Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 06 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

A Calais, la police est fasciste, à Paris elle est républicaine

A Calais, la situation ne cesse d’être volcanique. Adulée après les attentats de janvier 2015, la police se fait quasiment traiter de fasciste par les associations d’aides aux migrants…alors que l’on apprend que quelques civils- souvent cagoulés- se sont fait arrêter ces derniers temps en train de tabasser des migrants. Généralement à coup de barres de fer.

Déroutant

Publié le
A Calais, la police est fasciste, à Paris elle est républicaine

Déroutant pays que la France ! Au lendemain des attentats terribles de janvier 2015 où trois policiers furent assassinés, on voyait, un peu partout lors de l’immense manifestation qui suivit, des passants applaudir les forces de l’ordre. On les félicitait pour leur conduite héroïque. On a même vu des gens embrasser des CRS ! A Bruxelles, dans les heures qui ont suivi le double attentat meurtrier du 22 mars, bon nombre de passants ont applaudi un policier en uniforme qui déposait des fleurs sur la place de la Bourse. 

A Calais, c’est un tout autre climat qui règne du côté de la jungle.

Ici, pas de fraternisation entre forces de l’ordre et migrants. On ne joue pas à "Embrassons-nous Folleville".

Les policiers sont traités quasiment de tueurs. Pour un peu, ils seraient placés sur le même plan que des groupes fascistes. C’est ce que la responsable de l’association "Appel de Calais" laisse entendre, dans une interview à Nord-Littoral, en disant que l’incendie volontaire, le 17 mars, du Centre juridique de la jungle de Calais "fait suite aux intimidations des groupes fascistes et des CRS". Indigné par un tel amalgame, le syndicat Unsa-Police a fait savoir le 18 mars qu’il envisageait de porter plainte.

Quant à l’avocat de l’association Legal Center [le Centre juridique], il affirme que des "attaques gratuites contre les migrants étaient orchestrées par les agents de la police nationale, les CRS et les gendarmes mobiles". Et l’avocat de conclure : "Il y a dans certains cas, la volonté de tuer". Il y a quelques jours, une association dénommée "Action des chrétiens pour l’abolition de la torture" produit un dossier de violences policières certifiant que les forces de l’ordre françaises jouissent d’une "relative impunité lorsqu’elles sont responsables de violences."… En tout cas, pour Calais et ses environs, cette analyse, le procureur de Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Valensi, ne la partage pas. Voici ce qu’il déclare à La Voix du Nord : "Je ne suis pas là pour accabler les policiers, mais je ne suis pas là non plus pour les exonérer". Il poursuit : "De la même façon, j’engage des poursuites contre les No Border ou les migrants dès lors qu’on me prouve qu’ils sont auteurs d’infractions et qu’on les identifie."

Témoin, ce CRS, soupçonné en mai 2015 d’avoir frappé des migrants au bord de l’autoroute, qui devrait prochainement comparaître devant le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer. Les faits, révélés par une vidéo, montraient un CRS -qui sera identifié- en train de faire sortir un migrant d’un camion avant de le jeter brutalement contre une barrière de sécurité et le gazer. C’est l’enquête confiée à l’IGPN, -la police des polices- qui a permis d’épingler ce fonctionnaire. A Paris, un policier en a  également fait les frais: il a agressé violemment, dans le XIX ème, un lycéen de 15 ans qui manifestait contre la loi El Khomeri. Preuve que l’IGPN ne protège pas ses ouailles et que la faute d’un seul individu ne doit et ne peut déboucher sur la mise en cause de la responsabilité collective de telle ou telle profession, en l’espèce de la police… Une telle notion qui, soit dit en passant, rappelle des périodes que l’on croyait révolues.

C’est vrai que dans la jungle de Calais règne une atmosphère empreinte de violence dont on se demande si elle va s’arrêter un jour. C’est vrai que cette même violence conduit les forces de l’ordre à répliquer sèchement lorsqu’elles sont agressées. Mais tout de même, voir la police française qualifiée de fasciste, le trait apparait ridicule. Grotesque. C’est oublier que les forces de l’ordre évitent aussi bien des drames qui n’ont droit qu’à quelques entrefilets dans les journaux. Et encore…Ainsi, mercredi 16 mars, une centaine de migrants de nationalité afghane et soudanaise se sont affrontés à coup de barres de fer, de couteaux et de pierres, dans la soirée vers 21 heures 30. Sans l’intervention des policiers de la CRS 39, on aurait à coup sûr dénombré des morts. Au bout de deux heures, le calme revenait dans la jungle de Calais. Et l’Unsa-Police, qui tire une fois de plus la sonnette d’alarme sur le climat qui règne là-bas, dressait le bilan de ces deux heures de bagarres sanglantes : 39 individus, pris en charge par les pompiers, tous blessés par couteaux, souvent à la tête. Dans l’enceinte de la ville de Calais, la situation commence –continue ? à devenir elle aussi intenable : le 10 mars, cinq personnes, âgées de 20 à 40 ans, qui, visages dissimulés, avaient agressé à la gare, deux mois plus tôt, trois Syriens à coup de barres de fer, ont été interpellés par la PJ lilloise. Quinze jours plus tôt, trois hommes et une femme avaient été arrêtés pour des agressions commises à l’été 2015 à coup de barres de fer -encore- sur des migrants. Ils ont été tous trois écroués… 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 25/03/2016 - 09:07 - Signaler un abus Et ces associations de quelle idéologie se réclament elles ....?

