Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les cartes Eurostat qui montrent comment l’Allemagne commence à paniquer au sujet de l’immigration

Chute de Merkel dans les sondages, incendies criminels de foyers de migrants, regain des manifestations de Pegida… De plus en plus d'Allemands craignent l'arrivée de centaines de milliers de migrants.

Große Panik

Publié le
Les cartes Eurostat qui montrent comment l’Allemagne commence à paniquer au sujet de l’immigration

Au moins 800.000 migrants sont attendus cette année en Allemagne. Crédit Reuters

C'était trop beau pour être vrai. Début septembre, la chancelière allemande Angela Merkel déclarait les frontières ouvertes, les allemands accueillaient dans la liesse les réfugiés : face à la "xénophobie" des autres pays européens, les médias mettaient en avant des dizaines d'actions de solidarités des Germains. Un élan soutenu par la population : dans un sondage publié le 3 septembre par la chaîne ARD, 95 % des Allemands se félicitaient du mouvement de solidarité provoqué par l’afflux de réfugiés. 45 % des Allemands jugaient que l’immigration offre "plutôt des avantages pour le pays", contre 33% qui pensaient l'inverse.

Presque deux mois plus tard,  le bloc conservateur qui soutient Angela Merkel est retombé à son niveau d'il y a trois ans, selon un sondage Emnid publié dimanche, dans un contexte où la CSU, l'allié bavarois de la CDU, la formation de la chancelière, a intensifié ses critiques sur sa gestion de la crise des réfugiés. 

Des données d'Eurostat, l'institut statistique de l'Union européenne, montrent que la question de l'immigration a fait son entrée dans le débat public allemand.

Eurostat a interrogé, entre le 3 et le 23 septembre, 62511 personnes. Il leur a été demandé, entre autres, quelles sont les deux défis importants auxquels leur région fait face.

Le pourcentage de ceux qui ont répondu "l'immigration" apparait sur cette carte (cliquez dessus pour l'agrandir) :

L'Autriche et l'Allemagne apparaissent comme les deux pays les plus inquiets. A l'exception de deux Lander, les sondés allemands sont plus de 35% à citer l'immigration. Et dans deux Lander, ils sont plus de la moitié : 60% en Bavière et 58% dans le Baden-Württemberg. La Bavière est le principal point d'entrée des migrants en Allemagne : elle a reçu, en septembre, plus de 225.000 réfugiés et les autorités du Land ont atteint leurs limites en termes d'hébergement et de prise en charge.

Une autre carte est encore plus inquiétante pour Angela Merkel et montre que cette inquiétude des allemands n'est pas due à une xénophobie congénitale, mais bien à une réaction à la situation actuelle : elle compare l'inquiétude des sondés sur la question de l'immigration par rapport à l'année 2012.

Là encore, l'Allemagne fait figure de voyant rouge. Avec la Hongrie et la Suède, l'Allemagne est le pays où l'inquiétude a le plus monté en trois ans.

Selon un sondage de la chaîne publique allemande ARD, publié le 2 octobre, 51% des Allemands se disent inquiets face à l'afflux de migrants. Par rapport à la même étude réalisée en septembre, ce sont 13% de plus d'Allemands qui expriment leur crainte.

Cette crainte ne s'exprime pas que dans les sondages. Jeudi, la police allemande a annoncé avoir empêché des incendies criminels de foyers de migrants et des actes de violence fomentés par la mouvance d'extrême droite, après l'interpellation d'une dizaine de personnes. Plus de 500 actes xénophobes ont été recensés depuis le début de l’année en Allemagne, selon un rapport de l’Office fédéral de police criminelle (BKA, services de renseignement intérieurs).

"La majorité des agressions ont été perpétrées contre des bâtiments, faisant de gros dégâts matériels, mais on peut s’attendre à ce qu’à l’avenir des personnes soient directement visées", estiment les renseignements allemands.

Le mouvement Pegida, mais aussi le parti Alternative pour l'Allemagne (Alternative für Deutschland, AfD), reprennent aussi de la vigueur. "Pegida et l'AfD ne font qu'exprimer avec brutalité ce que d'autres disent aussi, de façon un peu plus civilisée, dans les rangs des autres partis, en particulier des chrétiens-démocrates qui reprochent à leur présidente, Angela Merkel, d'avoir lancé aux réfugiés syriens "un mauvais signal au mauvais moment" alors que l'Allemagne n'aurait pas les moyens d'accueillir durablement autant de réfugiés. Le principal argument consiste donc à dire que la "barque est pleine" et qu'à accueillir d'autres réfugiés, elle ne pourra que sombrer", explique à Atlantico Jérôme Vaillant, professeur émérite de civilisation allemande à l'Université Charles-de-Gaulle Lille 3 et directeur de la revue Allemagne d'aujourd'hui. 

"On assiste aujourd'hui en Allemagne non pas à un renversement de l'opinion, mais à un débat controversé sur la bonne politique à mener et avec quels moyens face à des mouvements migratoires auxquels le pays, à l'inverse de la France, sait ne pas pouvoir échapper. Il y va des aides financières réclamées au gouvernement fédéral par les Länder et les municipalités sur lesquelles repose l'essentiel des efforts à entreprendre pour accueillir et intégrer les réfugiés.  Ce débat, à bien des égards, plus technique que politique, se conforme à une sorte de rituel bien huilé dont il ne faudrait pas surestimer l'importance", poursuit-il.

