Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Catastrophe de Charm-el-Cheikh (148 morts le 3 janvier 2004) : non-lieu requis par le Parquet de Bobigny

Le Parquet de Bobigny estime que les pilotes du Boeing 737 qui s’est écrasé trois minutes après son décollage sont responsables « de nombreux manquements et de calculs approximatifs » Quant à la compagnie Flash Air lines, elle a employé un équipage « dont la compétence réelle était sujette à caution ». Mais les pilotes étant morts dans le crash, la justice a constaté l'extinction de l'action publique.

INFO ATLANTICO

Publié le
Catastrophe de Charm-el-Cheikh (148 morts le 3 janvier 2004) : non-lieu requis par le Parquet de Bobigny

C’est une douche froide que vont recevoir les familles des 148 victimes de la catastrophe de Charm-El-Cheikh (Egypte)  qui eut lieu le 3 janvier 2004 :le Parquet de Bobigny vient en effet de requérir un non-lieu. Exit donc toute faute pénale, encore que les pilotes du vol Flash Ait Lines FSH 604, qui devaient transporter les passagers à bord du Boeing 737 sont clairement montrés du doigt dans le réquisitoire du procureur.  « Expérience faible sur la ligne et sur l’avion, manque de compétence, entente médiocre entre le pilote et le co-pilote, comportement autocratique du commandant de bord »… Voilà ce qu’on peut lire dans le document de 116 pages.

Si on ajoute «  une évidente fatigue  chez le co-pilote, et un management peu rigoureux de la compagnie et dépourvue de culture de sécurité », on comprend pourquoi les passagers partis de Charm-el-Cheikh ne sont jamais arrivés à Paris… Mais quelle que soit la décision du juge Dando, les pilotes ne pourront être jugés par un Tribunal correctionnel puisqu’ils  sont morts dans la catastrophe qui ne compte aucun survivant. Pour les pilotes en effet, l’action publique est éteinte.    

Nous sommes le samedi 3 janvier 2004 à l’aéroport de Charm-el Cheikh. IL est 4 heures 43 et 33 secondes (heure locale). Le Boeing 737 de la société ILFC, loué à la compagnie égyptienne Flash Air-Lines, décolle. A son bord 135 passagers français,6 membres de l’équipage et 7 employés de la Flash Airlines devant descendre à l’escale du Caire.  Trois minutes plus tard, l’aéronef s’abîme en mer. Il n’y a aucun survivant. Sitôt la nouvelle connue, le Parquet de Bobigny ouvrait une information judiciaire contre X pour homicides involontaires .Le tribunal de Bobigny était désigné compétent pour instruire puisqu’on retient, comme lieu de l’infraction, celui où l’avion devait atterrir. L’instruction est confiée au juge Dando. Immédiatement, l’ Etat français et l’état major des Armées mettent  des en places des moyens d’investigations et de recherches considérables. Des réunion quotidiennes ont lieu à l’ambassade de France au Caire, déportée exceptionnellement à Charm-el-Cjheikh.  AZ Paris, la brigade criminelle est saisie.  Comme tout accident de ce type, la priorité est de retrouver les fameuses boîtes noires.  Le dimanche 4 janvier arrive sur le lieu du crash le patrouilleur aérien de type Bréguet Atlantique spécialisé dans la recherche maritime.  Le 6 janvier, la frégate  anti-sous-marine Tourville arrive à son tour. Suivie le 7 janvier du navire La Somme. Le 9 janvier,  les balises des enregistreurs ne sont toujours pas localisées avec précision. Il faudra attendre une quinzaine de jours  pour que les pièces du Boeing  soient retrouvées et stockées dans un hangar  du port de Charm-el-Cheikh.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à l'Express, chargé de l'investigation.

 

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée et La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut), et La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€