    Ces activistes d'extrême gauche incitant les migrants à user de violence ne sont ils que des bons démocrates respectueux des lois de notre état ?????....Qui les finance, quelles sont leurs sources de revenus ? Ces "no borders" et autres acolytes sont des pseudo anarchistes de la pire espèce, qu'ils arrêtent de cracher sur ceux qui nous protègent.

  • Par zouk - 25/03/2016 - 09:52 - Signaler un abus Associations de défense des immigrants

    Qui dira jamais le rôle néfaste de telles associations, financées par.... qui? Et si nous nous souvenions de l'affaire imbécile de cette famille de Kosovars et des multiples recours exercés par ce genre d'associations, terminée dans les insultes les plus grossières à l'égard du Président; Qui a payé l'énormité des frais de justice? Nous, simples citoyens, m^me si les avocats ont peut être été payés par les associations.

  • Par tubixray - 25/03/2016 - 10:00 - Signaler un abus Une piste

    Le milieu associatif français emploie 1 700 000 salariés, un chiffre souvent méconnu et pour le moins stupéfiant.... Beaucoup d'emplois à temps partiel certes (dont des intermittents du spectacle pardi) mais tous ou presque financés par des fonds publics !.......... Toutefois, beaucoup de no borders ne sont pas des nationaux.

  • Par Ganesha - 25/03/2016 - 10:41 - Signaler un abus Candidats Resquilleurs

    Objectivement, les migrants de Calais sont des candidats resquilleurs dans l'Eurostar et immigrants illégaux en Angleterre. Les contrôleurs dans les trains et les douaniers sont-ils des fascistes ? Aider des gens à commettre des actes illégaux, n'est-ce pas de la complicité ? Il peut arriver de laisser un resquilleur passer le portillon du métro, mais ce n'est pas tout à fait comparable… Ou alors, il faut mettre en parallèle la situation actuelle avec la période 1940-1945 où des français aidaient des résistants, abritaient des parachutistes anglais, pendant que la France était occupée par l'Allemagne et que Pétain collaborait ?

  • Par attila - 25/03/2016 - 11:19 - Signaler un abus Une seule solution

    retour au bled sans ménagement !!!!

  • Par vangog - 25/03/2016 - 11:58 - Signaler un abus Ces associations caritatives gauchistes supportent

    une très lourde responsabilité dans ces exodes massifs, et les risques qu'ils entraînent. En épaulant matériellement et juridiquement les groupes mafieux qui trafiquent les migrants, ils deviennent responsables juridiquement et devront répondre de leurs méfaits devant la loi, lorsque les patriotes auront rendu son pouvoir au peuple...ce qui ne saurait tarder!

  • Par emem - 25/03/2016 - 13:09 - Signaler un abus Bizarre

    Je croyais que la jungle de Calais n'existait plus

  • Par Mario - 25/03/2016 - 13:09 - Signaler un abus J'aimerais savoir ou ces

    J'aimerais savoir ou ces associations trouvent l'argent pour financer avocats , salariés et propagandes? Ça ne serait pas avec notre argent qu'ils polluent notre société avec leur parti de l'autre comme, dit Finkielkraut.

  • Par Jean-Benoist - 25/03/2016 - 15:37 - Signaler un abus Cessons de subventionner

    ces associations qui sont anti-français et anti calaisiens et tout le monde s'en portera mieux

  • Par Anguerrand - 25/03/2016 - 16:54 - Signaler un abus La police accusée à chaque incidents

    a tel point que les policiers hésitent à intervenir au risque d'être mis en examen contre des feignants qui vivent sur le dos de la société, sont d'une violence extrême. Àlors il est évident que la police ne peut pas avoir une efficacité normale. Tout objet lancé contre la police devrait être considéré comme une arme ( meme une simple pierre ) et devrait autoriser la police de tirer en légitime défense. Beaucoup de ces petits cons hésiteraient, avant de jouer les héros devant une police sans droits. J'ai honte quand je vois la police déguerpir devant des groupes en banlieues et se faire caillasser et fuire comme des gosses.

  • Par winnie - 25/03/2016 - 17:23 - Signaler un abus ce ne sont pas les memes...

    Qui applaudissent les policiers et ceux qui les insultent et les frappent, les premiers sont éduqués et respectueux les seconds sont des gauchistes ou anarchistes ou des oyous de banlieue. Quand a clouer au pilori les policiers qui frappent des manifestants,les journalistes et autres associations gochos devraient se poser la question de ce qui s'est passer auparavant.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à l'Express, chargé de l'investigation.

 

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée et La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut), et La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€