Pour autant, Jérôme Vaillant rappelle que "l'islamophobie comme la xénophobie est en Allemagne comme dans d'autres pays d'Europe l'expression d'une peur classique de l'autre, ce qui fait que les Allemands ne sont pas en soi fondamentalement différents des autres sociétés européennes - à ceci près, qui n'est pas négligeable, que les expériences malheureuses de leur histoire leur ont fait apprendre leurs leçons."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par juletflo - 26/10/2015 - 09:23 - Signaler un abus Peur de l'autre?

    Non le refus de reçevoir en Occident encore plus de migrants/réfugiés ne relève pas d'une peur irraisonnée de l'autre mais d'une analyse claire et réfléchie des conséquences de cette immigration: le chômage est tel que ces personnes n'auront pas plus accès à l'emplois que d'autres, si ce n'est encore moins, Les aides sociales pour ces personnes dans le besoin (réel) mènent les divers organismes clairement à la faillite, sans parler des caisses de retraites: les futurs chômeurs/bénéficiaires du RSA n'auront jamais cotisé à quoi que ce soit. Ils n'auront jamais accès à une formation réellement qualifiante: c'est une utopie que de le croire.D'autre part, et très clairement: je ne suis pas la seule Française à observer le naufrage de notre société: les différences culturelles qui nous sont imposées au quotidien (dans les transports, dans le stricte voisinage par exemple) détériorent notre qualité de vie, mettent notre propre culture en porte à faux et rien ne justifie que nous devions accepter une forme de culture motivée par des prétextes religieux qui ne nous conviennent pas, dont nous ne voulons pas.

  • Par vangog - 26/10/2015 - 10:14 - Signaler un abus Nationalistes contre internationalistes!

    Deux logiques s'affrontent en UE, sous la pression de ceux qui veulent diluer les cultures, les races et les religions dans un brouet commun indigeste et dégoûtant. Les internationalistes ne parviennent pas à comprendre qu'ils ont perdu la bataille et s'obstinent, tels les socialistes allemands en 1944....en Pologne, les eurosceptiques du parti Droit et Justice gagnent la majorité au parlement, contre les immigrationnistes du parti gauchiste. Toutes les prochaines élections vont montrer que les Européens souhaitent La Défense de leur frontières contre l'invasion musulmane. En France, les gauchistes et RipoublicainS n'osent même plus avouer leur dhimmitude, de peur de perdre postes et prébendes: cela ne les sauvera pas, car le mouvement de la vérité populaire est enclenché et ne s'arrêtera pas. Les internationalistes ont perdu, mais trop habitués à la dissimulation et à la manipulation trotskistes, ils ne le savent pas encore...mettons-leur le nez dans le pipi dans un mois!

  • Par de20 - 26/10/2015 - 17:54 - Signaler un abus Pendant que certains

    Pendant que certains débattent d autres s agitent. Cela fait meme sourire de voir que la diversion médiatique qui jadis faisait galoper une opinion emphatique désormais mobilise par l absurde le rejet pur et simple. Il y avait le mythe du bon sauvage désormais on devrait considerer celui du bon indigene médusé et impuissant.

  • Par Ex abrupto - 26/10/2015 - 18:01 - Signaler un abus Je soupçonne Mme Merkel

    d'avoir voulu acquérir quelques points de bonus pour un Nobel de la paix. Quand je vois ces pauvres gens qui pataugent dans la boue, je ne peux m'empêcher de compatir. Surtout pris un par un ou avec de jeunes enfants. Mais quand on voit cette horde de gens jeunes et pour beaucoup en bonne santé, je me dis que je suis un peu étonné (understatement) de voir qu'ils viennent se réfugier chez nous (en fait en Allemagne) et que nous , nous devons envoyer nos jeunes soldats se battre à leur place. Qui plus est je les pense, pour la plupart d'entre eux, complètement innassimilables.

  • Par Djib - 26/10/2015 - 22:39 - Signaler un abus Les manipulations des médias ravis de la crèche.

    L'ONU, peu suspecte d'antipathie contre les réfugiés, vient de révéler que 80% des migrants étaient des hommes. Or tous les reportages nous montrent des femmes et des enfants, pour susciter notre empathie et nous donner mauvaise conscience. Donc nos brillants reporters, biberonnés à l'idéologie de gauche par les Trotskistes qui ont mis la main sur les écoles de journalisme, tordent la réalité. CQFD.

  • Par Ganesha - 27/10/2015 - 06:00 - Signaler un abus Effet positif

    L'Europe libérale de Merkel-Juncker qui impose depuis quarante ans ''l'Esclavage du Prolétariat'' va finalement ''se casser la gueule'' grâce à ses mauvais choix sur l'immigration !

  • Par Bretondesouche - 27/10/2015 - 07:01 - Signaler un abus Les allemands seraient racistes

    Pourtant leur histoire montre un amour de l autre depuis la nuit des temps

  • Par superliberal - 27/10/2015 - 12:30 - Signaler un abus Le paradis Liberal-Capitaliste

    Fuir l'enfer religieux pour vivre le rêve Liberal-Capitaliste ou l'homme occidental a réussi a se débarrasser de cette fiction qu'on appelle religion...et apporter l'Islam dans ses bagages...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€