Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 28 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le grand malentendu : de la Birmanie au Sri Lanka, qui a dit que les bouddhistes étaient pacifiques ?

Birmanie, Sri Lanka, Thaïlande. Dans tous ces pays, des populations bouddhistes mènent des actions particulièrement violentes contre d'autres confessions.

Bouddha Bar(re) à mine

Publié le
Le grand malentendu : de la Birmanie au Sri Lanka, qui a dit que les bouddhistes étaient pacifiques ?

Des populations bouddhistes mènent des actions violentes contre d'autres confessions. Crédit Reuters

Atlantico : Des violences secouent la Birmanie, le Sri Lanka ou encore la Thaïlande. Les populations bouddhistes y mènent de véritables campagnes contre les autres minorités. Comment expliquer ces foyers de violence bouddhiste ?

Raphaël Liogier : Le phénomène nouveau, en particulier en Birmanie et au Sri Lanka, c'est le rapport à l'islam.

Il y avait déjà des violences interconfessionelles, depuis longtemps, mais elles visaient, notamment au Sri Lanka, les hindouistes. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à ce mythe de l'islamisme mondial, force décentralisée, qui mettrait en péril les identités nationales, dans le cas de l'Europe, mais aussi les identités religieuses ailleurs dans le monde. L'identité nationale, dans ces pays, est assez fragile. Elle s'est construite historiquement sur la religion.

Il n'est pas fréquent que des violences soient justifiées par le bouddhisme, mais cela a existé au cours de l'histoire. Un bon exemple est celui du moine zen japonais, extrêmement célèbre, Yasutani. Dans ses sermons, il justifiait l'attitude des kamikazes japonais lors de la Seconde Guerre mondiale. Il expliquait le suicide de ces gens au nom du grand Japon, expression de la vacuité bouddhiste.

D'un point de vue systémique, plus collectif, sur le plan politique, vous avez des régimes comme celui de la féodalité tibétaine, dans certaines conditions, qui a été extrêmement dur et inégalitaire. Une caste de moines et de lamas y dominait une population qui était forcée de les nourrir. Il ne s'agit pas de violences individuelles mais d'un système profondément injuste. Le bouddhisme est aussi marqué par ce type de périodes.

D'où vient, dès lors, cette image pacifique développée dans l'inconscient collectif occidental lorsque l'on évoque cette religion ?

Le passage par ce type de violences est propre à toutes les religions : c'est aussi valable dans l'histoire de l'islam. L'une ces caractéristiques des premiers temps de l'islam est la mise en place d'un système où chrétiens, juifs et musulmans coexistaient dans une même société. La première société considérée comme idéale, à Medine, constituée par le prophète Mohammed, voyait se rencontrer une multitude d'individus différents culturellement qui n'adhéraient pas tous à l'islam.

Dans l'histoire des bouddhismes, on trouve le même type d'histoire politique. Il y a eu un empereur en Inde, Ashoka, qui a mis en place au IIIème siècle avant Jésus-Christ ce que l'on considère comme l'un des premiers systèmes laïques. On y tolérait les différences religieuses et culturelles dans un même espace politique et juridique. La légende le décrit comme un combattant sanguinaire, dans les premiers temps de sa vie, qui se serait par la suite convertit au bouddhisme, optant pour une plus grande tolérance et une société dotée d'une grande tolérance et d'une grande redistribution sociale. Ce système se serait effondré du fait de l'inadaptation de ce modèle aux réalités de cette époque.

Le bouddhisme est donc bien, fondamentalement, une religion de non-violence ?

La notion de non-violence n'est pas propre au bouddhisme. Elle a été reprise assez récemment par différents activistes, comme le Dalaï Lama et d'autres activistes qui se sont manifestés un peu partout en Asie : Vietnam, Inde, Thaïlande ...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par walküre - 23/04/2013 - 11:43 - Signaler un abus Mais si on comprend le bouddhisme

    on comprend qu'il se défende contre l'islam. Bouddha n'a jamais déclaré qu'il fallait se laisser saigner sans rien dire ni faire.

  • Par Vat78 - 23/04/2013 - 12:17 - Signaler un abus Le problème Mr Lioger

    c'est que les bouddhistes n'ont jamais demandé à ce qu'on leur attribut ce dont vous les affabulez ... pour votre information le Tibet où le bouddhisme est très médiatisé en occident aurait du mal à être des surfeurs végétariens. Votre analyse fait de "occidento-centrisme" c'est dommage.

