quand une société se délite, elle sait qu’une minorité déterminée et qui a un projet est capable de renverser la table. Et hélas ceux qui le font alors sont rarement de grands humanistes. C’est ainsi que nous avons vu naguère s’élever la puissance du totalitarisme et il a charrié le sang des pires massacres de notre histoire contemporaine.

Autrement dit, l'incapacité à donner sens à ce que nous sommes, à ce qu'est la France, et à ce qu'est la République nous expose à toutes les attaques, nous exhibe comme faible et peu courageux, et fait de nous une cible.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jasmin84 - 23/04/2016 - 12:34 - Signaler un abus Je crains qu'il soit trop

    Je crains qu'il soit trop tard. La bataille personne ne veut la mener réellement. On compte sur les autres, les politiques, la police, la justice. Mais ils ne feront rien. L'entrisme a déjà fait son œuvre, toutes nos institutions sont noyautées. Nous sommes enfermés dans un schéma mental qui nous conduit à tout accepter au nom du vivre ensemble, du pasdamalgame. Nous voulons la paix et nous refusons de voir que d'autres qui vivent parmi nous veulent nous faire la guerre. Nous allons donc la perdre.

  • Par kaprate - 23/04/2016 - 12:56 - Signaler un abus Bonne analyse

    J'abonde dans le sens de l'auteure quand elle parle du fait que l'image d'une république faible galvanise ses ennemis : les musulmans, "soumis de Dieu", et notamment les jeunes, respectent d'abord ce qu'ils craignent. Inspirer la crainte, faire preuve d'autorité, ne pas négocier est la seule attitude fonctionnelle, que ce soit à l'école, dans les cités, dans les tribunaux. Les éducateurs spécialisés (pas les "éducateurs sportifs" et imams à leurs heures perdues...) et les policiers municipaux qui participaient à la vie des quartiers avant le démantèlement de ces initiatives de proximité le savent. Certains flics municipaux, pourtant très rudes, avaient des relations de qualité avec les jeunes et obtenaient des résultats. C'est aussi cette autorité qui donne envie. La faiblesse pousse les jeunes vers des logiques radicales et justement très structurantes où rien n'est négociable. Je valide aussi quand l'auteure dit que le combat n'a pas été mené. Il est inacceptable que nos valeurs soient vendues par lâcheté, électoralisme ou cynisme sans même avoir cherché à la défendre. C'est même impardonnable, un fait de trahison.

  • Par Ganesha - 23/04/2016 - 13:24 - Signaler un abus Plafond de Verre

    Cette brave dame reconnaît qu'il n'y a strictement rien à espérer des politicards pourris qui nous gouvernent depuis plus de trente ans. Elle est presque au bord d'admettre que le Front National représente notre seul avenir raisonnable… mais il lui reste encore à franchir le ''Plafond de Verre'' !

  • Par vangog - 23/04/2016 - 13:35 - Signaler un abus Faire le parallèle entre islam et Front National...

    c'est la vieille antienne de ceux qui manquent d'arguments et de convictions sincères...même si elle n'ose plus l'avouer, Céline Pina est socialiste! science pipologue en plus...la totale!

  • Par joke ka - 23/04/2016 - 14:23 - Signaler un abus phobie

    je crains davantage les islamistes que le FN.. le FN ne tue pas notre jeunesse avec des kalachnikov ni se font exploser dans les aéroport et,ne lapide pas les femmes

  • Par MIMINE 95 - 23/04/2016 - 14:40 - Signaler un abus J'ai voulu acheter son livre

    Mais 39 euros, je n'ai pas trouvé le prix bien social..iste !!!! "Les islamistes utilisent la religion pour conquérir le pouvoir"... Madame Pina semble ne pas savoir que c'est le message même de ladite religion. Habitant le Val d'Oise, adjointe au maire de Jouy le Moutier(commune des 13 communes de Cergy Pontoise) et conseillère régionale , elle ne peut ignorer la montée en nombre spectaculaires de Kami et de hidjabs dans cette agglomération et l'endogomanie prégnante ( et ce n'est pas nouveau) de la communauté musulmane, son refus de reconnaître le droit de l'autre, conjoint surtout, mais aussi conjointe à une identité religieuse différente et à son droit à la vivre et à la transmettre. Il existe certes des quelques exceptions, mais elle ne font que confirmer la règle générale. L'islam peut elle devenir une religion comme une autre en France? peut être, mais il faudra que les musulmans renoncent à bien des habitudes et à bien des choses. Quand à C Pina, sa culture islamique me parait pour le moins....bien naïve .

  • Par padam - 23/04/2016 - 16:22 - Signaler un abus mea maxima culpa

    Madame Pina, la Belle au bois dormant du Val d'Oise, semble enfin s'éveiller! On s'en réjouit, tout en s'interrogeant sur le jeu de rôle qui est le sien. Sortir aujourd'hui ce mauvais plagiat de ce que d'innombrables esprits simplement honnêtes et lucides ne cessent de répéter à l'envi depuis des décennies, n'est-ce pas prendre les Français pour ce qu'ils ne sont pas tous tout à fait?... Démarche bien tardive et plutôt pathétique d'une élue Socialiste quand on sait la responsabilité écrasant de l'idéologie de gauche dans le développement du "multiculturalisme", c'est à dire du communautarisme islamique dans notre pays, avec les conséquences parfaitement prévisibles que l'on sait. Et ce n'est pas fini... Madame Pina a de quoi se faire du souci! Quand à mettre sur le même pied Islamisme et FN, vieille ficelle éculée de la gauche, c'est comme si on comparaît une danseuse étoile à un chauffeur routier...

