Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bon alors ce point G, il existe ou pas ?

Zone (hypothétique) du vagin, le point G a la réputation d'être extrêmement érogène jusqu'à provoquer, lors de sa stimulation, un orgasme dans la plupart des cas. Mais son existence est sujette à controverse.

Saint Graal

Publié le
Bon alors ce point G, il existe ou pas ?

Atlantico : D'après le Quotidien du médecin, le point G, près de l'urètre, serait une invention. Cette idée est récurrente depuis plusieurs années. L'orgasme serait clitoridien et non vaginal. Qu'en est-il ?

Michelle Boiron : L’humain n’a de cesse que de vouloir tout expliquer pour tout maitriser. La sexualité est sur le gril depuis la révolution sexuelle de 68, qui a levé le tabou sur le sexe.

Les progrès de la médecine le permettent en partie.  Il y a aujourd’hui pléthores d’études et d’examens comme l’IRM pour "pénétrer" dans notre cerveau pour voir les zones concernées par l’orgasme féminin mais aussi masculin et les comparer. Quant au vagin il est passé d’un lieu mystérieux (qui en faisait son charme) à un lieu qui se visite, se dissèque s’étudie se compare se normalise. Il peut même se réhabiliter par la chirurgie esthétique : opération des lèvres, acide hyaluronique pour accentuer la jouissance dans le point G ou ailleurs. Les piqures de botox réservées aux muscles du visage ont elles aussi gagnées du terrain. Elles sont injectées dans le releveur de l’anus pour contrer le muscle qui ferme l’entrée du vagin de certaines femmes.

Cette découverte du point G dans les années 50 par le gynécologue Grafenberg continue d’alimenter le débat sur l’érogénéité du complexe Clitorido-vaginal.  En effet les positions restent empiriques et aléatoires pour le bonheur des médias et l’inquiétude des femmes sur leur mode de jouissance !

Suis-je clitoridienne ou suis-je vaginale ? Ces dernières années le must étant du côté de la vaginale. Ainsi on est venu valider cette jouissance en décernant à certaines femmes un point G. Quand on sait la méconnaissance de l’anatomie des femmes sur ce qui existe réellement dans leur sexe  féminin comme les racines du clitoris on peut s’étonner de vouloir s’acharner à repérer des zones hypothétiques. Cette zone du point G viendrait valider un savoir-faire du côté de l’homme qui saurait stimuler un point hypothétique bien précis et un savoir être de la femme qui en serait pourvue !

On peut certes reconnaitre qu’il existe de bons amants dont la sexualité serait innée et d’autres pour lesquels la sexualité serait acquise donc nécessitant un apprentissage, ce n’est pas une raison pour faire de l’orgasme un circuit électrique bien codé. On peut néanmoins être d’accord sur l’ignorance qu’ont certains hommes et certaines femmes sur leur corps sexués mais arrêtons de regarder le vagin comme un objet fonctionnel pour redonner à la sexualité une dimension pluriel entre le sexe, les émotions et le cerveau.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par valencia77 - 15/08/2015 - 13:56 - Signaler un abus I knew it

    Il faut encourager les petites filles a se caresser. Otherwise their emotions are locked up, the brain control and they can't orgasm. I have known for ever that it was the fault of the mothers. Thanks Michelle, merci, spasiba, shie shie ni.

  • Par Stéphane Gayet - 15/08/2015 - 18:03 - Signaler un abus Bonne mise au point

    A lire et à relire. Cette mise au point est un bon complément de l'article sur les bienfaits de la sexualité (ce que l'on savait, mais le sujet est tellement tabou). Il faut signaler que l'on connaît un peuple insulaire chez lequel la sexualité est totalement désinhibée, non cachée et libre. Ils semblent s'en bien porter.

  • Par vangog - 16/08/2015 - 04:13 - Signaler un abus Le point G se situe entre le cerveau et le corps

    des femmes, dans une zone insondable qui fait appel au rythme, à la musique des mots, et à un certain doigté. Ce doigté n'a rien à voir avec l'expérience, mais plutôt avec une certaine forme de féminité assumée. C'est le plus dur pour les hommes, la souveraine virilité de l'émoi complice et protecteur...heureusement, les femmes savent y faire pour nous amener à cet état intermédiaire et factice! sans elles, que pourrions-nous?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michelle Boiron

Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles notamment sur le vaginisme, le rapport entre gourmandise et  sexualité, le XXIème sexe, l’addiction sexuelle, la fragilité masculine, etc. Michelle Boiron est aussi rédactrice invitée du magazine Sexualités Humaines

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€