Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Carol" : un cinéaste au sommet de son art

Cate Blanchett est admirable dans "Carol" mais surtout, avec ce film, Todd Haynes s'impose comme un grand cinéaste.

Atlanti-culture

Publié le
"Carol" : un cinéaste au sommet de son art

Le réalisateur

Né en 1961 à Los Angeles, Todd Haynes bénéficie d’un palmarès élogieux de cinéaste indépendant. Son premier long métrage, « Poison » (1991), avait remporté le prix du grand jury au festival de Sundance, qui a révélé de nombreux jeunes cinéastes sous la houlette de Robert Redford. Son deuxième film, « Safe » (1995) avait reçu le prix de la critique internationale au festival de Rotterdam. Sont venus ensuite « Velvet Goldmine », prix de la meilleure contribution artistique au Festival de Cannes 1998 et « I’m not there », prix spécial du jury au festival de Venise 2007.

Auparavant, il avait réalisé « Loin du Paradis » (2002), avec Julianne Moore et Dennis Quaid, l’un de ses plus beaux films avec « Carol ». Ces deux longs métrages ont pour thème l’homosexualité dans les années 50 en Amérique : comment vivre normalement sa différence à une époque où l’on cachait son homosexualité. « Loin du paradis » raconte l’histoire d’un homme marié qui se révèle homosexuel, son épouse essayant de donner le change à leurs amis. « Carol », adapté du deuxième roman de Patricia Highsmith, paru en 1952, après « L’inconnu du Nord-Express », qu’Alfred Hitchcock a immortalisé, expose le dilemme d’une femme mariée avec enfant rencontrant la femme de sa vie… Todd Haynes, qui ne cache pas qu’il est gay, de même que Patricia Highsmith était lesbienne, n’est pas un militant pur et dur de la cause homosexuelle. N’empêche que ces deux films, deux faces d’un même problème sociétal, sont également admirables.

Thème

Carol (Kate Blanchett) n’est pas heureuse dans son couple, sans oser se l’avouer. Dans le New York grand bourgeois des années 50, on ne divorce pas si facilement. Et puis elle a une petite fille qu’elle adore. Pas sûr que son banquier de mari (Kyle Chandler) accepte de la laisser partir avec sa mère. Un jour, dans un grand magasin, Carol croise une jeune vendeuse, Therese (Rooney Mara). Celle-ci mène une petite vie trop paisible et n’envisage pas avec plaisir le mariage que lui propose son boy friend impétueux. Therese est fascinée d’emblée par la distinction et la beauté de Carol et celle-ci est amusée par l’innocence de la jeune vendeuse.

Points forts

- Cate Blanchett a reçu le prix d’interprétation féminine au dernier Festival de Cannes pour le rôle de Carol. Elle est formidable en grande bourgeoise prisonnière de son statut, de ses beaux parents et de son époux, un homme dur prêt à lui enlever sa fille pour la faire plier. Carole est une femme qui se bat les mains nues.

- La jeune femme qu’elle rencontre ne sait pas ce que Carole va endurer si elles poursuivent leur relation. Elle en a une idée quand, dans une scène abjecte, les deux amoureuses découvrent leur intimité violée par un détective privé payé par le mari tout puissant. Car à cette époque, le pater familias a tout pouvoir sur une femme adultère, fut-elle mère. Pas de pitié pour la femme qui déserte le foyer. On lui arrachera même sa fille bien aimée.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Quenin pour Culture-Tops

François Quenin est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€