  • Par Borgowrio - 23/04/2016 - 17:04 - Signaler un abus Le bout du tunnel ? encore loin

    Une OPA consciente ... oui . Certes , la droite doit regretter d'être tombée dans le piège de la bien pensance ,elle a maintenant du mal à convaincre de sa différence . Comme dit un gros vendeur de livres ( Zemmour)... Mai 68 a échoué dans les urnes , mais gagné dans les esprits . Malgré le réveil ci et là de l'opinion , le dogme est bien gardé

  • Par Fran6 - 23/04/2016 - 18:16 - Signaler un abus terrible

    terrible réquisitoire que j'aurai aimé écrire moi même tellement je ressent la même chose, nos politiques sont en majorité des énarques, des science-po, c'est là vient réellement le mal! la lâcheté est instruite à ses écoles, incroyable

  • Par Lafayette 68 - 23/04/2016 - 18:44 - Signaler un abus Critique mais toujours socialiste

    Madame Pina serait plus crédible si elle quittait le PS (comme Macron le gouvernement ...)et si elle s'abstenait de parler du FN en faisant (sans en faire, en sous entendu) un "parallèle" malvenu avec les criminels islamistes...Bref pas claire la dame...

  • Par Le gorille - 23/04/2016 - 21:33 - Signaler un abus Pas d'amalgame !

    Décidément le "pas d'amalgame" fait des ravages : "les musulmans, eux, sont les pratiquants d’une religion et les amalgamer aux islamistes est une faute" Et puis quoi encore ? Les musulmans sont islamistes et vice-versa . Il faut être occidental pour imaginer de tels cloisonnements ! Pire, il faut être une autruche la tête dans le sable pour penser même qu'il peut y avoir des musulmans de diverses catégories (à part leurs divers courants, mais c'est un autre sujet). Non, non et non ! Un musulman, à en croire votre classification, est un "dormant", un "islamiste" est un "actif". Qu'adviendra-t-il lorsque les "dormants" seront activés ? Ils seront les plus dangereux car alors ils seront la "masse", et la France sera musulmane. Point. Et totalement hors d'état de combattre.

  • Par Le gorille - 23/04/2016 - 21:39 - Signaler un abus Pas d'amalgame !

    Bref, le "pas d'amalgame" est le piège que nous tend le Coran lui-même. C'est écrit dedans. Non le "pas d'amalgame", bien sûr, mais tout est bon pour endormir le mécréant, afin de l'anéantir le moment voulu. Ah ! Ils sont forts les musulmans ! Bien plus que nos politiciens aux œillères occidentales qui ne croient que dans le dieu "Assimilation". Pas d'assimilation ! C'est impossible, du fait de la nature même d'Allah et de sa religion.

  • Par Nononsense - 24/04/2016 - 04:14 - Signaler un abus Bravo a Celine Pina

    Voir Celine Pina dans C a vous du 14 avril ou elle assene quelques verites dures a entendre pour la classe politique et mouche Melenchon. Elle devrait se presenter au primaires de la droite!

  • Par winnie - 24/04/2016 - 07:35 - Signaler un abus je constate,

    Que petit a petit quelques politiques se reveilent, il serait temps ! Il aura fallut 130 morts et 30% de vote FN et une disparition des socialistes pour ouvrir une paupiere. Ce qui est dommage c'est que durant la dernière année de "règne "de l' imposteur rien ne sera fait pour contrer l'islamisme, si ce n'est de beaux discours.

  • Par Jardinier - 24/04/2016 - 07:44 - Signaler un abus Mais franchissez le rubicon, bordel.

    Bien sur qu'il y a une solution, elle n'attend que vous pour franchir le "plafond de verre". Trop "socialo-etatiste" pour vous, peut être, mais c'est la seule solution existante, organisée, et capable d'agir. Et quand on s'unit, on ne le fait pas en faisant le difficile, on fait une part du chemin. Il y avait de tout en 1940 derriere le général.

  • Par patamoto - 24/04/2016 - 08:14 - Signaler un abus Comme quoi à gauche il peut y

    Comme quoi à gauche il peut y avoir des personnes lucides et sensées, et des sectaires à droite (lire certains commentaires ci-dessus); homme de droite j'adhère totalement à cet article,

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Céline Pina

Née en 1970, diplômée de sciences politiques, Céline Pina a été adjointe au maire de Jouy-le-Moutier dans le Val d'Oise jusqu'en 2012 et conseillère régionale Ile-de France jusqu'en décembre 2015, suppléante du député de la Xème circonscription du Val d'Oise.

Elle s'intéresse particulièrement aux questions touchant à la laïcité, à l'égalité, au droit des femmes, à la santé et aux finances sociales et a des affinités particulières pour le travail d'Hannah Arendt.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€