  • Par manukodeck - 23/04/2013 - 12:52 - Signaler un abus Bouddhisme guerrier au Sri Lanka

    "Les nationalistes cinghalais, au pouvoir à Colombo, ne connaissent pas la compassion du Bouddha". Je vous communique quelques articles, sur le fond, ils sont toujours valabes. - Le bellicisme des moines bouddhistes sri-lankais contre le séparatisme tamoul. Reportage. LE MONDE | 04.02.09 http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2009/02/04/le-bellicisme-des-moines-bouddhistes-sri-lankais-contre-le-separatisme-tamoul_1150508_3216.html - Bouddhisme guerrier au Sri Lanka. Dans un pays où le bouddhisme est constitutionnellement reconnu comme la « principale religion », la paix et la compassion se font rares. Les cloches des monastères bouddhistes appellent à la prière, mais plusieurs sonnent aussi l’appel aux armes. Alternatives | 30.10.2008 | Nachammai Raman. http://journal.alternatives.ca/spip.php?article4206 - « Le bouddhisme est aussi empreint de violence ». Bernard Faure Professeur d’histoire des religions d’Asie à l’Université Columbia (New York). Comment comprendre le fondamentalisme bouddhiste en Asie du Sud ? Le Soir | 26.03.2008. http://archives.lesoir.be/-le-bouddhisme-est-aussi-empreint-de-violence-_t-20080326-00FEUX.html

  • Par casanova - 23/04/2013 - 17:40 - Signaler un abus La violence est consubstantielle à l'islam

    Pour avoir dit cette vérité Ratzinger fut stipendié par le monde musulman et nos bobos intellos occidentaux. Mais qui peut en douter encore?

  • Par SteakKnife - 23/04/2013 - 17:46 - Signaler un abus @ISABLEUE @casanova

    Je sais que c'est difficile à accepter pour vous et que ça casse votre schéma mental binaire, mais oui, il y a des régions du monde où les musulmans sont minoritaires et se font massacrer par des religieux fous. Vous découvrez avec stupeur que la violence existe partout dans le monde et que les musulmans peuvent aussi en être victime. Vous niez toutes ces informations de toutes vos forces en agitant les bras en l'air mais rien à faire, les faits sont têtus. Il y a une minorité d'extrêmistes qui sèment la violence, et ceux-ci peuvent être chrétiens, musulmans, bouddhistes, juifs, hindous ou même athées. Je sais, c'est difficile à imaginer pour vous, mais faites un effort intellectuel, vous y parviendrez je n'en doute pas.

  • Par casanova - 23/04/2013 - 18:23 - Signaler un abus ça se vérifie partout dans le monde

    sauf au Japon où l'islam est absent, la violence est consubstantielle à cette religion. Pour avoir dit cette vérité, non révélée mais évidente, Ratzinger fut stipendié par le monde musulman et les bobos intellos occidentaux soumis. Qui peut encore en douter ?

  • Par manukodeck - 23/04/2013 - 18:29 - Signaler un abus Sri Lanka. groundvieuws - journalism for citizens.

    Un site très utile à suivre sur le Sri Lanka: http://groundviews.org/ En anglais. Ensuite, dans la barre de recherche tapez "buddhist extremism" ou "religious extremism"

  • Par SteakKnife - 23/04/2013 - 18:43 - Signaler un abus @casanova

    Pas de musulmans en Amérique latine, par contre, beaucoup de chrétiens très pratiquants, et une violence folle en Colombie, au Mexique, au Venezuela, au Brésil. Bizarre!

  • Par manukodeck - 23/04/2013 - 20:04 - Signaler un abus Revenons au Sri Lanka. Bouddhisme et Violence

    Ameena Hussein de Groundviews tente d'analyser (en anglais) les causes expliquant la tendance grandissante des bouddhistes Srilankais à prendre le parti de la violence et de la haine. Sur GlobalVoices http://fr.globalvoicesonline.org/2012/05/13/108359/

  • Par casanova - 23/04/2013 - 21:41 - Signaler un abus La violence nécessaire

    s'impose quand vous êtes l'objet d'agressions, et si l'on ne veut pas disparaître. C'est le cas du Tibet agressé et colonisé par la Chine, c'est également le cas de la Birmanie, Thaïlande ou Sri Lanka où les minorités musulmanes sont particulièrement actives et fanatiques comme en Inde d'ailleurs. Le Christ n'a pas tendu que l'autre joue, il a aussi chassé les marchands du Temple .

  • Par Thomas13 - 23/04/2013 - 23:16 - Signaler un abus La conclusion ...

    ... est vraiment c...

  • Par casanova - 23/04/2013 - 23:22 - Signaler un abus @ Thomas 13

    Raphaël Liogier est celui qui a aussi écrit : "L'islamisation de la France est un mythe" ....LOL !

  • Par SteakKnife - 24/04/2013 - 11:55 - Signaler un abus @casanova

    Jesus a chassé les marchands du temple en effet, et si j'étais aveuglé par la mauvaise foi comme vous, j'en déduirais que tous les chrétiens en tout temps et en tous lieux sont violents par nature.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Raphaël Liogier

Raphaël Liogier est sociologue et philosophe. Il est professeur des universités à l'Institut d'Études Politiques d'Aix-en-Provence et dirige l'Observatoire du religieux. Il a notamment publié : Le Mythe de l'islamisation, essai sur une obsession collective (Le Seuil, 2012) ; Souci de soi, conscience du monde. Vers une religion globale ? (Armand Colin, 2012) ; Une laïcité « légitime » : la France et ses religions d'État (Entrelacs, 2006).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€