Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Budget mammouth mais profs mal payés : où passe concrètement le budget de l'Education nationale ?

La part du PIB alloué par l'Etat français à l'Education nationale est parmi les plus élevées des pays de l'OCDE, alors que les professeurs français font partie de ceux qui sont les moins bien payés. Voici quels sont les principaux postes de dépense.

Où vont les sous ?

Publié le - Mis à jour le 26 Juin 2015
Budget mammouth mais profs mal payés : où passe concrètement le budget de l'Education nationale ?

Les professeurs français font partie de ceux qui sont les moins bien payés de l'OCDE. Crédit Reuters

En France, 6,1% du PIB est alloué à l'Education nationale, classant la France devant l'Allemagne, l'Autriche ou le Japon. Comment sont concrètement investis ces 145 milliards d'euros annuels ? Quels sont les principaux postes de dépenses ?

Eric Verhaeghe : Dans ce chiffre, vous intégrez l'ensemble des dépenses d'éducation, qu'elles soient publiques ou privées.
On oublie trop souvent que l'Etat ne représente qu'une grosse moitié de ces dépenses, et les collectivités locales un quart. Le reste est partagé entre les familles et les entreprises, qui financent, par exemple avec l'apprentissage, l'effort éducatif français. Les entreprises mettent quand même un ticket de 15 milliards annuels dans cet effort. Ce n'est pas rien.
 
La plus grande partie de la dépense est absorbée dans la masse salariale des enseignants et des innombrables personnels qui tournent autour des enseignants. En gros, pour quatre enseignants, il faut compter un administratif ou un agent chargé de la vie périscolaire : les cantines, l'entretien des bâtiments, l'animation. La France doit probablement être le pays industrialisé où la paperasserie et la bureaucratie sont aussi présents dans le système éducatif. La machine éducative française, avec son obsession des règles, a multiplié les procédures et les usines à gaz incompréhensibles. Ce grand système de brassage des populations appelé le "mouvement" des enseignants, c'est-à-dire leur mobilité géographique sur le territoire, absorbe par exemple une énergie et une masse salariale colossales.
 

Les professeurs français font pourtant partie de ceux qui sont le moins bien payés de l'OCDE - et gagnent 72% du salaire des actifs français ayant un diplôme équivalent. Comment expliquer qu'un si gros budget n'assure pas de meilleurs rémunérations ?

Pour deux raisons. La première tient au temps de travail. Avec des vacances scolaires de quinze jours toutes les sept semaines et des obligations horaires réduites, les enseignants français ont fait le choix du temps de loisir au détriment de la rémunération. Deuxièmement, les enseignants français sont, par élève, beaucoup plus nombreux qu'à l'étranger. Cette particularité française explique que, pour une masse salariale égale, il faille payer beaucoup plus d'enseignants en France qu'à l'étranger.

Ce problème provient du manque de polyvalence des enseignants. Par exemple, il est courant qu'à l'étranger un même enseignant enseigne l'anglais et l'allemand ou le français et l'italien, ou l'histoire et la géographie. En France, ce principe de la bivalence n'est pas accepté. On enseigne la physique ou la biologie, mais pas les deux. On enseigne la philosophie ou les lettres, mais pas les deux. Forcément, cette absence de bivalence oblige à recruter beaucoup plus. Pourtant, au collège par exemple, on voit mal pourquoi cette bivalence n'existe pas. Elle entraîne de fait un renchérissement de la masse salariale qui se traduit par une conséquence simple : une politique salariale malthusienne dont les enseignants sont victimes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par DESVESSIESPOURDESLANTERNES - 24/06/2015 - 12:49 - Signaler un abus encore une logorrhée d'enseignant ..

    sur le mode :on est mal payé . Quand es-ce que ces gens là se foutront au boulot (autre qu'a tiers temps) et quand arrêteront-ils leur "chouinante" suffisance de "sachants" Quand on voit leurs résultats :c'est effectivement à pleurer !

  • Par vangog - 24/06/2015 - 12:51 - Signaler un abus Gestion socialiste, administration socialiste...

    méthodes socialistes..comment voulez-vous faire des économies avec des gens qui pensent que tout problème peut être résolu par l'émission d'une grosse commission? Le reste, c'est de la novlangue gauchiste consistant à faire croire que les professeurs indisponibles sont en "disponibilité" et que la "mobilité" des professeurs compense l'immobilisme de l'EN...les Francais ont l'habitude de payer pour cet enfumage!

