Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 21 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un budget 2018 inégalitaire, oui. Mais quel résultat pour la croissance du pays ?

Le rapport de l'OFCE sur le budget 2018 de la France souligne ses effets inégalitaires. Une méthode pratiquée depuis 40 ans, et qui n'a pas pour l'instant fait ses preuves...

In fine

Publié le
Un budget 2018 inégalitaire, oui. Mais quel résultat pour la croissance du pays ?

Atlantico : Selon le Policy Brief réalisé par l'OFCE et publié ce 15 janvier, le budget 2018 se caractériserait par un "faible ajustement structurel" mais par des effets inégalitaires en termes de redistribution. D'un point de vue économique, ce choix fait par le gouvernement est il rationnel ? Un budget à tendance "inégalitaire" peut-il générer plus de croissance et ainsi produire des effets plus "égalitaires" de long terme ? 

Alexandre Delaigue : Il y a plusieurs manières de trouver une logique à ce budget. Premièrement on peut noter qu'il n'est pas très surprenant : la logique annoncée dans la campagne électorale est suivie. Ensuite si l'on veut y trouver une logique économique elle se résume à un mot : l'investissement. Réduire la fiscalité du capital financier, pérenniser la baisse du coût du travail pour renforcer les fonds propres des entreprises, baisser l'impôt sur les sociétés, des économies budgétaires concentrées sur le fonctionnement de l'Etat avec des annonces d'investissements publics, tout cela va dans le même sens : augmenter l'investissement privé et public.

On est dans la bonne vieille logique du "théorème de Schmidt" qui sert de base de raisonnement à l'élite politico-administrative depuis 40 ans : les profits d'aujourd'hui font les investissements de demain et les emplois d'après demain. Dans un contexte ou la priorité n'est plus l'austérité, où l'on est sorti de la crise financière, un contexte économique plutôt bon, on revient aux vieilles recettes.

A partir du moment où l'on a fait ce choix d'un soutien à l'investissement, automatiquement cela bénéficie aux détenteur de capital, donc aux plus aisés. C'est une conséquence inévitable. Maintenant, on ne peut pas dire que cela ait si bien fonctionné que cela depuis 40 ans qu'on le pratique. En tout cas la logique est celle-là et en théorie elle peut générer plus de croissance. Mais pas tant que cela. L'effet de l'investissement sur la croissance à long terme, pour une économie comme la France, est pratiquement imperceptible par rapport à l'effet immédiat d'une demande globale plus forte. Mais la BCE fait déjà tout ce qu'elle peut et le président a fait le choix de donner des gages à l'Europe pour obtenir des réformes de celle-ci, ce qui condamne des politiques de relance plus franches, comme celles que l'on observe au Portugal par exemple.

A l'inverse, un budget jugé inégalitaire comme celui-ci peut-il avoir un effet négatif sur la croissance ? Le différentiel de consommation selon les différents déciles de revenus peut-il produire de tels effets sur les chiffres globaux de l'économie française ? 

Pour l'OFCE, les effets des mesures de soutien à l'investissement et les ponctions diverses sur les ménages vont en gros se compenser. Je ne vais pas leur donner tort, ils sont tout à fait compétents pour faire ce genre de calcul. Il faut voir aussi que le contexte général est plutôt favorable donc le trou d'air du premier semestre, quand les hausses de fiscalité vont se faire sentir, a des chances de ne pas être trop fort. Sur le plus long terme néanmoins on peut s'interroger, en particulier si la politique fiscale continue de bénéficier aux plus riches. De fortes inégalités contribuent à la stagnation, à la baisse des taux d'intérêt (donc rendent difficile la tâche de la banque centrale pour relancer l'économie en cas de problème). On n'en est pas encore là, mais il est légitime de s'interroger sur la direction prise. Le gouvernement français semble totalement manquer d'imagination et rester complètement bloqué sur des vieilles recettes dont le succès au cours des dernières décennies est limité. Ce manque d'imagination est assez déprimant; d'un autre côté, les alternatives ne sont pas très encourageantes. Le programme de F. Fillon nous aurait valu une purge budgétaire particulièrement sévère par exemple. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 16/01/2018 - 09:38 - Signaler un abus Inégalités

    Ce qui est ''à se tordre de rire'', c'est que ce que nous vivons actuellement, Marine Le Pen vous l'avait annoncé avant le second tour ! Mais beaucoup d'entre vous, fervents Fillonistes, lecteurs abonnés du Figaro et spectateurs assidus de BFM-TV, vous continuez à appeler cela le ''Débat raté'' ! Les inégalités, la plupart d'entre vous, sur Atlantico, vous niez farouchement que cela existe ! Il y a même un vieux crétin qui répète dans tous ses commentaires : ''l'égalité c'est encore pire'' ! Ce monsieur ignore la devise de la République dont il est citoyen ?

  • Par ajm - 16/01/2018 - 17:59 - Signaler un abus Pente fatale

    Cela fait des décennies que les investissements publics et privés sont sacrifiés en France avec les resultats que l'on constate : entreprises sous capitalisées avec les plus faibles marges en Europe, croissance à la traîne, sous investissements et insuffisance de compétitivité, déficit récurrent du commerce exterieur, exode fiscal des investisseurs et des plus qualifiés avec les chutes de rentrées financières directes et indirectes ..Il suffit que l'on annonce quelques timides et très partielles mesures pour infléchir cette pente fatale pour que les mêmes esprits nourris au socialisme sous ses formes les plus variées et imbibés de jalousie sociale se mettent à crier au génocide des pauvres et au gouvernement des riches.

  • Par ajm - 16/01/2018 - 18:09 - Signaler un abus Devise républicaine.

    La devise republicaine c'est aussi la liberté et s'agissant de l"égalité, elle est, dans l'esprit des créateurs de la déclaration des droits de l'homme de 1789 , l'égalité devant la loi et nullement l'égalité des revenus et conditions sociales. La devise républicaine Française n'a jamais été une devise socialiste et communiste et cette même déclaration protège d'ailleurs la propriété privé dont aucun citoyen ne peut être privé par la puissance publique sans une juste et préalable indemnisation. Si les rédacteurs de la déclaration voyaient les taux de prélèvements fiscaux actuels sur les citoyens, bien plus élevés que sous l'ancien regime, ils seraient probablement horrifiés.

  • Par ajm - 16/01/2018 - 18:28 - Signaler un abus Sans économie solide pas de modèle social durable.

    Contrairement à ce que Mr Delaigue suggère, certains pays comme la Suède ou les Pays-Bas par exemple ont adapté leur modèle économique et social, leur permettant d'avoir â la fois une economie plus compétitive et un niveau social élevé. Il ne faut pas se faire d'illusion, sans économie solide et compétitive, aucun système social ne tient durablement la route.Par exemple, fournir des médicaments et des soins innovants pour tous, cela demande beaucoup d' argent et aussi la formation et le maintien en France de professionnels de la santé hautement qualifiés et motivés. On peut toujours clamer que la santé est gratuite mais demain , si la SC faute de ressources suffisantes générées par une économie prospère et en croissance, ne peut plus suivre, il faudra aller se faire soigner à l'étranger, à ses frais si on a de l'argent, ou se contenter du service minimum chez nous.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Delaigue

Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son site : econoclaste.net

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€