  • Par jurgio - 24/06/2015 - 17:07 - Signaler un abus EDF, SNCF, EN, etc.

    Même principe : beaucoup de « culs-de-plomb » pour regarder travailler une minorité. Ce n'est même plus du travail dissimulé mais un véritable électorat dissimulé.

  • Par Deudeuche - 24/06/2015 - 22:01 - Signaler un abus L'EN symbole du Leviathan

    la bête à abattre!

  • Par PAPLOUV - 25/06/2015 - 05:18 - Signaler un abus Ils sont ou les profs ?

    1.2 million de personnels à l'EN vs 12 millions d’élèves : ça fait 1 pour 10 quand dans les classes on en trouve au mieux 1 pour 30... il en manque 2 par classe des personnels... 2/3 qui fait autre chose que de l'enseignement et surtout ailleurs que dans les classes !

  • Par john mac lane - 25/06/2015 - 10:03 - Signaler un abus La complainte crocodile d'un mensonge répété, répété, répété

    Toutes les études OCDE sont basées sur le seul salaire net hors primes. « NOTEZ LE HORS PRIMES » Hors les primes des enseignants français font l’objet d’une ligne budgétaire très claire : source : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2011/pap/html/DBGPGMJPEPGM141.htm Le total primes cumulées par secteur pédagogique 29 milliards Enseignement en collège 1,06 MILLIARDS/// Enseignement général et technologique en lycée 6,6 MILLIARDS/// Enseignement professionnel sous statut scolaire 4,04 MILLIARDS/// Apprentissage 6 MILLIARDS/// Enseignement post-baccalauréat en lycée 2 MILLIARD/// Besoins éducatifs particuliers 1,12 MILLIARDS/// Aide à l’insertion professionnelle 5,3 MILLIARDS/// Information et orientation 3 MILLIARDS/// Formation continue des adultes 1,15 MILLIARDS/// Formation des personnels enseignants-orientation 1,2 MILLIARDS// Remplacements 1,4 MILLIARDS/// Administration encadrement pédagogique 3,,05 MILLIARDS/// Personnels divers 51 MILLLIONS/// Primes intégrées les enseignants Français sont dans les moyennes les plus hautes et les mieux payés en Europe !

  • Par john mac lane - 25/06/2015 - 10:12 - Signaler un abus Exemples de la gamelle invisible des indemnités et primes.......

    Indemnité de suivi et d’orientation des élèves, Prime de fonctions et de résultats, Indemnité d’administration et de technicité, indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires Indemnité de gestion allouée aux gestionnaires d’EPLE Indemnité d’éloignement COM et primes d’installation outre-mer Indemnité allouées aux chefs d’établissement Indemnité de sujétions spéciales « Zone d’éducation prioritaire » Indemnité de congé formation Indemnité pour l’accueil et l’accompagnement des étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement Prime spéciale pour les enseignants assurant au moins trois HSA Indemnité de sujétions spéciales de remplacement Indemnité de garantie individuelle du pouvoir d’achat Indemnité de charges administratives aux vice-recteurs et aux personnels d’inspection Prime d’entrée dans le métier Indemnité pour fonctions d’intérêt collectif Indemnité de caisse et de responsabilité allouées aux comptables d’EPLE Indemnisation du contrôle en cours de formation pour le baccalauréat professionnel

  • Par Fredja - 25/06/2015 - 15:59 - Signaler un abus Une première chose évidente

    Comme dans le privé, polyvalence et 35h par semaine ! Et on pourra dégraisser rapidement le mammouth ;-) Aujourd'hui, on en est très loin, et quand on voit les résultats, il n'y a pas de quoi frimer... Par ailleurs, salaires + primes, ramenés au taux horaire sont extrêmement élevés. Et je rappelle que l'EN est à ma connaissance le seul employeur au monde pour lequel plus le diplome est élevé, moins tu bosses et plus tu touches : les profs agrégés travaillent encore moins que les CAPES et sont beaucoup mieux payés...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€